En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 793.73 PTS
-0.35 %
4 798.00
-0.26 %
SBF 120 PTS
3 823.81
-0.24 %
DAX PTS
10 881.30
-0.46 %
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
+0.00 %
1.139
+0.01 %

Entre Trump et Kim, des échanges de noms d'oiseaux

| AFP | 262 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump (G), le 11 juin 2018 à Singapour, et le président nord-coréen Kim Jong Un (D), le 10 juin 2018 à Singapour.
Le président américain Donald Trump (G), le 11 juin 2018 à Singapour, et le président nord-coréen Kim Jong Un (D), le 10 juin 2018 à Singapour. ( SAUL LOEB, ROSLAN RAHMAN / AFP/Archives )

Donald Trump et Kim Jong Un vont se serrer la main mardi, ce qui aurait été inimaginable il y a quelques mois à peine, au temps où ils échangeaient des noms d'oiseaux qui n'auraient pas déparé dans une cour d'école. En voici un florilège.

- "Gâteux"

"Je disciplinerai par le feu le gâteux américain malade mental", avait promis M. Kim au président américain. Cette insulte, qui répondait à la menace de "destruction totale" de la Corée du Nord lancée par Washington, avait été proférée au plus fort de la joute verbale entre les deux dirigeants.

- "Petit gros"

Il semblerait que M. Trump, 71 ans, ait mal pris non pas tant l'accusation de démence que la pique sur son âge. En conséquence, il s'est attaqué aux caractéristiques physiques du numéro un nord-coréen.

"Pourquoi Kim Jong Un m'insulterait-il en me traitant de +vieux+ alors que je ne le traiterai JAMAIS de +petit gros+?", a-t-il assené sur Twitter.

Dans un éditorial, le journal du parti unique au pouvoir en Corée du Nord, le Rodong Sinmun, avait jugé que M. Trump "atteint avec malveillance à la dignité de la direction suprême". Le chef de la Maison Blanche est un "criminel hideux condamné à mort par le peuple coréen", ajoutait le journal.

- "Homme fusée"

Devant l'ONU en septembre 2017, M. Trump s'était moqué d'un "homme fusée" embarqué dans "une mission suicide pour lui et son régime".

En novembre, à la suite d'un tir de missile balistique intercontinental par Pyongyang, il revenait à la charge et qualifiait M. Kim de "chiot malade".

M. Trump avait déjà parlé du dirigeant nord-coréen comme d'un "fou avec des armes nucléaires".

- "Chien apeuré"

Dans son discours où il était question du "gâteux", M. Kim avait aussi déclaré qu'un "chien apeuré aboie plus fort".

Il semblerait que la Corée du Nord aime en appeler à l'imagerie canine pour décrire les propos de Donald Trump.

Lorsque le président américain avait fait remarquer que son bouton nucléaire était "beaucoup plus gros et puissant" que celui de M. Kim, et qu'en outre il était "fonctionnel", Pyongyang s'était insurgé contre les "aboiements d'un chien enragé".

- "Le feu et la fureur"

Il ne s'agit pas d'une insulte personnelle mais plutôt de la plus intimidante des menaces de M. Trump.

En août, quand les médias américains avaient rapporté que Pyongyang avait réussi à miniaturiser une tête nucléaire de façon à pouvoir la monter sur un missile, M. Trump avait lancé:

"La Corée du Nord ferait mieux de ne plus proférer de menaces envers les Etats-Unis". Si elle continue, elle déchaînera contre elle "le feu et la furie comme le monde ne l'a jamais vu jusqu'ici".

En réponse, Pyongyang avait dit étudier l'opportunité de tirer des missiles en direction du territoire américain de Guam, dans le Pacifique.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

Airbus a annoncé hier soir le début des travaux de construction de la chaîne d’assemblage A220 aux États-Unis. Cette chaîne d’assemblage permettra de répondre à la demande des États-Unis…

Publié le 17/01/2019

Le titre se retourne à la baisse après un nouvel échec sous sa moyenne mobile à 50 séances, négativement orientée, tandis que le RSI repasse sous les 50. Sous 20.44 euros, une poursuite de la…

Publié le 17/01/2019

Argan vient de publier des résultats en nette hausse pour son exercice 2018. Ainsi, la foncière spécialisée en développement et location d’entrepôts premium a dévoilé un résultat net de…

Publié le 17/01/2019

La page Carlos Ghosn devrait bientôt être tournée chez Renault. Bruno Le Maire a annoncé hier soir sur LCI que le gouvernement français avait lancé le processus destiné à remplacer le PDG de…

Publié le 17/01/2019

Hier soir, la biotech française Nanobiotix a révélé son intention de s'introduire à la Bourse de New York. Elle a soumis, confidentiellement un projet de document d'enregistrement (Form F-1)…