En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 742.38 PTS
-
4 774.5
-
SBF 120 PTS
3 769.59
-
DAX PTS
10 622.07
-1.54 %
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+1.05 %
1.136
+0.10 %

Financement des campagnes 2012: la justice valide définitivement le renvoi du FN en correctionnelle

| AFP | 175 | Aucun vote sur cette news
Wallerand de Saint-Just, le 22 novembre 2017 à Paris
Wallerand de Saint-Just, le 22 novembre 2017 à Paris ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

La cour de cassation a définitivement validé le renvoi devant le tribunal correctionnel du Front national (devenu RN), poursuivi dans l'affaire des kits de campagne aux législatives 2012 et des soupçons d'escroquerie aux frais de l'État, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

La plus haute juridiction judiciaire a rejeté les derniers recours du Front national qui contestait la décision des juges de le renvoyer en correctionnelle pour "complicité d'escroquerie et recel d'abus de biens sociaux". L'arrêt de la Cour de cassation n'était pas disponible dans l'immédiat.

Près de trois ans après la fin de l'enquête, cette décision valide définitivement la tenue d'un procès dont la date n'est pas encore connue.

Dans ce dossier surnommé "Jeanne 1", les juges d'instruction Aude Buresi et Renaud Van Ruymbeke avaient ordonné en octobre 2016 le renvoi en correctionnelle du FN, de deux dirigeants du parti, son trésorier, Wallerand de Saint-Just, pour recel d'abus de biens sociaux, et Jean-François Jalkh, actuel membre du bureau exécutif du FN, pour escroqueries, abus de confiance et recel d'abus de biens sociaux, ainsi que d'un proche de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon.

Parmi les dix personnes renvoyées en procès, dont sept personnes physiques et trois personnes morales, plusieurs d'entre elles, dont le FN, avaient contesté l'ordonnance des juges devant la cour d'appel de Paris, en soulevant notamment un problème de compétence territoriale. La chambre de l'instruction de la cour d'appel avait rejeté ces recours en 2017, une position qu'a suivie mercredi la Cour de cassation.

Jean-François Jalkh, le 20 janvier 2011 à Nanterre
Jean-François Jalkh, le 20 janvier 2011 à Nanterre ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Le parti a été rattrapé par son système de kits de campagne fournis à quelque 525 candidats aux législatives de 2012 par la société Riwal, dirigée par Frédéric Chatillon, poursuivi pour faux, escroqueries, abus de biens sociaux et blanchiment.

Pour acheter ces "packs" au prix de 16.650 euros comprenant tracts, affiches et cartes postales, les candidats devaient contracter un prêt avec intérêts auprès de Jeanne, mouvement satellite du FN également poursuivi.

Les juges du pôle financier ont estimé que derrière ce montage se cachaient des prestations gonflées et surfacturées, au détriment de l'État qui rembourse les frais de campagne des candidats dépassant 5% des voix. Le système aurait été imposé aux candidats, sans tenir réellement compte de leurs besoins, "dans l'unique but de majorer des dépenses électorales remboursables", selon l'ordonnance des magistrats.

Dans un second dossier similaire, baptisé "Jeanne 2", les juges d'instruction ont ordonné le 14 septembre dernier un autre procès, cette fois, sur le financement des campagnes du FN pour les municipales et les européennes de 2014 ainsi que pour les départementales de 2015. Ils ont renvoyé devant le tribunal l'association Jeanne et son gérant de fait, Jean-François Jalkh, pour escroqueries et tentatives d'escroqueries et Frédéric Chatillon, pour abus de biens sociaux.

Une troisième procédure portant sur le financement de la campagne pour les régionales 2015 et le rôle du prestataire du RN, Les Presses de France, qui a pris le relais de Riwal est toujours en cours.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

CS a des objectifs de croissance ambitieux dans l'industrie spatiale en Europe. Moltek serait un complément idéal aux activités de CS Space...

Publié le 10/12/2018

Communiqué de presse Paris La Défense, le 10 décembre 2018 Albioma cède son activité de méthanisation en France à Evergaz   Biométhanisation Partenaires, société…

Publié le 10/12/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 10/12/2018

Global Ecopower a affiché des résultats semestriels en progression. Ainsi, le groupe a fait état d’un résultat net, part du groupe de 2,024 millions d'euros au premier semestre, contre -0,659…

Publié le 10/12/2018

Compagnie des Alpes vient de lever le voile sur ses résultats 2107/2018. Ainsi, l’exploitant de domaines skiables et de parcs à thèmes a publié un résultat net part du groupe en hausse de plus…