En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 793.44 PTS
-0.36 %
4 791.00
-0.41 %
SBF 120 PTS
3 818.58
-0.37 %
DAX PTS
10 898.14
-0.30 %
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
+0.00 %
1.140
+0.06 %

"Gilets jaunes": le coût et le financement des mesures de l'exécutif

| AFP | 438 | 5 par 1 internautes
Emmanuel Macron à l'ELysée, le 10 décembre 2018
Emmanuel Macron à l'ELysée, le 10 décembre 2018 ( LUDOVIC MARIN / POOL/AFP )

Le coût total des mesures annoncées par Emmanuel Macron et l'exécutif depuis début décembre sous la pression des "gilets jaunes" s'élève à 10,3 milliards d'euros, dont plus de 60% seront financés par du déficit budgétaire, selon un bilan communiqué lundi par Matignon.

DÉPENSES SUPPLÉMENTAIRES

Premier manque à gagner des différentes mesures annoncées par le gouvernement pour apaiser la crise: l'annulation dans le budget 2019 de la hausse de la taxe carbone et du gazole non routier (GNR), qui représente 3,9 milliards d'euros.

La hausse de 90 euros de la prime d'activité début janvier, qui vise à honorer la promesse d'Emmanuel Macron d'augmenter de 100 euros les revenus des personnes gagnant le Smic, coûtera elle 2,5 milliards d'euros dans le projet de loi de finances qui doit être adopté avant la fin de l'année par l'Assemblée nationale.

Le coût des mesures pour le pouvoir d'achat
Le coût des mesures pour le pouvoir d'achat ( / AFP )

Suit ensuite la défiscalisation et l'annulation des charges sociales sur les heures supplémentaires, qui grèveront de 2,4 milliards d'euros les recettes fiscales de l'Etat en 2019, dont 1,3 milliard sur les charges sociales et 1,1 sur l'impôt sur le revenu.

Enfin, l'extension de l'exemption de la hausse de la CSG aux retraités gagnant moins de 2.000 euros (contre 1.200 euros auparavant), autre mesure importante annoncée par Emmanuel Macron le 10 décembre, coûtera elle 1,5 milliard d'euros.

Quant à la prime de fin d'année défiscalisée et sans charge sociale (jusqu'à un montant de 1.000 euros pour les personnes gagnant moins de 3.600 euros nets par mois), elle n'aura pas d'impact budgétaire, relève le scénario du gouvernement. Même si le versement de ces primes dans le cas habituel aurait fait entrer des recettes dans le budget de l'Etat.

A noter: le gouvernement n'inclut pas dans son calcul les mesures annoncées mi-novembre au début de la crise (élargissement du chèque énergie, renforcement des primes à la conversion) qui devaient représenter 500 millions de dépenses.

FINANCEMENT ET DÉFICIT

Le gouvernement vise 4 milliards d'euros de recettes supplémentaires et d'économies budgétaires pour financer ces mesures, a expliqué Edouard Philippe dans une interview aux Echos publiée lundi.

Côté recettes, le gouvernement va retarder la baisse de l'impôt sur les sociétés, qui devait passer de 33% à 31% au 1er janvier. Cette baisse ne concernera finalement que les entreprises de moins de 250 millions d'euros de chiffre d'affaires, mais les grandes entreprises n'en bénéficieront pas, soit un gain pour l'Etat de 1,8 milliard d'euros.

Le gouvernement espère également 500 millions de la taxe sur les "Gafa", les géants de l'Internet, plus 200 millions de la suppression de la niche "Copé", un mécanisme d'exemption fiscale pour les plus-values de cession de filiales ou de participations pour les entreprises. Soit un total de 2,5 millions de recettes.

L'exécutif vise également "1 à 1,5 milliard d'euros d'économies" budgétaires au cours de l'année 2019, a prévenu Edouard Philippe. Mais il n'a pas prévenu quels ministères seraient concernés.

Au final, il reste 6,3 milliards d'euros de mesures non financées qui iront s'ajouter au déficit dans le budget 2019, qui selon les prévisions du gouvernement atteindra 3,2% au lieu de 2,8%.

L'exécutif n'a finalement pas touché au double effet exceptionnel du CICE (pour 2018 mais versé une dernière fois aux entreprises en 2019) et de sa transformation en baisse des charges pérenne en 2019, qui représentent chacun un coût d'environ 20 milliards d'euros.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

            Sodexo reconnu par Bloomberg pour son engagement en faveur de l'égalité hommes-femmes   Paris, 17 janvier 2019 - Sodexo, leader mondial des Services de…

Publié le 17/01/2019

Siemens n'entendrait pas faire de concessions supplémentaires à la Commission européenne afin d’obtenir son aval concernant le rapprochement de ses activités ferroviaires avec Alstom. Le groupe…

Publié le 17/01/2019

La forte volatilité sur les marchés au quatrième trimestre a gâché la fin d’année des banques françaises. Près d’un mois après Natixis, Société Générale a lancé ce matin une alerte…

Publié le 17/01/2019

La forte volatilité sur les marchés au quatrième trimestre a gâché la fin d’année des banques françaises. Près d’un mois après Natixis, Société Générale a lancé ce matin une alerte…

Publié le 17/01/2019

Hervé Thoumyre rejoint CNP Assurances en qualité de directeur de l’expérience client et des systèmes d’information. Il est membre du comité exécutif. Ce diplômé de l’Ecole Nationale…