En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 903.52 PTS
-0.12 %
4 899.0
-0.05 %
SBF 120 PTS
3 900.11
-0.04 %
DAX PTS
10 927.49
-0.02 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.00 %
1.138
+0.09 %

Facebook accusé par le Parlement britannique de divulguer des données d'utilisateurs

| AFP | 210 | Aucun vote sur cette news
Une commission parlementaire britannique a accusé mercredi Facebook de divulguer des données personnelles d'utilisateurs à certaines entreprises
Une commission parlementaire britannique a accusé mercredi Facebook de divulguer des données personnelles d'utilisateurs à certaines entreprises ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Une commission parlementaire britannique a accusé mercredi Facebook de divulguer des données personnelles d'utilisateurs à certaines entreprises, plus de 200 pages d'emails internes au géant américain à l'appui.

Facebook s'est défendu de toute irrégularité.

"La publication de ces documents est dans l'intérêt du public", a tweeté Damian Collins, le président de la Commission sur le numérique, la culture et les médias (DCMSC) de la Chambre des Communes.

"Ils soulèvent des questions importantes sur la manière dont Facebook gère les données de ses utilisateurs, sur leurs politiques en matière de collaboration avec des développeurs d'applications et sur la manière dont ils exercent leur position dominante sur le marché des réseaux sociaux", a-t-il ajouté.

Facebook est depuis plusieurs mois dans le viseur de cette commission dans le cadre d'une enquête sur le phénomène des "fake news".

La semaine dernière, le président de la Commission avait demandé à un responsable du réseau social d'expliquer le contenu d'emails internes de Facebook saisis au sein de l'entreprise américaine Six4Three, provenant à l'origine d'une plainte aux Etats-Unis et obtenus en vertu d'une procédure parlementaire rarement utilisée.

"Nous ne pensons pas avoir reçu de réponses franches de Facebook sur ces questions importantes. C'est pourquoi nous publions les documents", a expliqué Damian Collins mercredi.

Dans un résumé de cette liasse de 250 pages, qui inclut des emails envoyés par le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, Damian Collins soulève plusieurs "problèmes-clés".

Il affirme que Facebook a noué des accords avec certaines entreprises pour leur permettre "un accès total aux données des amis des utilisateurs" du réseau social, bien que le géant américain ait annoncé en 2015 mettre fin à ces accès.

Selon lui, Facebook a aussi utilisé Onavo, une application proposant un service de VPN (réseau privé virtuel), pour conduire des enquêtes sur l'usage des applications par les utilisateurs, "apparemment à l'insu" de ceux-ci, selon M. Collins.

Facebook "n'a jamais vendu les données des gens" et les documents publiés mercredi "sont présentés de manière très trompeuse sans ajouter de contexte", a déclaré un porte-parole de Facebook contacté par l'AFP.

Ce porte-parole a rappelé les changements effectués par le réseau social en 2014 et 2015 pour empêcher le partage de données d'amis d'utilisateurs avec les développeurs d'applications.

"Nous n'avons jamais vendu les données de quiconque", a insisté Mark Zuckerberg, dans un long post sur sa page Facebook.

"Nous avons bloqué beaucoup d'applications louches", et "imposé des restrictions à un certain nombre d'applications" a-t-il écrit. "Pour d'autres, nous avons demandé aux développeurs de fournir aux gens des moyens simples de partager leurs informations en dehors de leurs applications et sur Facebook s'ils le souhaitaient".

Facebook est empêtré dans plusieurs affaires, comme les accusations d'ingérence russe sur sa plateforme dans l'élection présidentielle américaine de 2016, mais aussi le scandale de l'exploitation par la firme Cambridge Analytica de données d'utilisateurs à leur insu à des fins politiques, de même qu'une faille de sécurité ayant conduit au piratage de millions de comptes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Le double test du support clé des 107.15 euros a permis de stopper la correction du titre qui a entrepris depuis un mouvement de rebond. Du côté des indicateurs techniques, le RSI retrouve un…

Publié le 13/12/2018

Par courrier reçu le 10 décembre 2018 par l'AMF, complété par un courrier reçu le 13 décembre, la société LUX Investment Fund S...

Publié le 13/12/2018

Offre de mobilité verte qui vise à simplifier l'accès aux véhicules électriques...

Publié le 13/12/2018

  Le programme européen MALE RPAS passe avec succès sa revue de conception préliminaire, dernière étape de l'étude de définition   La revue de conception…

Publié le 13/12/2018

Total a signé un accord portant sur la cession d'une participation de 4% dans le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) Ichthys en Australie au partenaire opérateur INPEX pour un montant global de…