En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 514.57 PTS
-0.13 %
5 503.50
-0.20 %
SBF 120 PTS
4 340.77
-0.09 %
DAX PTS
12 228.44
-0.38 %
Dowjones PTS
26 629.02
-0.37 %
7 627.52
-1.24 %
1.135
-0.36 %

Européennes: les vainqueurs et les perdants du scrutin

| AFP | 214 | Aucun vote sur cette news
Européennes : les résultats en France
Européennes : les résultats en France ( / AFP )

Victoire du Rassemblement national de Marine Le Pen qui devance la liste du président Emmanuel Macron, percée des écologiques et effondrement de la droite: principaux vainqueurs et perdants d'un scrutin européen marqué par une forte mobilisation.

Le Pen gagne son duel contre Macron

En mettant en avant le clivage progressistes contre nationalistes, Emmanuel Macron a instauré une confrontation directe avec Marine Le Pen, qui a elle-même fait du scrutin un "référendum anti-Macron".

L'arrivée en tête de la liste RN conduite par Jordan Bardella donne à la dirigeante d'extrême droite l'occasion de prendre sa revanche sur le chef de l'État, deux ans après son échec à la présidentielle, et de s'affirmer comme sa première opposante.

La patronne du RN, qui s'est beaucoup impliquée dans la campagne, sort des européennes relégitimée pour représenter son parti à la présidentielle de 2022.

Mais la victoire du RN, qui retrouve à peu près son score des européennes de 2014 (24,86%), aura peu d'impact au plan européen où l'influence de l'extrême droite reste limitée.

L'échec de la liste "Renaissance" conduite par la LREM Nathalie Loiseau constitue un revers pour Emmanuel Macron au sortir du mouvement des "gilets jaunes" et du grand débat.

Ce résultat peut écorner son image et affaiblir sa capacité pour mener à bien l'acte II des réformes de son quinquennat et impulser un nouveau projet pour l'Europe.

Les écolos créent la surprise

Avec près de 13% des voix, la liste EELV a créé la surprise en arrivant, comme en 2009, en troisième position du scrutin devant la liste de la droite LR et en damant le pion à l'ensemble des listes de gauche dont celle des mélenchonistes.

Sans atteindre les 16,28% des voix obtenus par la liste Cohn-Bendit en 2009, elle dépasse largement son score des européennes de 2014 (8,95%).

Une réussite personnelle pour la tête de liste Yannick Jadot, qui avait pris le risque de partir seul à la bataille en refusant la main tendue à gauche et en se posant en défenseur d'une écologie authentique face aux "opportunistes", adeptes selon lui du greenwashing (éco-blanchiment).

Jamais le thème de la transition écologique n'a été aussi présent dans les programmes des européennes. Et la liste Loiseau pouvait se prévaloir du soutien de Daniel Cohn-Bendit et de la candidature de figures de l'écologie comme Pascal Canfin, l'ex-patron du WWF France, et l'eurodéputé Pascal Durand.

L'effet Bellamy n'a pas suffi, la droite s'effondre

Traumatisés par la défaite de François Fillon en 2017 et amputés d'une partie de leurs membres passés à LREM, Les Républicains (LR) subissent un nouveau revers en recueillant autour de 8% des voix.

Loin des 20,81% de l'UMP aux européennes de 2014 ou des 20,1% de François Fillon à la présidentielle de 2017, le parti de Laurent Wauquiez s'effondre.

L'enthousiasme militant suscité durant la campagne par sa tête de liste François-Xavier Bellamy, professeur de philosophie étiqueté conservateur, n'aura pas suffi. Et l'état-major du parti, qui avait un moment espéré dépasser les 15% avant de se satisfaire des 12 à 13% promis par les sondeurs, devra tirer les leçons d'un échec.

Le reste de la gauche paye son émiettement

Éparpillée en pas moins de quatre listes (LFI, PS/Place publique, PCF, Générations), la gauche (hors écologistes), qui totalise un peu plus de 18% des voix, est la grande perdante du scrutin.

Pour la liste LFI de Manon Aubry, qui recueillerait 6,3%, c'est un peu la douche froide. Fort de ses 19,58% à la présidentielle, le parti de Jean-Luc Mélenchon espérait passer devant LR et déjouer le duo LREM-RN. Mais malgré une grosse campagne et son soutien appuyé aux "gilets jaunes", les Insoumis n'ont pas capitalisé comme ils l'escomptaient sur le vote sanction anti-Macron.

Crédité du même score (6,3%), le Parti socialiste sauve les meubles après sa descente aux enfers de la présidentielle de 2017 (6,36%).

Après avoir tenté l'élargissement et visé les 10%, la liste Place publique-PS, conduite par l'inexpérimenté Raphaël Glucksmann s'était repliée sur sa base militante pour échapper au pire des scénarios: une absence d'élu, inédite depuis la première élection européenne de 1979. Conscient du risque, les derniers éléphants du parti, de François Hollande à Lionel Jospin, se sont mobilisés dans la dernière ligne droite.

Enfermé dans sa tour d'ivoire, l'ex-candidat PS de la présidentielle en rupture de ban, sans espace politique autonome, Benoît Hamon, et sa liste "Générations" a payé cash son isolement et le réflexe du vote utile. Sans élu, il pourrait, comme il l'a laissé entendre, mettre fin à plus de 30 ans de vie politique.

Les communistes, redevenus autonomes depuis leur désalliance avec le Front de gauche et Jean-Luc Mélenchon, peinent à émerger avec 2,6% des voix. Ils retrouvent l'étiage des dernières législatives (2,72%) malgré la campagne dynamique de sa tête de liste Ian Brossat.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/06/2019

Oncodesign, groupe biopharmaceutique spécialisé en médecine de précision, annonce aujourd'hui avoir atteint une étape déterminante dans le cadre de...

Publié le 25/06/2019

Le Conseil d'Administration communique

Publié le 25/06/2019

Roctool, spécialiste des technologies de chauffage et de refroidissement des moules pour les plastiques et les composites, annonce aujourd'hui les...

Publié le 25/06/2019

Le règlement et la livraison des actions et leur admission sur Euronext Paris interviendront le 28 juin

Publié le 25/06/2019

Hopscotch est sur le point d'acquérir 35,5% de Sopexa, une agence de communication internationale "100% Food, Drink & Lifestyle", portant ainsi sa participation de 30,5% à 66 % du capital. Par…