En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Et si la Catalogne déclarait l'indépendance ?

| AFP | 356 | Aucun vote sur cette news
Une femme drapée d'un étendard pro-indépendance de la Catalogne, écoute un discours du roi d'Espagne Felipe VI, à Barcelone, le 3 octobre 2017
Une femme drapée d'un étendard pro-indépendance de la Catalogne, écoute un discours du roi d'Espagne Felipe VI, à Barcelone, le 3 octobre 2017 ( PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP/Archives )

Si le dirigeant séparatiste catalan Carles Puigdemont proclame, comme promis, l'indépendance de la région mardi s'ouvrira une période de grande incertitude en Espagne, plongée dans la plus grave crise politique depuis son retour à la démocratie il y a 40 ans.

Toute déclaration d'indépendance sera aussitôt rejetée par le gouvernement central de Madrid. La Catalogne elle-même est profondément divisée sur la question. Les conséquences immédiates d'une proclamation restent incertaines et plusieurs scénarios sont possibles.

- Négociations improblables -

Plutôt que de proclamer immédiatement l'indépendance de la Catalogne après le référendum du 1er octobre, M. Puigdemont a préféré jusqu'à maintenant jouer la montre en réclamant une "médiation internationale".

Ses demandes n'ont trouvé écho ni auprès du gouvernement, qui refuse d'être traité d'égal à égal avec M. Puigdemont, ni auprès des instances européennes, solidaires de Madrid.

Mais il pourrait choisir de déclarer l'indépendance de manière "symbolique", avec une mise en oeuvre différée, pour ne pas perdre la face et laisser une place à un dialogue.

Mariano Rajoy a cependant exigé comme préalable à toute discussion que les séparatistes abandonnent leur projet d'indépendance.

Si M. Puigdemont, malgré l'énorme pression qui pèse sur ses épaules, décide d'aller de l'avant, la feuille de route des séparatistes prévoit une série de mesures législatives dont l'adoption pourrait prendre des mois.

La déclaration d'indépendance ouvre une période de transition durant laquelle la "République" se dote de ses propres lois et institutions.

- Suspension de l'autonomie -

En cas de déclaration d'indépendance le gouvernement envisage de retirer à la Catalogne son autonomie. Cette mesure a un immense poids symbolique et historique, dans ce pays très décentralisé où l'autonomie (pour gérer l'enseignement, la culture, la santé...) des régions est sacro-sainte.

Pour la Catalogne c'est remonter aux soubresauts des années 1930 quand, en 1934, le gouvernement de la II République espagnole supprima l'autonomie des Catalans pour riposter à la "proclamation d'un Etat catalan dans la république fédérale d'Espagne".

Après la guerre civile de 1936-39, le très centralisateur dictateur Francisco Franco (1939-1975) avait en outre mené une très dure répression en Catalogne.

La Constitution espagnole permet cette mesure en cas de grave atteinte "à l'intérêt général de l'Etat". L'article qui permet de le faire, le "155", a souvent été présenté comme un dernier recours et comporte le risque d'enflammer encore un peu plus les passions en Catalogne.

Toutefois elle peut être longue et compliquée à mettre en oeuvre: doit-on remplacer les policiers régionaux ? comment regagner leur loyauté ? Comment réagira la population, pour moitié indépendantiste ?

- Arrestations -

La réaction de l'Etat espagnol à toute déclaration d'indépendance a de fortes chances de déclencher des manifestations massives en Catalogne comme après l'arrestation de 14 hauts fonctionnaires catalans les 20 et 21 septembre à Barcelone.

Le référendum ayant été interdit, toute fuite en avant pourrait également conduire à l'arrestation des principaux champions de l'indépendance, à commencer par M. Puigdemont.

L'ancien journaliste a d'ores et déjà annoncé qu'il n'avait pas peur d'aller en prison. Dans la rue, on peut craindre des troubles, notamment en cas d'agitation réprimée durement par la police, comme le 1er octobre lors du référendum d'autodétermination où les scènes montrant des policiers dépêchés de Madrid matraquant des Catalans pacifiques ont choqué l'opinion.

"Toute tentative de l'Etat de démanteler le gouvernement régional et le parlement catalan conduire probablement à davantage de manifestations et de violences", prédit Federico Santi, analyste d'Eurasia Group.

- Machine arrière -

Et si M. Puigdemont faisait machine arrière ? Alors que les appels se sont multipliés lundi pour qu'il "arrête tout", son avenir politique serait très fragilisé s'il décidait finalement de renoncer à proclamer l'indépendance.

Une déclaration purement symbolique ou un simple appel à de nouvelles élections régionales renforcerait le gouvernement de Mariano Rajoy. "S'il ignore son propre référendum, la dynamique derrière l'indépendance catalane s’essoufflerait de manière spectaculaire", estime une note du cabinet d'analystes TS Lombard.

"Mais finalement, il sera contraint de poursuivre la dynamique de confrontation et d'escalade" dans laquelle il se trouve.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.