En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 382.66 PTS
-0.80 %
5 377.50
-0.67 %
SBF 120 PTS
4 261.07
-0.88 %
DAX PTS
11 603.89
-1.57 %
Dowjones PTS
25 745.67
-0.55 %
7 380.75
+0.43 %
1.142
-0.00 %

Etudes de santé, carte hospitalière: les principales mesures du projet de loi santé

| AFP | 287 | Aucun vote sur cette news
Les Urgences de l'hôpital de Dié, le 5 mars 2019, où les services de maternité et de chirurgie ont été fermés
Les Urgences de l'hôpital de Dié, le 5 mars 2019, où les services de maternité et de chirurgie ont été fermés ( JEAN-PIERRE CLATOT / AFP/Archives )

Réforme des études de santé, révision de la carte hospitalière, accès élargi aux données de santé, régularisation des médecins étrangers: les principales mesures du projet de loi santé, au menu de l'Assemblée nationale à partir de lundi.

Études de santé

Le "numerus clausus" et le concours couperet limitant le nombre d'étudiants admis en 2e année de médecine, dentaire, pharmacie et maïeutique (sage-femme) sera supprimé à la rentrée 2020.

Les effectifs d'étudiants en 2e ou 3e années seront déterminés par les universités, en lien avec les agences régionales de santé, selon les capacités et les besoins du territoire.

Objectif: "Augmenter de 20%" environ le nombre de médecins formés, selon la ministre Agnès Buzyn, tout en diversifiant leurs profils, grâce à des passerelles entre les cursus et des critères de sélection qui restent à préciser par décret.

Les "épreuves classantes" en fin de 6e année de médecine vont également disparaître au profit de nouveaux examens.

Des ordonnances gouvernementales définiront les conditions d'une "re-certification" régulière des médecins pour vérifier que leurs compétences sont à jour.

Les députés ont ajouté en commission le principe d'un stage obligatoire dans des "déserts médicaux" pour les étudiants, avant l'internat.

Carte hospitalière

Le projet de loi habilite le gouvernement à réviser la carte hospitalière par ordonnances.

Il s'agira d'un côté de labelliser entre 500 et 600 "hôpitaux de proximité" recentrés sur la médecine générale, la gériatrie et la réadaptation, mais sans chirurgie ni maternité. De l'autre de modifier les règles d'autorisations des activités de soins (chirurgie, maternité, urgences...) et des équipements.

Coordination des libéraux

Le gouvernement a promis déploiement et financement de 1.000 communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) d'ici 2022, pour favoriser le travail en équipe des professionnels de santé libéraux avec notamment la prise en charge de consultations sans rendez-vous, pour soulager l'hôpital.

Des négociations sont en cours entre l'Assurance maladie et les syndicats de libéraux. Mais le projet de loi habilite le gouvernement à légiférer par ordonnances en cas d'échec des discussions.

Modes d'exercice rénovés

Le dispositif de médecin adjoint, qui permet à un interne d'assister un médecin en cas d'afflux saisonnier dans les zones touristiques, sera étendu aux zones en manque de médecins.

Un statut unique de praticien hospitalier sera créé par ordonnance.

Praticiens étrangers

Indispensables au fonctionnement de nombreux hôpitaux publics, mais en théorie interdits d'exercice, certains médecins, pharmaciens, dentistes et sages-femmes diplômés hors de l'Union européenne (Padhue) pourront voir leur situation régularisée d'ici fin 2021 après étude de leur dossier.

Les "modalités de recrutement" des Padhue qui "exerceront à l'avenir en France" seront rénovées.

Pharmaciens et médicaments

Les députés ont prévu en commission d'autoriser les pharmaciens à délivrer dans certaines conditions des médicaments normalement sous ordonnance pour des pathologies bénignes comme des cystites ou angines.

Les pharmaciens pourront aussi changer un médicament, notamment lorsque celui prescrit connaît une rupture d'approvisionnement susceptible de mettre en jeu le pronostic vital du patient.

Les infirmiers pourront, eux, adapter dans certains cas des traitements en fonction des résultats d'analyses biologiques des patients.

Données de santé

Une "plateforme des données de santé" remplacera l'actuel Institut des données de santé.

L'accès à ces données (1,2 milliard de feuilles de soins par an, 500 millions d'actes médicaux, 11 millions d'hospitalisations...) sera élargi, et leur champ étendu aux données cliniques recueillies par exemple par les médecins libéraux, ainsi qu'aux "données à caractère personnel issues d’enquêtes".

Le gouvernement entend "multiplier les possibilités d'exploitation" de ces informations, notamment pour la recherche ou le "développement des méthodes d'intelligence artificielle", en promettant "un haut niveau de protection de la vie privée".

Espace numérique

Tous les patients pourront ouvrir leur propre espace numérique de santé d'ici le 1er janvier 2022, pour accéder notamment à leur dossier médical partagé (sorte de carnet de santé), à des "applications" ou "informations de santé référencées".

Télésoins

La télémédecine aura bientôt son pendant chez les pharmaciens et les auxiliaires médicaux avec le "télésoin", qui pourra par exemple concerner "l'accompagnement par les infirmiers des effets secondaires de chimiothérapies orales ou encore les séances d'orthophonie et d'orthoptie à distance".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/03/2019

Deux articles parus fin janvier ont été très révélateurs de la demande latente dans l’immobilier de santé, notamment les logements pour « seniors », dans les marchés du monde entier.…

Publié le 19/03/2019

Agnes Buzyn s'adresse à l'Assemblée nationale, le 18 mars 2019 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )Remédier à "l'angoisse de la désertification médicale" et "valoriser" les professionnels de santé:…

Publié le 18/03/2019

Agnes Buzyn s'adresse à l'Assemblée nationale, le 18 mars 2019 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )Remédier à "l'angoisse de la désertification médicale" et "valoriser" les professionnels de santé:…

Publié le 16/03/2019

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn (g), à l'Assemblée nationale à Paris, le 10 mars 2019 ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )Fin du décrié "numerus clausus" pour les étudiants en…

Publié le 11/03/2019

Abdelaziz Bouteflika lors d'élections locales à Alger le 23 novembre 2017 ( RYAD KRAMDI / AFP/Archives )Le président algérien Abdelaziz Bouteflika qui vient de renoncer à briguer un…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/03/2019

Le Conseil d'administration de Foncière Euris proposera à l'Assemblée générale du 16 mai le versement d'un dividende de 2,15 euros...

Publié le 20/03/2019

Sa nouvelle mission consistera à développer et amplifier dans le monde, les excellents résultats obtenus en Asie...

Publié le 20/03/2019

Elior Group est entré en discussions exclusives...

Publié le 20/03/2019

Lors de l'Assemblée générale qui se tiendra le 20 juin, il sera proposé le versement d'un dividende de 0,06 euro par action....

Publié le 20/03/2019

Coheris dispose d'environ 8 ME de déficits fiscaux reportables...