En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.142
+0.00 %

Exclusion de LR: les cinq pro-Macron fixés mardi soir ?

| AFP | 362 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre Edouard Philippe, le 25 octobre 2017, à l'Elysée
Le Premier ministre Edouard Philippe, le 25 octobre 2017, à l'Elysée ( Patrick KOVARIK / AFP/Archives )

Sauf coup de théâtre, les cinq ministres et responsables "Constructifs" pro-Macron - à commencer par Édouard Philippe -, devraient être finalement exclus mardi du parti Les Républicains, lors d'un nouveau bureau politique, même si certains d'entre eux pourraient déposer un recours contre leur éviction.

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, le secrétaire d'État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, le président du groupe UDI-Constructifs à l'Assemblée, Franck Riester, et le député du même groupe, Thierry Solère, sont visés par la procédure.

Subtilité langagière, s'agissant du Premier ministre Edouard Philippe, le bureau politique avait mardi dernier "pris acte" de son "départ".

"C'est une réunion purement formelle. La décision politique a été prise la semaine dernière à une large majorité. Pour des raisons de forme juridique, il faut une décision de pur formalisme administratif", a voulu relativiser mardi matin le secrétaire général de LR, Bernard Accoyer.

Le député
Le député "Les Constructifs" Thierry Solère, à l'Assemblée nationale, le 17 octobre 2017 ( Patrick KOVARIK / AFP/Archives )

La décision d'exclure avait tourné à l'Arlésienne, ces dernières semaines, avec en point d'orgue la tenue la semaine dernière d'un premier bureau politique qui, faute de quorum, n'avait pu statuer.

Lors de ce deuxième bureau de mardi soir, un nombre minimum de participants n'est plus requis.

Parmi les reproches de Les Républicains aux pro-Macron, "leur ralliement individuel à la majorité présidentielle", à certains d'entre eux, d'avoir "soutenu des candidats contre les candidats" LR aux législatives, ou, à l'instar de M. Darmanin, de s'être présenté sur des listes La République en Marche aux sénatoriales.

"Pas banal, quand même, l'idée qu'un parti de gouvernement, celui de la droite française, exclue le bras-droit de Nicolas Sarkozy à la primaire, Gérald Darmanin, le bras droit d'Alain Juppé, Édouard Philippe, le plus jeune président d'un département de France, Sébastien Lecornu, et moi-même qui ai organisé les primaires", a ironisé mardi Thierry Solère, déplorant une "dérive de la droite française".

- Un nouveau parti ? -

Lors du bureau du 24 octobre, une large majorité des participants s'était prononcés pour l'exclusion. "Ceux qui nourrissent le FN, ce sont ceux qui entretiennent la confusion entre la droite et la gauche", avait notamment fustigé M. Accoyer, tandis que le favori pour prendre la présidence de Les Républicains, Laurent Wauquiez, considérait que "le feuilleton (avait) assez duré".

Le secrétaire général de LR, Bernard Accoyer, le 5 juillet 2017, à Paris
Le secrétaire général de LR, Bernard Accoyer, le 5 juillet 2017, à Paris ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives )

L'un de ses concurrents à la future élection interne du parti, Maël de Calan, a suggéré mardi une idée médiane : acter que les LR qui sont entrés au gouvernement "ont quitté de facto" le parti, mais faire "une distinction avec les députés constructifs, dont il est "partisan de les garder dans le parti".

Autre reproche des Républicains contre les pro-Macron : avoir annoncé "la création imminente d'un nouveau parti politique, après avoir créé un groupe dissident à l'Assemblée nationale". Allusion à M. Riester, président du groupe "Constructifs" à l'Assemblée, qui avait annoncé la semaine dernière à l'AFP "la création, à court terme, d'un nouveau parti de droite, libéral, social, européen, réformiste et humaniste".

Interrogé mardi matin par l'Opinion.fr, M. Solère s'est montré moins affirmatif. "Il y a une offre politique à offrir", a-t-il dit. "Après est-ce que la forme habituelle d'un parti avec des fédérations, c'est exactement ce que les gens veulent, je ne suis pas certain".

S'ils sont exclus mardi soir, les cinq pro-Macron n'excluent pas de former des recours : "j'ai pas envie de me faire virer comme un malpropre", a indiqué mardi matin Sébastien Lecornu, qui a estimé que "sur le terrain juridique, (Les Républicains) n'ont pas d'argument". "J'ai demandé mon dossier : dedans , il n'y a rien", a-t-il encore affirmé.

"Le but, c'est de les emmerder", s'est montré davantage décidé l'un des cinq à l'AFP.

Ironie de l'histoire : la commission de recours compte parmi ses membres deux des futurs exclus, Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 16/11/2018

  Raison sociale de l'émetteur : Société Générale S.A. - SA au capital de 1 009 897 173,75…

Publié le 16/11/2018

TIVOLY Société Anonyme au capital de 11 079 900 euros Siège Social : 266 route Portes de Tarentaise - 73790 Tours-en-Savoie R.C.S. Chambéry : 076 120 021   Communiqué de…