5 281.58 PTS
-
5 278.5
+1.14 %
SBF 120 PTS
4 231.68
-
DAX PTS
12 451.96
-
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
-0.36 %
Nikkei PTS
21 963.58
+1.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Faure: "Nous vivons en ce moment la fin de l'illusion Macron"

| AFP | 366 | 4.33 par 6 internautes
Le président du groupe PS à l'Assemblée, Olivier Faure à Paris, le 24 octobre 2017
Le président du groupe PS à l'Assemblée, Olivier Faure à Paris, le 24 octobre 2017 ( Eric FEFERBERG / AFP/Archives )

Le président du groupe PS à l'Assemblée, Olivier Faure, a estimé jeudi que la France vivait "en ce moment la fin de l'illusion Macron", chacun s'apercevant que le président de la République "est un président de droite comme les autres".

"Pourquoi nous vivons en ce moment la fin de l'illusion Macron ? (...) Parce que les retraités ont reçu le mois dernier l'ensemble de leurs revenus amputés de la CSG, parce que les fonctionnaires voient leur salaire baisser, parce que les salariés voient très bien que ce qui leur a été promis, c'est pour la Saint-Glinglin, alors que les sacrifices, c'est pour le quotidien", a-t-il dit, invité de l'émission Questions d'info (LCP/AFP/Le Point).

"Chacun comprend bien qu'on a à nouveau de la croissance, des marges de manoeuvre, mais qui ont été intégralement utilisées pour les plus riches", a poursuivi le député de Seine-et-Marne, pointant le coût de l'abaissement de la fiscalité du capital, "25 à 30 milliards d'euros sur cinq ans".

"Ces 30 milliards, ils auraient pu être utilisés pour les Ehpad, pour les prisons, pour les services publics (...) La politique de ce gouvernement, elle est marquée par le sceau de l'injustice et c'est un choix assumé parce que, en réalité, Emmanuel Macron est un président de droite comme les autres", a-t-il ajouté.

"C'est malheureusement ce que l'on observe, même s'il y a eu une illusion pendant la présidentielle, pour des femmes, des hommes de gauche, qui ont cru qu'il serait un social-démocrate. Mais ça n'est pas le cas (...) Aujourd'hui, on a la démonstration quotidienne que la politique qu'il conduit est la politique qu'aurait pu conduire François Fillon, qu'aurait pu conduire Alain Juppé. On va le voir sur la question du statut ou de la fonction publique ou des cheminots. En fait, il est bloqué sur 1995, c'est le retour à Alain Juppé droit dans ses bottes", a-t-il insisté.

Voyant dans la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires une "obsession idéologique" guère différente de celle qui avait inspiré la réduction générale des politiques publiques de Nicolas Sarkozy, M. Faure a aussi estimé que le gouvernement avait sur la question des cheminots une "approche thatchérienne".

"On voit bien quelle est l'inspiration de tout ça. La dérégulation. La fragilisation du statut. La fermeture des lignes non rentables alors que le service public a précisément pour vocation d'être aux endroits où il y a des besoins pas forcément de la rentabilité", a-t-il fustigé.

"L'objectif d'Emmanuel Macron n'est pas de venir corriger la mondialisation (...) c'est d'adapter notre modèle au modèle anglo-saxon", selon lui.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
6 avis
Note moyenne : 4.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/02/2018

Le Premier ministre, qui visitait vendredi une usine L'Oréal, n'est pas inquiet après l'annonce par Nestlé de la non reconduction du pacte d'actionnaires qui le lie à la famille Bettencourt…

Publié le 16/02/2018

Le Gabon a annoncé vendredi la réquisition de la SEEG, filiale eau et électricité du groupe français, ainsi que son intention de résilier son contrat de concession.

Publié le 16/02/2018

Le désaccord concernant les conditions de diffusion des chaînes de TF1 sur le réseau d'Orange se poursuit. Orange a annulé des campagnes publicitaires prévues sur TF1...

Publié le 16/02/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement   SA au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…

Publié le 16/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

CONTENUS SPONSORISÉS