Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
8 167.50 PTS
-0.26 %
8 133.0
-0.17 %
SBF 120 PTS
6 192.19
-0.28 %
DAX PTS
18 704.42
-0.18 %
Dow Jones PTS
40 003.59
+0.34 %
18 546.23
-0.06 %
1.087
+0. %

Soutien aux salariés et critique du libre-échange: Aubry et Ruffin (LFI) en campagne à Amiens

| AFP | 697 | 3 par 2 internautes
Le député La France insoumise François Ruffin assiste à une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 30 avril 2024
Le député La France insoumise François Ruffin assiste à une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 30 avril 2024 ( Thomas SAMSON / AFP/Archives )

Après un début de campagne très axé sur la situation à Gaza, La France insoumise a fait sienne lundi la question sociale: la tête de liste Manon Aubry a tenu un meeting avec François Ruffin dans sa ville d'Amiens, après s'être rendue dans l'après-midi à l'usine Metex, entreprise en redressement judiciaire, pour soutenir les salariés.

"Produire ici ce dont nous avons besoin": devant près de 400 personnes, dans une des régions de France qui a le plus massivement voté "non" au référendum de 2005 sur le traité constitutionnel européen et qui reste marquée par la délocalisation des usines Goodyear ou Whirlpool, Manon Aubry a martelé son discours protectionniste, vantant "la fierté ouvrière du travail bien fait".

"Qui a organisé la perte de souveraineté de notre industrie? Qui a organisé l'ouverture de nos frontières à des produits qui viennent des quatre coins du monde? Qui a voté à tour de bras des accords de libre-échange? C'est cette Union européenne", a lancé la co-présidente du groupe de la gauche au Parlement européen, qui a également rappelé d'autres points de son programme, comme la sortie du marché de l'énergie.

Manon Aubry a par ailleurs ciblé "l'autre enfant du pays" - manière ironique de désigner Emmanuel Macron, originaire, comme François Ruffin, d'Amiens - "qui vend la France à la découpe pour attirer les investisseurs".

A ses côtés, le député de la Somme s'est réjoui de la visite attendue mardi de la tête de liste des socialistes Raphaël Glucksmann à Metex.

"Tant mieux si Metex, l'industrie, les ouvriers attirent les projecteurs de Paris (...) Maintenant les socialistes viennent, les ministres viennent et ils nous parlent de concurrence déloyale et critiquent le libre-échange? C'est notre victoire", s'est-il réjoui, en appelant à "des gauches réconciliées, mais dans la clarté".

"Taxe aux frontières"

Entourés de responsables syndicaux, les deux élus LFI ont pris plus tôt dans la journée la parole sur le parking de l'usine du biochimiste Metex dans la zone industrielle d'Amiens, dans la circonscription du député de la Somme.

Cette usine, la seule en Europe à produire de la lysine, un acide aminé essentiel pour la croissance musculaire des animaux d'élevage, est confrontée depuis plusieurs mois à un environnement économique difficile, les quelque 300 salariés du site craignant pour leur emploi.

L'entreprise, en quête d'un repreneur, doit notamment faire face à la concurrence des producteurs chinois de lysine, qualifiée de "dumping", et a une forte augmentation de ses coûts de production, en raison de l'envol des prix des matières premières comme le sucre.

"Il faut assumer le protectionnisme, une taxe aux frontières. Ce n'est pas un gros mot +taxe aux frontières+!", a lancé Manon Aubry devant plus d'une centaine de salariés et de syndicalistes picards, en précisant son projet: "une taxe en fonction de la distance et de la pollution".

De quoi réduire, selon elle, les importations de lysine chinoise.

François Ruffin s'en est pris lui aux "dirigeants de l'Union européenne" qui ont "ouvert la cage aux fauves". "Ils ont voulu ça, ils ont voulu laisser aux industriels, aux PDG, aux actionnaires, la possibilité de choisir partout en Europe, et même partout dans le monde, les plus bas coûts environnementaux, les plus bas coûts fiscaux et les plus bas coûts sociaux", a-t-il dénoncé.

"Le quotidien des gens"

Cette séquence sur la question sociale marquait la première intervention majeure dans la campagne de François Ruffin.

Jusqu'ici, c'est la guerre à Gaza, qualifiée de "génocide" par le mouvement de gauche radicale, qui a été au centre des discours - et des tweets - insoumis.

"Évidemment qu'il faut un cessez-le-feu à Gaza, évidemment qu'il faut faire preuve de solidarité avec les Ukrainiens agressés, mais ce qui fait le quotidien des gens c'est de savoir comment ils vont pouvoir manger, comment ils vont pouvoir se déplacer", a estimé devant la presse le député de la Somme, notoirement très attaché aux thématiques de la réindustrialisation ou du pouvoir d'achat.

Difficilement audible derrière les polémiques de Jean-Luc Mélenchon, l'émergence de la militante Rima Hassan ou encore les convocations pour "apologie du terrorisme" de cette même Rima Hassan et de Mathilde Panot, Manon Aubry a appelé à ne pas "opposer les sujets".

"Jean-Luc Mélenchon a laissé la place à plein de monde et c'est tant mieux", a répondu aux journalistes celle qui s'est fait connaitre en développant notamment les sujets de justice fiscale.

 ■

Copyright © 2024 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 31 mai 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du dimanche 12 mai 2024 au samedi 18 mai 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/05/2024

La nouvelle station de métro Saint-Denis Pleyel construite dans le cadre du projet du Grand Paris Express, à Saint-Denis, le 15 mai 2024 ( Dimitar DILKOFF / AFP )Quelques coups de balai, un…

Publié le 15/05/2024

La RATP "a fait le choix de refuser à ses agents de cumuler leur emploi avec une activité de VTC pour des raisons de sécurité" ( Ludovic MARIN / AFP/Archives )La RATP pourrait licencier "une…

Publié le 13/05/2024

Marc Cherqui, ancien directeur financier de la société de services pétroliers Bourbon à la sortie du palais de justice de Marseille, le 18 mars 2019 ( Boris HORVAT / AFP/Archives )L'ancien…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/05/2024

La Bourse de Paris a consolidé dans le calme, ne parvenant pas à s’affranchir du plus haut annuel et historique atteint récemment (8.259,19 points le 10/05/24). 

Publié le 17/05/2024

La Bourse de New York a fini en baisse jeudi, à l’issue d’une séance marquée par des prises de bénéfices après avoir signé des records historiques la veille. 

Publié le 17/05/2024

Eiffage avait annoncé le 28 février 2024 une augmentation de capital réservée aux salariés du groupe en France, Belgique, Luxembourg, Espagne, Allemagne, Suisse, Pays-Bas, Pologne et Sénégal.…

Publié le 17/05/2024

Danone annonce avoir réalisé la cession de ses activités EDP en Russie à Vamin R LLC, faisant suite à l’obtention des autorisations réglementaires russes requises - comme annoncé dans le…

Publié le 17/05/2024

Arbitrage audio et vidéo

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne

WEBINAIRE

Faut-il toujours investir dans l'immobilier en 2024 ?

Mercredi 22 mai
à 11h00

S'inscrire