5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Faure (PS) étrille "le monde désenchanté de la République en Marche"

| AFP | 226 | Aucun vote sur cette news
Le patron des députés PS Olivier Faure, le 3 juillet 2017 à Versailles près de Paris
Le patron des députés PS Olivier Faure, le 3 juillet 2017 à Versailles près de Paris ( Eric FEFERBERG / POOL/AFP/Archives )

Des "robots", "ni de gauche ni de gauche" sur la réforme du travail et à "l'heure des reniements" sur la moralisation: le patron des députés PS Olivier Faure livre sa vision du "monde désenchanté de la République en marche", mercredi sur Facebook.

Dans un billet cinglant pour un "premier bilan de l'action de la nouvelle majorité", l'élu de Seine-et-Marne dépeint "un groupe constitué à la hâte", dont "le seul ciment est l'admiration pour son chef", et des dirigeants de la majorité ayant "envoyé au casse-pipe des débutants sur des fonctions exigeantes".

Selon le président du groupe Nouvelle Gauche, "la critique récurrente sur l'amateurisme a permis aux dirigeants de REM de créer un sentiment paranoïaque au sein du groupe majoritaire" qui fait que "face aux méchants +briscards+ (comprendre tous les autres groupes) il faut faire front et voter en bloc".

"Le résultat, ce sont des députés transformés en robots disciplinés, simples machines à voter", considère M. Faure. Et de les inviter à revoir ce fonctionnement: "Tout écart n'est pas une fronde".

"Les députés REM ont voté contre leurs propres engagements de campagne" dans les textes de moralisation, dénonce M. Faure: "exit le casier judiciaire vierge, exit l'incompatibilité entre fonction de conseil et mandat parlementaire" notamment.

En outre, "la majorité de l'Assemblée REM n'a eu aucun mal à s'accorder avec la majorité de droite du Sénat sur les ordonnances qui donnent la main au gouvernement dans l'écriture de la loi travail", note le président de groupe, selon qui cela signifie être "ni de gauche ni de gauche".

Il rejette cependant le "mauvais procès" qui leur serait fait d'"amateurs contre pros", car "être parlementaire n'est pas un métier mais une fonction".

Comme en réponse, dans une tribune publiée sur le site d'information le Huffingtonpost, le député REM Jean-Baptiste Djebbari défend mercredi son groupe fait de "politiciens non professionnels" et qui doivent "le rester", "en phase avec le réel".

"Une partie des médias et des réseaux sociaux se repaît du pseudo-amateurisme de la nouvelle législature", en "oubliant qu'elle a vilipendé pendant des années les politiciens professionnels, ensommeillés et absentéistes", déplore cet élu de Haute-Vienne, âgé de 35 ans.

Ces premières semaines à l'Assemblée lui laissent "une impression ambivalente", entre "grande fierté" et "grandes interrogations" sur "les foudres des réseaux sociaux que l'on sait déversoir anonyme et immédiat de toutes les frustrations".

"Devant cette société travaillée par ses contradictions et, par le fait de certains, tentée par le pire, le sursaut doit être collectif", plaide-t-il.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS