En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 618.16 PTS
-
5 628.00
-
SBF 120 PTS
4 431.99
-
DAX PTS
12 490.74
-
Dowjones PTS
27 349.19
+0.65 %
7 954.56
+0.63 %
1.114
-0.08 %

Féminicides : "Qu'attend le gouvernement ?", alertent 150 sénateurs

| AFP | 214 | Aucun vote sur cette news
Des activistes Femen organisent une manifestation contre les féminicides au Palais Royal à Paris, le 30 mai 2019
Des activistes Femen organisent une manifestation contre les féminicides au Palais Royal à Paris, le 30 mai 2019 ( FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives )

"Où est la grande cause du quinquennat ?", s'alarment plus de 150 sénateurs dans une tribune publiée vendredi dans Libération, alors que 73 féminicides ont eu lieu depuis le 1er janvier, selon un collectif qui dénombre ces meurtres de femmes par leurs conjoints ou ex-conjoints.

"Vaincre ce fléau est d'abord et surtout une affaire de ressources financières et humaines", estiment ces 150 parlementaires, appelant à une plus grande utilisation des bracelets électroniques pour prévenir de telles violences.

Les signataires de la tribune, qui évoquent un "saupoudrage", demandent en outre la création de places d'hébergements d'urgence, le déploiement "de magistrats, de policiers et de gendarmes spécialisés" sur tout le territoire, et un meilleur accompagnement des associations qui luttent contre les violences faites aux femmes.

Les initiatives se multiplient ces derniers jours, à l'image d'une tribune publiée jeudi dans Le Monde par un collectif féministe ou encore d'une pétition lancée par la comédienne Eva Darlan et le magistrat honoraire Luc Frémiot, texte qui a reçu plus de 5.000 signatures sur la plateforme change.org. "Les pouvoirs publics n'en ont rien à faire des femmes", avait estimé Mme Darlan, jeudi sur BFMTV.

Un rassemblement, à l'appel de familles et de proches de victimes de féminicides, est prévu samedi à Paris, à 17 heures sur la place de la République.

Cent trente femmes sont mortes en 2017 en France sous les coups de leur compagnon, ex-conjoint ou petit ami, contre 123 en 2016, selon des données communiquées par le ministère de l'Intérieur.

Sur ces 130 femmes, 109 formaient un couple stable avec leur meurtrier, et 21 ont été tuées par un petit ami, un amant ou une relation épisodique.

A ces chiffres, il faut ajouter 25 enfants tués dans le cadre de violences conjugales, et 151 tentatives d'homicides au sein du couple.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2019

IGE+XAO dispose d'une structure solide...

Publié le 23/07/2019

Emerige s'est développé autour de deux pôles : l'immobilier résidentiel et l'immobilier tertiaire...

Publié le 23/07/2019

Groupe JAJ reste prudent mais confiant en ce qui concerne l'exercice 2019-2020...

Publié le 23/07/2019

Le trafic total, mesuré en nombre de kilomètres parcourus, a connu au 1er semestre 2019 une baisse de -1,1%...

Publié le 23/07/2019

"Le renforcement du bilan nous permet d'atteindre dès le 1er semestre notre nouvel objectif de levier inférieur à 40%"...