En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 053.31 PTS
-
5 061.50
-
SBF 120 PTS
4 049.60
-
DAX PTS
11 524.34
-
Dowjones PTS
25 317.41
-0.50 %
7 141.21
+0.48 %
1.146
-0.03 %

Fausses nouvelles: l'Assemblée vote en nouvelle lecture le texte controversé

| AFP | 372 | Aucun vote sur cette news
Les députés rassemblés à l'Assemblée Nationale, le 26 septembre 2018
Les députés rassemblés à l'Assemblée Nationale, le 26 septembre 2018 ( Philippe LOPEZ / AFP/Archives )

Protectrice ou liberticide? L'Assemblée nationale a voté dans la nuit de mardi à mercredi en nouvelle lecture les propositions de loi controversées contre "la manipulation de l'information" en période électorale.

La proposition de loi ordinaire a été adoptée par 45 voix contre 20.

"Face la multiplication des tentatives de manipulation, il est urgent d'agir", a lancé la ministre de la Culture Françoise Nyssen, donnée partante du gouvernement mais bien présente dans l'hémicycle pour défendre son texte.

"Tous les garde-fous ont été instaurés" et ce projet "ne restreint en rien la liberté d'expression", a-t-elle assuré alors que l'opposition et les associations de journalistes ont dénoncé un texte au mieux "inapplicable" et "inefficace", au pire "dangereux pour la liberté d'opinion".

Mais, "le premier rempart contre la désinformation et la manipulation de l'information restent les médias et les journalistes", a souligné Mme Nyssen en annonçant le lancement d'une mission en vue de la création d'un "conseil de déontologie de la presse", confiée à l'ex-PDG de l'AFP Emmanuel Hoog.

Les deux propositions de loi - ordinaire, et organique pour la présidentielle - visent à permettre à un candidat ou parti de saisir le juge des référés pour faire cesser la diffusion de "fausses informations" durant les trois mois précédant un scrutin national.

L'intervention du juge "sera encadrée. Pour qu'elle soit justifiée, l'information devra être manifestement fausse et diffusée de manière délibérée, massive et artificielle", a expliqué Françoise Nyssen visant "les nouvelles viralités de l'information" sur Internet et les réseaux sociaux.

Les propositions de loi entendent imposer aux plateformes numériques (Facebook, Twitter, etc) des obligations de transparence lorsqu'elles diffusent des contenus contre rémunération. Elles prévoient également des dispositions relatives à l'éducation aux médias et à l'information.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pourra, quant à lui, "ordonner la suspension de la diffusion" d'un service "contrôlé par un état étranger ou sous l'influence" de cet état s'il "diffuse de façon délibérée de fausses informations de nature à altérer la sincérité du scrutin".

Les députés de gauche, l'UDI-Agi et Les Républicains ont dénoncé un texte inutile, "les fausses informations étant déjà réprimées par la loi sur la presse de 1881". Ils ont également pointé une définition non-aboutie d'une fausse information, la difficulté pour un juge de trancher dans l'urgence sur des situations complexes et dénoncé le pouvoir de censure exorbitant accordé au CSA.

La ministre de la Culture Françoise Nyssen à l'Elysée, le 03 octobre 2018
La ministre de la Culture Françoise Nyssen à l'Elysée, le 03 octobre 2018 ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )

"Nous doutons que la procédure de référé soit suffisante pour qualifier l'infraction. Cela fait peser sur le juge un enjeu assez lourd avec des risques de pression et d'instrumentalisation", a fait valoir Constance Le Grip (LR).

"Les bonnes intentions ne font pas forcément des bonnes lois", a abondé Marietta Karamanli (PS) pour qui la meilleure des solutions reste la mobilisation de la presse indépendante.

"Ce sujet n'existe pas. C'est une mauvaise plaisanterie", a tonné le leader des insoumis Jean-Luc Mélenchon pour qui la loi sur la presse répond déjà à la diffusion des fausses nouvelles.

L'ancien candidat à la présidentielle s'est en revanche félicité de voir sa proposition de création d'un conseil de déontologie de la presse reprise tout en s'interrogeant sur les suites de la mission Hoog: "est-elle faite pour enterrer le sujet ou pour le servir?"

Déposées en mars dernier, les deux propositions de loi avaient été adoptées par l'Assemblée mais rejetées par le Sénat sans même être discuter cet été et aucune conciliation n'a pu être trouvée en commission mixte paritaire (CMP). Après le vote de cette nuit, le texte repart au Sénat pour sa dernière navette avant le scrutin final.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 22/10/2018

Des tradeurs à la bourse de New York, le 19 octobre 2018 ( Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )Wall Street a terminé en ordre dispersé lundi, affaiblie par un recul des…

Publié le 22/10/2018

En dépit de deux nouvelles favorables, le relèvement d’un cran de sa note de crédit par S&P Global Ratings et la fin de poursuite aux Etats-Unis, Crédit Agricole SA perd 1,31% à 11,734 euros,…

Publié le 22/10/2018

La généralisation des solutions ERP au sein des entreprises est désormais une donnée classique et occupe une place déterminante dans la bonne réalisation et conduite de leurs…

Publié le 22/10/2018

Des codes couleurs "Nutriscore" sur les emballages de plats cuisinés, le 28 octobre 2016 dans un supermarché à Lyon ( JEFF PACHOUD / AFP/Archives )Nutriscore, réseaux sociaux ou applications…

Publié le 22/10/2018

Paris, 22 Octobre 2018 - Atos, leader international de la transformation digitale, annonce que sa nouvelle génération de loch électromagnétique, LMN6, a été choisie par la Marine…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2018

Un total de 721 patients a été recruté. L'analyse finale interviendra en 2019...

Publié le 22/10/2018

"Le chemin d'ici 2020 ne sera pas linéaire. Nous continuons à renforcer notre modèle économique pour accélérer au cours de 2019 et en 2020, vers nos objectifs"...

Publié le 22/10/2018

    WORLDLINE SA Société Anonyme au capital de 90.746.112,88 euros Siège social : River Ouest - 80 Quai Voltaire - 95870 BEZONS 323 623 603 RCS…

Publié le 22/10/2018

  Communiqué de Presse     Renforcement de GEMMES VENTURE au capital de CROSSJECT par conversion d'obligations convertibles     Dijon, le 22…

Publié le 22/10/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…