En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 806.20 PTS
-
4 813.5
-
SBF 120 PTS
3 820.27
-
DAX PTS
10 780.51
+1.49 %
Dowjones PTS
24 370.24
-0.22 %
6 704.24
+0.32 %
1.133
+0.09 %

"Gilets jaunes" à Paris: chaos sur les Champs-Elysées

| AFP | 539 | Aucun vote sur cette news
Manifestation des
Manifestation des "gilets jaunes" à Paris le 24 novembre 2018 ( Bertrand GUAY / AFP )

Barricades incendiées, fumée noire, feux tricolores arrachés, pavés descellés, canons à eau... Envahi de gaz lacrymogène, le quartier des Champs-Elysées a été le théâtre d'incidents violents lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris.

Dès la matinée, des groupes de "gilets jaunes" ont convergé vers la capitale, pour beaucoup venant de banlieue ou de province sans trop savoir exactement où se rassembler.

La manifestation n'avait été autorisée qu'au Champ-de-Mars, entouré de barrières et ceinturé de forces de l'ordre.

De petits groupes épars, gilet fluo sur le dos, ont rapidement afflué vers l'avenue, barrée par des cordons de CRS et de gendarmes mobiles à partir du rond-point des Champs-Elysées jusqu'à la Concorde.

"Macron démission", "Macron, rends le pognon" et Marseillaise répondaient aux sirènes des forces de l'ordre.

Très vite, un cordon policier est dépassé par la marée jaune qui veut rallier la Concorde, décrétée zone interdite. "C'est n'importe quoi, on n'a pas d'ordre", peste un policier casqué, bras au ciel.

- "Souviens-toi de 1789" -

( Bertrand GUAY / AFP )

Les manifestants espèrent pouvoir s'approcher de l'Elysée en descendant la célèbre avenue, encore pleine de touristes et de badauds. Peine perdue. Au rond-point des Champs-Elysées, frontière infranchissable, le cordon policier tient cette fois.

Mais la situation dégénère très vite: de jeunes gens au visage souvent masqué par des foulards et capuches, disséminés dans le cortège, font face aux forces de l'ordre, essayant d'aller au contact.

Tirs de grenades lacrymogènes et jets des canons à eau répondent aux tirs de mortiers d'artifice et jets de projectile de toutes sortes: bouteilles, pavés, planches... La place est envahie par les fumées irritantes. Les manifestants fuient dans les rues adjacentes ou reculent vers l'Arc de Triomphe.

"On s'est déplacé exprès d'Isère ce matin, lâche avec dépit Christophe, 49 ans, venu avec son épouse. On vient juste manifester pacifiquement et on se fait gazer... On voit comment on est reçu à Paris !"

Derrière le couple, les explosions de grenades, de pétards, de mortiers s'enchaînent, les canons à eau repoussent la foule vers le haut des Champs-Elysées.

"Vous êtes là pour nous, messieurs, il faut que vous soyez avec nous maintenant", tente Laetitia Dewalle, porte-parole des "gilets jaunes" dans le Val-d'Oise, à genoux sur la chaussée devant les gendarmes mobiles.

Sur la place, des barrières métalliques de chantier sont arrachées pour servir de barricades improvisées au milieu de "la plus belle avenue du monde". Des projectiles pleuvent sur les casques et boucliers des CRS ou gendarmes mobiles. Ces derniers chargent à plusieurs reprises.

Manifestation des
Manifestation des "gilets jaunes" à Paris le 24 novembre 2018 ( Bertrand GUAY / AFP )

En fin de matinée, le rond-point est évacué, petit à petit les manifestants refluent vers l'Arc-de-Triomphe.

Franck, 54 ans, un ex-commercial au chômage depuis quelques mois venu de Seine-Saint-Denis, semble déçu par la mobilisation, plus faible que le week-end dernier. "On devrait être beaucoup plus nombreux à montrer notre mécontentement par rapport à ce que fait le gouvernement. (Macron) laisse pas parler les Français, il fait de la dictature ni plus ni moins", ajoute le quinquagénaire, pancarte "Souviens-toi de 1789" sur l'épaule.

Plus bas sur l'avenue, une cabine de chantier renversée sur la chaussée brûle. Une terrasse couverte d'une chaîne de boulangerie s'enflamme à son tour. C'est l'un des rares commerces de l'avenue qui sera touché.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Akuo Energy et Atawey vont déployer 33 stations de recharge en milieu urbain et périurbain à Paris et en France, avant d'étendre le projet à l'Europe...

Publié le 11/12/2018

Conformément à la réglementation applicable, DERICHEBOURG déclare avoir effectué les opérations d'achat d'actions suivantes dans les conditions de l'article 5 §2 du…

Publié le 11/12/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES LES 4 ET 5 DECEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par marché   Nom…

Publié le 11/12/2018

Cette technologie de localisation terrestre, à faible consommation d'énergie, peut être facilement utilisée pour des équipements déjà connectés...

Publié le 11/12/2018

    Communiqué de presse Villepinte, le 11 décembre2018       DECLARATION RELATIVE AU NOMBRE DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL DE LA…