En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 305.22 PTS
-1.82 %
5 300.00
-1.91 %
SBF 120 PTS
4 258.26
-1.66 %
DAX PTS
12 163.01
-1.58 %
Dowjones PTS
25 063.12
-0.94 %
7 333.01
-1.53 %
1.135
+0.06 %

Européennes: Hamon et Varoufakis veulent des listes sur un programme commun

| AFP | 422 | Aucun vote sur cette news
Yanis Varoufakis (G)  et Benoit Hamon, le 21 juin 2018 à Paris
Yanis Varoufakis (G) et Benoit Hamon, le 21 juin 2018 à Paris ( JACQUES DEMARTHON / AFP )

L'ex-candidat socialiste à la présidentielle française Benoît Hamon et l'ancien ministre des Finances grec Yanis Varoufakis ont lancé dimanche leur campagne pour les élections européennes de 2019, appelant à la constitution en Europe de listes sur un programme commun rompant avec l'austérité.

"Pour avoir UN agenda, UN cadre politique, nous avons aussi besoin d'une liste transnationale", a expliqué en anglais M. Varoufakis, au cours d'une conférence de presse à Paris avec Benoît Hamon.

M. Varoufakis a expliqué qu'il s'agissait en réalité de faire travailler ensemble différentes listes nationales, qui partageront un programme commun et soutiendront un candidat commun pour la présidence de l'UE. Les députés élus sous cette bannière formeront un nouveau groupe au Parlement européen.

"L'Union européenne n'existe pas, en réalité. C'est pourquoi légalement il n'est pas possible d'avoir une liste transnationale. Mais nous ferons comme si", a-t-il répondu.

M. Varoufakis, fondateur il y a trois ans du mouvement européen Diem 25, a affirmé que celui-ci comptait plus de 78.000 membres, dont environ 20.000 en Allemagne et 5.000 en France. Il a indiqué avoir noué déjà des partenariats en France, en Pologne, en Italie, en Belgique...

M. Varoufakis et M. Hamon se sont accordés sur un agenda. Un appel sera lancé en février en direction de tous les progressistes européens, et un meeting réunira en mars ceux qui auront répondu présent. En juin, une campagne sera lancée à travers l'Europe pour promouvoir les idées du mouvement.

Sur le fond, M. Varoufakis a expliqué vouloir mettre fin au face à face entre "l'establishment" qui gouverne l'Europe et les "désintégrationnistes" pour qui l'Europe est devenue un problème. Il souhaite mener une action sur deux fronts: à court terme, dès le lendemain des élections, en infléchissant les politiques européennes dans le cadre des traités existants. Et à l'horizon de 2025 en permettant l'écriture d'une nouvelle constitution européenne.

"Nous avons voulu discuter avec Diem 25 d'un agenda politique commun (..) qui soit applicable le lundi à neuf heures au lendemain de l'élection européenne (...) Bien sûr que nous voulons en finir avec l'Europe libérale (...) en tout cas l'Europe austéritaire, une Europe du chômage, du sous-emploi, de la pauvreté et des inégalités, mais pour autant, même sans changer les traités --ce que nous voulons faire--, nous pensons qu'il y a un agenda à construire en commun", a dit M. Hamon.

"Nous ne cédons pas au désespoir de ceux qui pensent que plus rien n'est possible dans la construction européenne, et qu'il faudrait donc en finir avec l'austérité et l'Europe en même temps", a-t-il résumé.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/08/2018

                                                          INSTITUT REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION NORD…

Publié le 15/08/2018

WISeKey Cybersécurité enregistre une croissance de plus de 60 % par rapport à la même période l'année dernière en raison d'un nombre croissant d'entreprises…

Publié le 15/08/2018

Intel perd 1,82% à Wall Street après avoir révélé que de nouvelles failles de sécurité ont été découvertes qui pourraient toucher ses processeurs. Sous le nom de code de L1 Terminal Fault…

Publié le 15/08/2018

En outre, le FCP renforce la position sur Econocom