En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 211.59 PTS
+0.30 %
5 209.00
+0.29 %
SBF 120 PTS
4 134.23
+0.33 %
DAX PTS
11 484.61
+0.54 %
Dowjones PTS
25 850.63
-0.40 %
7 035.16
-0.38 %
1.134
+0.04 %

Européennes : Bellamy, le pari risqué du conservatisme

| AFP | 272 | Aucun vote sur cette news
Le philosophe et élu de Versailles François-Xavier Bellamy, choisi pour conduire la liste des Républicains (LR) aux élections européennes, à Paris le 28 janvier 2019
Le philosophe et élu de Versailles François-Xavier Bellamy, choisi pour conduire la liste des Républicains (LR) aux élections européennes, à Paris le 28 janvier 2019 ( Christophe ARCHAMBAULT / AFP )

En choisissant comme tête de liste aux Européennes François-Xavier Bellamy, un conservateur assumé, Les Républicains font le pari d'un renouvellement des idées, au risque de se laisser enfermer dans des thèmes avec lesquels la droite n'est pas toujours très à l'aise.

Ex-étudiant brillant - classe préparatoire au lycée Henri-IV, université de Cambridge, Normale sup' et agrégation de philosophie -, auteur d'essais et jeune enseignant en prépa, M. Bellamy est connu pour ses positions conservatrices sur les sujets sociétaux, que d'aucuns dans son camp craignent qu'elles soient autant d'embarrassants sparadraps.

Avant même l'officialisation de sa désignation comme tête de liste, le rappel de son opposition - "personnelle" - à la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse a fait lever les yeux au ciel à bon nombre de ses compagnons politiques: "On n'a pas envie de passer notre temps à se justifier sur ça", s'inquiète une dirigeante du parti. "Que diront les Marcheurs pendant la campagne ?", s'alarme un autre.

La pari de Laurent Wauquiez ? Rassembler ses propres troupes. "La France est la fille aînée de l'église: sur les sujets sociétaux, une partie de la droite reste dans cette vision traditionnelle", fait observer le directeur du département Politique et opinion chez Harris Interactive, Jean-Daniel Lévy.

Certes, "mais une partie seulement", répond un parlementaire LR, sceptique sur la stratégie du parti, qui renvoie à l'histoire mouvementée de la droite française sur ces questions.

De l'IVG et le divorce par consentement mutuel, instaurés sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, au Pacs et à l'ouverture du mariage aux couples de même sexe, la droite s'est régulièrement interrogée sur le bon positionnement à adopter.

Entre opposition implacable menée par sa frange la plus conservatrice et dissonances menées par ses troupes davantage libérales, elle s'est finalement toujours divisée.

Tea-party à la française ?

Manif pour tous et autres Veilleurs, qui se voulaient sous le quinquennat Hollande les hérauts d'une révolution conservatrice à l'image du "Tea-Party" américain, n'ont-ils pas amorcé un mouvement de l'opinion ? "Pas du tout", conteste Jean-Daniel Lévy. "On voit certes des franges se radicaliser, des noyaux marqués, mais globalement, sur la société française, on voit une plus grande ouverture".

Mieux: "Les Français ont été opposés au Pacs, ils y sont devenus favorables; ils ont été opposés au mariage, ils y sont devenus favorables. Aux municipales de 2014, l'un des enjeux brandis par la droite était le mariage pour tous, voté un an plus tôt. Mais le sujet n'avait pas été aussi déterminant qu'espéré", rappelle encore le politologue.

Lors de la campagne de 2017, l'indéfectible soutien des conservateurs à François Fillon n'avait pas non plus suffi à l'ancien Premier ministre pour se qualifier pour le second tour de la présidentielle.

Le pari de Laurent Wauquiez, pour hautement risqué qu'il soit, est pourtant assumé: mi-novembre, il s'était rendu chez Sens commun, l'émanation politique de la Manif pour tous dont M. Bellamy est réputé proche, en endossant la bataille contre l'ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes. Devant un public conquis, il avait mis en garde contre "la marchandisation des gamètes" et "l'eugénisme", et suscité un tollé en glissant une référence au "nazisme".

Mais si certains veulent se convaincre que le conservatisme de François-Xavier Bellamy peut se révéler in fine un avantage pour Les Républicains, le jeune enseignant devra faire face à d'autres critiques.

D'abord, à celle d'accointances avec l'extrême droite: fin novembre, Marion Maréchal voyait dans la personnalité de M. Bellamy une opportunité "d'alliances" - l'intéressé conteste. Ensuite, le sens politique du novice est remis en cause: candidat LR aux législatives de 2017 dans la très conservatrice et droitière première circonscription des Yvelines, à Versailles, il avait échoué à se faire élire.

C'est enfin son positionnement sur l'Union européenne qui inquiète certains: en 2005, il avait voté Non au référendum sur la Constitution européenne. A l'inverse de sa famille politique d'aujourd'hui.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2019

Les marchés actions européens évoluent en hausse à l’approche de la mi-séance, soutenus par des espoirs sur le commerce international. A ce sujet, Donald Trump recevra le vice-Premier ministre…

Publié le 22/02/2019

Le CAC40 teste de nouveau ses sommets de plus de 4 mois, au-dessus des 5...

Publié le 22/02/2019

Telecom Italia (TIM) grimpe de 3,02% à 0,54 euro en Bourse, après avoir annoncé un plan stratégique 2019-2021, qui marque, selon le groupe, « une discontinuité par rapport au passé ». Au…

Publié le 22/02/2019

La publication de très bonne facture d'Edenred offre au titre l'une des premières positions du SRD...

Publié le 22/02/2019

Airbus Friedrichshafen triple sa surface d'intégration...