En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 742.38 PTS
-
4 774.5
-
SBF 120 PTS
3 769.59
-
DAX PTS
10 622.07
-
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+1.05 %
1.137
+0.12 %

Face à la crise des "gilets jaunes", l'avenir de Philippe à Matignon en question

| AFP | 200 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre Edouard Philippe sur le plateau du 20H de TF1, le 6 décembre 2018 à Boulogne-Billancourt
Le Premier ministre Edouard Philippe sur le plateau du 20H de TF1, le 6 décembre 2018 à Boulogne-Billancourt ( Thomas SAMSON / AFP )

Envoyé en première ligne par Emmanuel Macron cette semaine, Édouard Philippe voit son avenir à Matignon remis en question par une crise des "gilets jaunes" qui déstabilise comme jamais l'exécutif et le chef de l'État.

Malgré un désaveu de l'Élysée en plein débat à l'Assemblée nationale mercredi, le Premier ministre peut encore espérer une survie politique, soulignent toutefois des sources dans la majorité. Notamment parce que la fronde vise principalement le président et que ce dernier ne veut pas pour l'heure d'un changement de cap majeur sur sa politique.

"Ma mission c'est d'atteindre les objectifs qui ont été fixés par le président de la République. Je le fais avec le soutien de la majorité (...) et avec la confiance du président. Et c'est ce qui m'importe", a affirmé le Premier ministre jeudi soir sur TF1, assurant qu'il n'y avait "aucune cacophonie" entre l'Elysée et Matignon.

Mercredi, 15H00, devant les députés: Édouard Philippe annonce que la hausse de la taxe carbone ne figurera pas dans le budget 2019. Mais il laisse la porte ouverte à un retour, en cas d'hypothétique accord lors de la concertation de trois mois prévue par l'exécutif, "dans le projet de loi de finances rectificative prévu de longue date au printemps".

Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée nationale, le 5 décembre 2018 à Paris
Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée nationale, le 5 décembre 2018 à Paris ( Alain JOCARD / AFP )

L’Élysée juge que le chef du gouvernement ne va pas assez loin, et appelle alors des journalistes pour dire que la taxe est "annulée" et ne sera pas remise sur la table au cours de l'année 2019. À la fin du débat au Parlement, Édouard Philippe annonce plus que clairement que "la hausse de cette taxe est désormais abandonnée dans le PLF 2019", sans évoquer cette fois l'hypothèse d'un retour plus tard dans l'année.

Bataille

Le cafouillage a révélé encore un peu plus la bataille qui se mène dans les coulisses du pouvoir, où un axe Matignon-Bercy de plus en plus affaibli tente depuis plusieurs semaines de reculer le moins possible face à la violente fronde contre la hausse des taxes sur le carburant, sur le pouvoir d'achat et les impôts en général.

En face, un camp où l'on retrouve notamment le patron du MoDem François Bayrou, le président de l'Assemblée Richard Ferrand, l'influent conseiller Philippe Grangeon ou encore le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian... Des macronistes qui poussent pour un changement de cap plus social.

Le Premier ministre Edouard Philippe à la sortie de l'Elysée, le 5 décembre 2018 à Paris
Le Premier ministre Edouard Philippe à la sortie de l'Elysée, le 5 décembre 2018 à Paris ( ludovic MARIN / AFP )

Trop techno, trop raide, trop orthodoxe... "Philippe a fait une ligne politique qui malgré toutes ses qualités et son humour nous a plantés", juge un député LREM.

Avec le soutien du directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Alexis Kohler, le Premier ministre a obtenu que le président raye à la dernière minute de son discours du 27 novembre la suspension de la hausse des taxes. Las: après un week-end de graves violences, l'exécutif a fini par reculer mardi.

Le président, tombé à 18% d'opinions favorables selon un sondage YouGov publié jeudi, envoie son Premier ministre, tombé lui à 21%, pour annoncer plusieurs gels fiscaux. Trop peu et trop tard, répliquent l'opposition et les "gilets jaunes", dont le mouvement et les revendications se sont radicalisés de week-end en week-end.

Flamme

Pour un des tenants du changement de cap, Édouard Philippe est déjà condamné. "Même si les choses se passent pas trop mal ce week-end (...) je ne vois pas comment il peut aller aux européennes", juge ce pilier de la majorité.

"Il a fait son travail de Premier ministre mais on sent que la flamme n'est plus là", a jugé le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau jeudi après le discours du chef du gouvernement au Sénat. "Je ne pense pas que ça puisse durer très longtemps, mais il est en fonction", a dit son homologue socialiste Patrick Kanner.

Débarquer Édouard Philippe, oui, mais pour quoi faire? rétorquent d'autres, encore nombreux, dans la majorité.

Sur les ronds-points des "gilets jaunes", c'est principalement le président Macron qui est visé, et la peau d'un Premier ministre est peu susceptible de calmer les plus radicaux.

Quant à Emmanuel Macron, il veut à tout prix éviter de "changer de cap" sur le fond en cours de quinquennat, comme l'avaient fait Nicolas Sarkozy en 2008 ou François Hollande en 2014.

"Et puis qui trouvera un Premier ministre aussi loyal qu’Édouard Philippe ? D'autant qu'il lui faut quelqu'un à droite à Matignon", fait valoir un ami du Premier ministre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 11/12/2018

Photo d'illustration de machines à sous dans un casino de Las Vegas en 2015 ( Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )Deux religieuses américaines qui officiaient dans une école…

Publié le 11/12/2018

La ministre des Affaires européennes Nathalie Loiseau le 14 novembre 2018 à Paris ( ludovic MARIN / AFP/Archives )Brexit "hard" ou "soft"? L'Assemblée nationale a donné son aval au projet de…

Publié le 11/12/2018

La directrice artistique de Givenchy, Clare Waight Keller, pose le 10 décembre 2018 à Londres ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP )La directrice artistique de Givenchy, Clare Waight Keller, a reçu lundi…

Publié le 10/12/2018

L'iPhone X d'Apple, le 3 novembre 2017 à San Francisco ( Elijah Nouvelage / AFP/Archives )Un tribunal chinois a interdit la vente et l'importation en Chine de la plupart des modèles d'iPhone à…

Publié le 10/12/2018

L'effondrement du terminal 2E à Roissy le 23 mai 2004 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )L'esthétique et l'innovation, au détriment de la solidité ? Au premier jour du procès de quatre…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

CS a des objectifs de croissance ambitieux dans l'industrie spatiale en Europe. Moltek serait un complément idéal aux activités de CS Space...

Publié le 10/12/2018

Communiqué de presse Paris La Défense, le 10 décembre 2018 Albioma cède son activité de méthanisation en France à Evergaz   Biométhanisation Partenaires, société…

Publié le 10/12/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 10/12/2018

Global Ecopower a affiché des résultats semestriels en progression. Ainsi, le groupe a fait état d’un résultat net, part du groupe de 2,024 millions d'euros au premier semestre, contre -0,659…

Publié le 10/12/2018

Compagnie des Alpes vient de lever le voile sur ses résultats 2107/2018. Ainsi, l’exploitant de domaines skiables et de parcs à thèmes a publié un résultat net part du groupe en hausse de plus…