En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
-
4 785.0
-0.41 %
SBF 120 PTS
3 831.94
-
DAX PTS
10 788.09
-
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.143
+0.31 %

Fraude fiscale: saisi par Thomas Thévenoud, le Conseil constitutionnel se prononce vendredi

| AFP | 351 | 1 par 1 internautes
L'ex-secrétaire d'Etat Thomas Thevenoud au Palais de justice de Paris, le 19 avril 2017
L'ex-secrétaire d'Etat Thomas Thevenoud au Palais de justice de Paris, le 19 avril 2017 ( Patrick KOVARIK / AFP/Archives )

Saisi par l'ancien ministre Thomas Thévenoud, qui cherche à obtenir l'annulation de sa condamnation pénale pour fraude fiscale, le Conseil constitutionnel doit dire vendredi si son "omission" de déclarer ses revenus peut bien lui valoir une double sanction, administrative et judiciaire.

Les "Sages", chargés de contrôler la conformité des lois avec la Constitution, sont saisis d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) soulevée par la défense de Thomas Thévenoud et son épouse.

Ce recours vise la combinaison de deux articles du code général des impôts autorisant le cumul de sanctions pénales et fiscales s'agissant de l'omission volontaire "de faire sa déclaration dans les délais prescrits".

Thomas Thévenoud, éphémère secrétaire d'État au Commerce extérieur en 2014, avait été condamné en appel le 31 janvier à 12 mois de prison avec sursis et trois ans d'inéligibilité, comme son épouse.

La justice reprochait au couple de ne pas avoir déclaré ses revenus en 2012 et d'avoir, de 2009 à 2013, rempli sa déclaration en retard malgré plusieurs relances et mises en demeure de l'administration fiscale.

Ils avaient par ailleurs régularisé leur situation en 2014 et s'étaient acquittés de 20.500 euros de pénalités de retard.

La défense de Thomas Thévenoud soutient que cette double sanction pénale et fiscale est anticonstitutionnelle.

Les "Sages" avaient déjà été saisis en 2016 de telles contestations du cumul des poursuites administratives et pénales en matière de fraude fiscale.

Le Conseil constitutionnel avait alors rejeté les recours de l'ancien ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, et de la famille de marchands d'art Wildenstein en autorisant ce cumul dans les cas "les plus graves de dissimulation frauduleuse de sommes soumises à l'impôt". Cette gravité pouvant résulter "du montant des droits fraudés, de la nature des agissements de la personne poursuivie ou des circonstances de leur intervention".

La défense des époux Thévenoud considère que cette décision s'appliquait uniquement "à la dissimulation" frauduleuse, et soutient qu'omettre de remplir sa déclaration est moins grave.

La dissimulation implique "une volonté de tromper avec des manœuvres plus ou moins sophistiquées pour cacher ces avoirs", mais pas la simple "omission" de déclarer ses revenus, qui ne saurait donc faire l'objet d'une double sanction, soulignait leur avocat, Patrice Spinosi, au cours de l'audience le 13 novembre.

La Cour de cassation devra tirer les conséquences de la décision des "Sages".

Moqué pour avoir invoqué une "phobie administrative", Thomas Thévenoud avait démissionné le 4 septembre 2014, neuf jours seulement après sa nomination, en raison de cette affaire.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…