5 390.46 PTS
+0.20 %
5 386.00
+0.22 %
SBF 120 PTS
4 288.02
+0.14 %
DAX PTS
13 059.84
+0.39 %
Dowjones PTS
23 557.99
+0.14 %
6 409.29
+0.36 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Familles de jihadistes: Macron pour des retours au "cas par cas"

| AFP | 157 | Aucun vote sur cette news
 Emmanuel Macron à Dubaï, le 9 novembre 2017
Emmanuel Macron à Dubaï, le 9 novembre 2017 ( LUDOVIC MARIN / AFP )

Les éventuels retours de femmes et enfants de jihadistes français capturés en Irak et Syrie seront examinées "au cas par cas", a déclaré Emmanuel Macron, provoquant l'inquiétude de leurs familles qui l'exhortent à les rapatrier pour ne pas en faire "des bombes à retardement".

"Pour les femmes et les enfants, ce sera du cas par cas (...) Cela dépend à chaque fois des pays et des situations", a déclaré le chef de l’État, interrogé mercredi par France 2 sur l'épineuse question des "revenants" de l'ancien territoire tenu par le groupe État islamique (EI)à en Irak et Syrie.

En Irak, "nous avons des échanges permanents avec la justice (locale), que nous reconnaissons. Et quand des crimes sont identifiés pour des ressortissants français (...), ils doivent être jugés", a-t-il précisé dans cet entretien mis en ligne sur le site de franceinfo.

"Il y en a qui peuvent revenir sans qu'ils soient rapatriés, il y en a qui peuvent être rapatriés, et il y en a qui seront jugés avec leurs familles, dans certaines circonstances, dans les pays où ils sont, en particulier l'Irak", a ajouté M. Macron qui s'exprimait en marge de l'inauguration du Louvre Abu Dhabi.

Il n'a pas fourni de précisions sur la Syrie, où se trouvaient jusqu'à cette année, selon des sources concordantes, la plupart des femmes et enfants de jihadistes français combattant pour le groupe État islamique (EI) aujourd'hui en pleine déconfiture sur le terrain.

Fin octobre, une vingtaine de "parents, grands parents et proches des jeunes filles partis en Syrie ou en Irak" avaient envoyé une lettre à M. Macron pour lui demander de rapatrier en France les femmes françaises et leurs enfants et de faire en sorte que les premières y soient jugées en fonction de leurs actes.

Ils n'avaient jusqu'ici pas eu de réponse, le gouvernement redoublant de prudence sur le sujet dans un pays toujours marqué du souvenir des sanglants attentats de 2015, en partie perpétrés par des "revenants" de Syrie.

Les déclarations du président ont aussitôt été dénoncées par un représentant et un avocat des familles concernées.

Ces propos sont "indignes" et "irresponsables", a déclaré à l'AFP Amine Elbahi, dont la sœur, qui avait quitté la France en 2014 à 19 ans pour gagner la Syrie et y a eu deux enfants d'un combattant de l'EI tué depuis.

"Les enfants sont innocents. En faisant du cas par cas, par exemple en fonction de l'âge, on va décomposer les familles. Or c'est cette décomposition familiale qui a favorisé en France le terreau de la radicalisation. Nous sommes en train de reproduire notre Histoire", a-t-il prévenu.

"Le retour de ces enfants est un enjeu sociétal prioritaire. Les abandonner à leur sort serait faire d'eux des bombes à retardement", a abondé Samia Maktouf, avocate en lien avec certaines familles. "Il devraient être pris en charge par leurs grands-parents dans un cadre adapté. Ils sont français, c’est un devoir de la France de les accueillir, n’en faisons pas des apatrides".

Selon le gouvernement, environ 1.700 Français sont partis rejoindre les zones jihadistes irako-syriennes depuis 2014. Sur ce total, 278 sont morts - chiffre qu'il admet lui-même sous-évalué - et 302 sont revenus en France, dont 66 femmes et 58 mineurs, la plupart de moins de 12 ans. Les autres ont été capturés en Syrie ou Irak, tués dans les combats ou ont fui vers les derniers territoires tenus par l'EI ou d'autres foyers jihadistes (en Libye notamment).

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/11/2017

L'Assemblée nationale a voté le rétablissement, dans le cadre du budget 2018, d'un jour de carence dans la fonction publique en cas d'arrêt maladie ( Patrick KOVARIK / AFP/Archives…

Publié le 20/11/2017

Une famille de réfugiés évacuée de Libye, installée dans les locaux du HCR à Niamey, le 17 novembre 2017, en attendant d'être acheminée en France ( Sia KAMBOU / AFP )Ils ont passé des…

Publié le 17/11/2017

Aucune compensation n'a été arbitrée pour les salariés d'entreprises publiques comme la SNCF, la RATP ou La Pose ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )Une compensation de la hausse de la…

Publié le 14/11/2017

Au Venezuela, Luber Faneitte, fonctionnaire de 56 ans, souffre déjà durement des conséquences de la crise économique ( FEDERICO PARRA / AFP )Si le Venezuela tombe en défaut de paiement, "ce…

Publié le 09/11/2017

Les députés à l'Assemblée nationale, le 8 novembre 2017 à Paris ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )Les députés ont renforcé jeudi soir en commission les sanctions contre des fraudeurs au fisc…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 SAINT-ETIENNE 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 24/11/2017

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C a progressé de 100 en octobre par rapport à septembre en France, à 5 616 000 personnes, a annoncé le Ministère du travail. Il a…

Publié le 24/11/2017

  ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 19 991 141 euros Siège social : 2 rue de Bassano - 75116 PARIS RCS PARIS 735 620 205 - SIRET 735 620 205 00121…

Publié le 24/11/2017

Fouad Chéhady est nommé responsable de la Transformation et de l’Excellence opérationnelle, membre du comité exécutif de Natixis. Il est rattaché à Laurent Mignon, Directeur général de…

Publié le 24/11/2017

Saint-Gobain a acquis 90% des actions d'Isoroc Pologne ainsi que la marque Isoroc en Europe. Saint-Gobain détient déjà la société Isoroc Russie et la marque correspondante depuis 2016. Isoroc…

CONTENUS SPONSORISÉS