5 501.88 PTS
-0.48 %
5 514.00
-0.15 %
SBF 120 PTS
4 405.23
-0.43 %
DAX PTS
13 010.55
-0.74 %
Dowjones PTS
25 090.48
-0.34 %
7 255.76
-0.33 %
Nikkei PTS
22 851.75
-

Équilibre de la Sécu: le gouvernement refuse de parler d'une "cagnotte"

| AFP | 361 | Aucun vote sur cette news
La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, le 30 mai 2018
La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, le 30 mai 2018 ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

Le gouvernement a nié mercredi l'existence d'une "cagnotte" liée à la forte réduction du déficit de la Sécurité sociale, qui devrait dégager des excédents à partir de 2019, excluant de "redistribuer" l'argent économisé sur le champ de la "Sécu".

"La Sécurité sociale va mieux (...) mais pas pour les bonnes raisons", a déclaré sur RTL la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn, interrogée sur les intentions du gouvernement à l'aune de ces résultats.

Cette amélioration ne survient "pas parce que nous avons fait les réformes structurelles" mais "parce qu'il y a eu une rentrée assez brutale d'argent en fin d'année grâce à la reprise de l'emploi et à la croissance", a-t-elle expliqué.

Selon un rapport publié mardi, le déficit global de la Sécu devrait passer de 5,1 milliards d'euros en 2017 à 300 millions cette année, bien en dessous des 2,2 milliards prévus dans le budget voté à l'automne.

Les prévisions de recettes (cotisations, impôts...) ont notamment été revues à la hausse pour 2018, et de copieux excédents sont attendus par la suite: 3,3 milliards d'euros en 2019, 7,7 milliards en 2020.

"Cela ne veut pas dire qu'on utilise cet argent de la croissance pour redistribuer sans objectif", a tempéré la ministre. "Si la croissance diminue un peu nous risquons d'avoir à nouveau ce trou qui se creuse", a-t-elle expliqué, en référence à la dette sociale accumulée depuis plus de vingt ans et qui doit être totalement remboursée en 2024.

Pour éviter de nouveaux dérapages budgétaires, "nous avons besoin de travailler à des réformes structurelles qui font que les dépenses s'accélèrent moins vite que ce n'est le cas aujourd'hui", a-t-elle ajouté.

Interrogé à l'Assemblée nationale par la députée LREM Christine Cloarec, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a refusé de son côté d'évoquer une "cagnotte", insistant sur la nécessité de réduire durablement la dette publique.

"De même qu'il n'y a pas de cagnotte quand il y a 2.200 milliards de dette, il n'y a pas de cagnotte lorsqu'il y a encore 120 milliards de dette sociale et que nous avons à financer la réforme des retraites" et "la réforme de la dépendance", a-t-il insisté.

Le débat sur la "cagnotte", qui avait marqué la fin du quinquennat Jospin à Matignon en 2002, a fait son retour sur le devant de la scène ces derniers mois à la faveur de la réduction du déficit, passé de 3,4% du PIB en 2016 à 2,6% l'an dernier. L'exécutif a cependant écarté toute redistribution, donnant la priorité à l'amélioration des comptes publics.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/06/2018

Le contrat de Délégation de service public prévoit dans cette situation le paiement des pertes supportées par le concessionnaire soit 150 ME à fin 2017...

Publié le 15/06/2018

De nouveaux administrateurs...

Publié le 15/06/2018

Retour d'assemblée générale ABC arbitrage...

Publié le 15/06/2018

Le géants des concessions et du BTP aurait d'ores et déjà contacté des investisseurs en vue de la privatisation d'ADP, selon des sources citées par l'agence 'Reuters'.

Publié le 15/06/2018

Le prix d'émission des actions nouvelles a été fixé à 108,58 euros...