En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Loi immigration: "pas question de changer d'orientation" affirme Collomb

| AFP | 437 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sort de l'Elysée à Paris le 12 janvier 2018
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sort de l'Elysée à Paris le 12 janvier 2018 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a réaffirmé la fermeté du gouvernement sur son projet de loi sur l'immigration, le présentant comme "totalement équilibré" dans un entretien au Parisien dimanche.

"C'est un projet de loi totalement équilibré. Il reprend deux grands principes: la France doit accueillir les réfugiés, mais elle ne peut accueillir tous les migrants économiques", a estimé le ministre.

Interrogé sur la marge de manoeuvre laissée aux parlementaires, il souligne qu'il y aura "des possibilités d'amendement". "Mais il n'est pas question de changer d'orientation".

Une trentaine d'associations, de la Ligue des droits de l'Homme jusqu'à Médecins du monde en passant par Emmaüs et le Secours catholique, avaient dénoncé un texte "déséquilibré" après une réunion jeudi à Matignon sur le sujet.

Pour répondre au doublement de la durée de rétention administrative prévue par le texte, M. Collomb annonce la création de "200 places d'ici à la fin du mois de janvier et 200 autres en 2018".

Au sujet de la circulaire organisant le recensement des migrants dans les centres d'hébergement d'urgence, contestée par des associations qui la dénoncent comme un "tri" et ont saisi le juge des référés du Conseil d'Etat pour en demander la suspension, le ministre de l'Intérieur a assuré qu'elle serait maintenue. "Cette circulaire a été extrêmement caricaturée, mais elle est assez nuancée", a-t-il dit.

Par ailleurs, Gérard Collomb a confirmé dans un communiqué "la création de 200 places en centre d’accueil et d’examen des situations (CAES) dans chaque région, soit plus de 2600 places sur l’ensemble du territoire". Quelque 1.300 places seront opérationnelles d'ici au 31 janvier, promet le ministre.

Avec ces centres, l'Etat développe aujourd'hui des structures couplant accueil et contrôle administratif, afin d'orienter ensuite les migrants vers des centres d'hébergement en fonction de leur droit au séjour. Les CAES "permettent une mise à l'abri des migrants qui sont à la rue", assure le ministre.

Les CAES existent déjà en Ile-de-France et dans le Nord. Après celui de Cergy (Val d'Oise), un deuxième CAES va ouvrir cette semaine en Ile-de-France, à Ris-Orangis (Essonne). Il s'agira du septième au niveau national, explique le ministère.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.