En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

Européennes: Hamon, Jadot, Glucksmann, les amis d'hier prêts à s'affronter

| AFP | 344 | 1 par 1 internautes
L'essayiste Raphaël Glucksmann, fondateur du parti Place Publique, annonce sa candidature aux Européennes, le 15 mars 2019 à Paris
L'essayiste Raphaël Glucksmann, fondateur du parti Place Publique, annonce sa candidature aux Européennes, le 15 mars 2019 à Paris ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

Main dans la main à la présidentielle, Benoît Hamon, Yannick Jadot et Raphaël Glucksmann s'affronteront aux Européennes le 26 mai, et dès jeudi sur France 2, au risque de désorienter leurs électeurs et de le payer dans les urnes.

Les sondages accordent pour l'instant l'avantage à M. Jadot, tête de liste EELV, autour de 8-9%, devant la liste Place publique allié au PS menée par M. Glucksmann (5-6%) et celle de Générations par M. Hamon (entre 3 et 4%).

Candidat des écologistes à la présidentielle en 2017, Yannick Jadot avait alors accepté de se retirer au profit de M. Hamon, vainqueur de la primaire de la gauche. Raphaël Glucksmann, lui, avait corédigé le grand discours de Bercy de M. Hamon.

Après le score catastrophique du socialiste (6,36%), les trois hommes se retrouvaient encore sur la pelouse de Reuilly le 1er juillet 2017 pour le lancement du "Mouvement du 1er-Juillet", depuis rebaptisé Générations.

Un épisode qui marque la fin de l'idylle entre MM. Jadot et Hamon. "Benoît Hamon s'est projeté dans la création d'une écurie pour 2022. Moi, je lui ai dit que je n'allais pas devenir hamoniste", confiait alors M. Jadot.

Benoît Hamon, fondateur du parti Générations.s lors d'un meeting pour les Européennes, le 3 avril 2019 à Paris
Benoît Hamon, fondateur du parti Générations.s lors d'un meeting pour les Européennes, le 3 avril 2019 à Paris ( BERTRAND GUAY / AFP )

Des discussions sont bien ouvertes au printemps 2018 entre Générations et EELV pour l'élaboration d'une liste commune, sans résultat. "Ca a achoppé sur un sur des questions de stratégie", assure l'ancien député Pascal Cherki, proche de M. Hamon.

Alors que M. Hamon veut créer avec Yanis Varoufakis, fondateur du "Printemps européen", un nouveau groupe d'eurodéputés sur une ligne rompant avec la "vraie droite" et la "fausse gauche", les Verts défendent leur appartenance au groupe des Verts européens. Or, selon M. Cherki, une partie des Verts européens sont "ambigus" sur la question des alliances. "Certains sont sur la ligne de la grande alliance avec les libéraux", pointe-t-il.

"Respect"

Au printemps 2018, Yannick Jadot discute de son côté avec des personnalités de la société civile, dont Raphaël Glucksmann, Claire Nouvian, Thomas Porcher, pour ouvrir la liste EELV à de nouvelles figures.

Yannick Jadot, le 30 mars 2017 à Paris
Yannick Jadot, le 30 mars 2017 à Paris ( Philippe Lopez / AFP/Archives )

Mais là encore, les discussions échouent, et les trois compères décident de créer de leur côté un nouveau parti, Place publique. "Les Verts font du bon travail comme députés. Mais leur chapelle ne pourra pas faire la synthèse de tous les Français. (...) Les Verts ont l'image de gens qui se détestent et s'entretuent", expliquait cet automne à la presse Claire Nouvian.

Finalement M. Glucksmann et Mme Nouvian ont décidé mi-mars de s'allier au PS, perdant au passage Thomas Porcher. "Claire Nouvian m'avait dit: +Je ne veux pas vous rejoindre, regarde l'image des Verts...+. Puis à la fin elle est avec le PS... C'est un peu décousu", commente le secrétaire national d'EELV, David Cormand.

Entre Place publique et Générations, les choses ne vont pas mieux. Pour Benoît Hamon, ancien colocataire du patron du PS Olivier Faure dans les années 1990, il est inimaginable de revenir vers le PS qu'il a quitté avec fracas après la présidentielle.

"Place publique nous a dit: on ne peut pas laisser le PS à l'écart. Moi j'ai dit que je n'irai pas avec le PS. Avec qui j'irais discuter de la liste ? Carlos Da Silva ? (l'ancien bras droit de Manuel Valls, devenu directeur de cabinet de M. Faure, NDLR)", raconte M. Hamon.

Pour M. Glucksmann, l'enjeu est de tirer la social-démocratie vers la social-écologie. "Ma peur, si on ne fait rien, c'est que le PS redevienne comme avant", dit-il.

Ces derniers jours, les deux hommes ne se font aucun cadeau. "Yannick Jadot, l'union de la gauche ce n'est pas son histoire. Contrairement à Benoît Hamon", souligne M. Glucksmann. L'essayiste a récemment relaté à la presse que Benoît Hamon lui avait dit "préférer crever en (les) faisant échouer, plutôt que crever en (les) voyant réussir".

"Ca n'a jamais existé, je ne sais pas d'où ça sort, en tout cas pas de ma bouche", a répondu M. Hamon lors d'une conférence de presse mercredi. "Je n'ai aucun problème avec Raphaël Glucksmann, c'est un garçon pour lequel j'ai du respect, comme pour Yannick (Jadot). Les deux on travaillé avec moi, pour moi pendant l'élection présidentielle, et je n'ai pas du tout l'intention (...) de leur nuire", a-t-il ajouté.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…