En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 859.77 PTS
-0.76 %
4 850.0
-0.80 %
SBF 120 PTS
3 859.23
-0.85 %
DAX PTS
10 888.69
-0.33 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.00 %
6 767.97
+0.00 %
1.127
-0.71 %

"Gilets jaunes": l'opposition accuse le gouvernement de décrédibiliser le mouvement

| AFP | 323 | Aucun vote sur cette news
Rassemblement de
Rassemblement de "gilets jaunes" Place Wilson à Toulouse, le 24 novembre 2018 ( Pascal PAVANI / AFP )

Les partis d'opposition soutenant les "gilets jaunes", Marine Le Pen en tête, ont accusé samedi le gouvernement de vouloir réduire le mouvement à des violences de "l'ultradroite" pour le décrédibiliser et rester sourd à leurs revendications.

Emmanuel Macron a exprimé sur Twitter sa "honte" après ces violences.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a lui fait la distinction entre les manifestants "bon enfant" et les "séditieux" de "l'ultradroite" qui "ont répondu à l'appel notamment de Marine Le Pen" à défiler sur les Champs-Elysées, où des heurts ont opposé toute la journée forces de l'ordre et "gilets jaunes". Au total, les manifestants étaient moitié moins nombreux que le 17 novembre.

Marine Le Pen a aussitôt répliqué sur LCI qu'elle n'avait "jamais appelé à quelque violence que ce soit" et a accusé à son tour le gouvernement d'"organiser la tension" et de faire d'elle un "bouc émissaire".

La présidente du Rassemblement national (RN, ex FN), qui ne manifestait pas mais soutient le mouvement rejoint par des cadres et élus du parti, s'était étonnée vendredi que les "gilets jaunes" ne soient pas autorisés à défiler sur la célèbre avenue parisienne, après l'interdiction d'un rassemblement place de la Concorde.

"Depuis 1934 jamais une manifestation, autre que des manifestations festives, ont été organisées sur ce site", a expliqué dans la soirée M. Castaner, dans une allusion à une manifestation du 6 février de cette année-là, soutenue par des ligues d'extrême droite, qui avait viré au bain de sang avec les forces de l'ordre.

"Mes prédécesseurs, les responsables, savaient tous qu'organiser une manifestation sur ce lieu était problématique", a-t-il ajouté, reprochant à Mme Le Pen, "dans un simple tweet", de contester "l'analyse du ministère de l'Intérieur".

- Détourner l'attention -

Mais pour la finaliste de la présidentielle 2017, dont le parti est au coude-à-coude avec LREM dans les sondages pour les élections européennes, le gouvernement veut "détourner l'attention" des revendications des "gilets jaunes", qui réclament notamment une annulation des taxes sur les carburants et des mesures pour le pouvoir d'achat.

M. Castaner a précisé n'avoir pas identifié "d'autres groupuscules" que ceux d'ultradroite.

Le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan a lui estimé que "les petites polémiques sur 15 imbéciles aux Champs-Elysées ne concernaient pas les Français".

"C'est quand on est injuste, arrogant, méprisant comme l'est Emmanuel Macron que le désordre arrive", a déclaré sur TF1 l'ancien allié de Marine Le Pen à la présidentielle, qui réclame un référendum sur la fiscalité. Il fustige "une immense manipulation qui vise à discréditer (ceux) qui ne peuvent plus vivre de leur travail".

L'un des initiateurs du mouvement est un militant de DLF Frank Buhler, exclu du RN en juin pour des propos racistes sur Twitter --ce que l'intéressé dément, affirmant avoir démissionné et n'avoir jamais vu le tweet incriminé.

Le premier vice-président des Républicains Guillaume Peltier, le 20 septembre 2018 à Divonne-les-Bains
Le premier vice-président des Républicains Guillaume Peltier, le 20 septembre 2018 à Divonne-les-Bains ( JEAN-PIERRE CLATOT / AFP/Archives )

Le premier vice-président des Républicains Guillaume Peltier a lui jugé "tellement facile" de "réduire ce mouvement à certains agissements inadmissibles" au lieu de "nous écouter". Le chef de LR Laurent Wauquiez, qui avait manifesté samedi dernier, ne défilait pas samedi.

A gauche, le leader de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon, dans une mauvaise passe depuis les perquisitions à son domicile et au parti, a contesté la volonté, selon lui, de M. Castaner de faire croire que "la manifestation des +gilets jaunes+ soit d'extrême droite et peu nombreuse". "La vérité est que c'est la manifestation massive du peuple. Et ça, c'est la fin pour Castaner", a tweeté le député, qui participait à une autre manifestation contre les violences faites aux femmes.

- "Dialogue urgent" -

Le dirigeant de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, en meeting à Pau, le 8 novembre 2018
Le dirigeant de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, en meeting à Pau, le 8 novembre 2018 ( IROZ GAIZKA / AFP/Archives )

"Quand un mouvement est soutenu par les 3/4 des Français, on lui répond", a estimé le Premier secrétaire du PS Olivier Faure. "Ce n'est pas en désignant ceux qui à l'ultradroite cherchent à récupérer le mouvement des +gilets jaunes+ que le gouvernement stoppera la colère".

"Le gouvernement a joué la verticalité" en contournant syndicats et élus, a-t-il déploré en invitant le président, qui doit présenter mardi un "cap" pour la transition écologique, à "s'exprimer d'urgence sur le pouvoir d'achat".

"Le dialogue est urgent" aussi pour le fondateur de Génération-s Benoît Hamon. Emmanuel Macron "ne peut plus réduire les +gilets jaunes+ à une protestation de fascistes, opposer progrès social et transition écologique".

Jusqu'ici en retrait, le PCF a clairement apporté son soutien aux "gilets jaunes" à son congrès.

Proche de la majorité, le parti de la droite "constructive" Agir a estimé que "le ras-le-bol des Français dont les fins de mois sont difficiles doit être entendu et pris en considération".

Le chef de file des députés LREM Gilles Le Gendre a promis d'être "davantage à l'écoute" des "gilets jaunes", tout en réclamant une "extrême fermeté" pour les "casseurs de l'extrême droite" qui "salissent injustement le mouvement".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Le ministère de la Défense hongrois a commandé 16 hélicoptères multirôles H225M équipés du système d’armes HForce. Cette commande est assortie d’un programme de formation et de soutien…

Publié le 14/12/2018

Philippe Lagayette administrateur référent, président en exercice du conseil d’administration de Renault, dément les rumeurs de presse faisant état de divergences au sein du conseil à…

Publié le 14/12/2018

Merck&Co a annoncé le rachat du groupe français Antelliq, spécialiste des produits d'identification numérique pour animaux. Le laboratoire américain déboursera environ 2,1 milliards d'euros pour…

Publié le 14/12/2018

Rothschild & Co remplacera Solocal Group au sein de l’indice SBF 120 à partir du 24 décembre 2018, a annoncé Euronext.source : AOF

Publié le 14/12/2018

Le titre casse un large canal baissier en place depuis mai dernier. Du côté des indicateurs techniques, les cours évoluent au-dessus de leurs moyennes mobiles à 20 et 50 séances tandis que le RSI…