En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.11 %

L'extrême droite européenne entre en campagne en ordre dispersé

| AFP | 511 | Aucun vote sur cette news
Matteo Salvini (g), le ministre de l'Intérieur italien, et Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (RN), lors d'une conférence de presse commune le 8 octobre 2018 à Rome
Matteo Salvini (g), le ministre de l'Intérieur italien, et Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (RN), lors d'une conférence de presse commune le 8 octobre 2018 à Rome ( Alberto PIZZOLI / AFP/Archives )

Poussées par des vents porteurs et des sondages souvent flatteurs, les droites extrêmes et populistes européennes entrent en campagne, sans présenter à ce stade de front uni ou de stratégie commune.

Première à entrer en scène, samedi: l'extrême droite allemande, Alternative pour l'Allemagne (AfD), qui a bouleversé depuis 2015 le paysage politique allemand. Ses dirigeants, réunis samedi à Offenburg (Bade-Wurtemberg, sud), ont lancé leur campagne pour les élections européennes.

"Cette campagne pour les Européennes est une campagne sur l'identité", a estimé à la tribune un des dirigeants de l'AfD, Alexander Gauland. "L'Union européenne n'est pas un Etat, elle n'a pas besoin de parlement mais tant que le Parlement existe, nous voulons avoir de l'influence", a-t-il lancé.

L'AfD espère confirmer sa percée, longtemps impensable, avec des sondages qui la placent à 10%, même si les intentions de vote sont en baisse depuis quelques mois. Dans les Länder d'ex-Allemagne de l'Est, elle espère attirer un électeur sur 4.

En dépit de scandales financiers qui l'éclaboussent, elle continue de surfer sur les inquiétudes générées par l'ouverture en 2015 des frontières par Angela Merkel à plus d'un million de demandeurs d'asile.

Leadership

Lundi à Milan, ce sera au tour du ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini, patron d'une Ligue donnée dans les sondages à plus de 30%, de réunir des alliés européens. L'objectif? Poser les bases d'un grand groupe dans le futur Parlement européen afin de peser sur les choix de la Commission.

Dans l'assemblée sortante, les souverainistes étaient en effet divisés en trois entités (ENL, EFDD et CRE).

La Ligue, membre du groupe Europe des nations et des libertés (ENL), veut ainsi tendre la main notamment aux Vrais finlandais et au Parti populaire danois, membres du groupe Conservateurs et réformistes européens (CRE).

Jörg Meuthen, tête de liste du parti Alternative pour l'Allemagne (AfD), le 25 mars 2019 à Berlin
Jörg Meuthen, tête de liste du parti Alternative pour l'Allemagne (AfD), le 25 mars 2019 à Berlin ( John MACDOUGALL / AFP/Archives )

La tête de liste de l'AfD, Jörg Meuthen, sera aussi présent à Milan, mais pas Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national français, qui espère arriver en tête en France le 26 mai.

Mme Le Pen et M. Salvini ont eu une "rencontre cordiale" vendredi, selon la Ligue, et devraient participer à une "manifestation commune" en mai.

Mais en réalité, les deux personnalités se disputent le leadership de l'extrême droite européenne.

La dirigeante du RN va ainsi tenter elle aussi de nouer de nouvelles alliances avec des partis nationalistes en se rendant tour à tour dans les prochaines semaines en République tchèque, Belgique, où elle s'entretiendra avec les dirigeants du Vlaams Belang, puis en Slovaquie.

Malgré d'évidentes similitudes - euroscepticisme, islamophobie -, l'union de toutes ces forces ne va pas de soi.

Comme le relève M. Meuthen, ces partis à travers l'Europe "ont des positions identiques ou similaires dans la politique migratoire, mais très différentes dans d'autres domaines".

Entre l'AfD, adepte de l'économie de marché, et la vision protectionniste du Rassemblement national, bien moins libéral que la Ligue ou le Fidesz hongrois, l'écart est grand.

De même, la Ligue ou le PiS polonais mettent en avant les racines chrétiennes de l'Europe, quand le RN, au nom de la laïcité, n'en fait pas une priorité.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, le 5 avril 2019 à Budapest
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, le 5 avril 2019 à Budapest ( PETER KOHALMI / AFP )

Même sur la politique migratoire, des divergences profondes existent entre la Ligue, favorable à une répartition des demandeurs d'asile à travers l'Europe, et le RN ou l'AfD qui s'y opposent.

Du coup ces partis ont plutôt tendance à tenter de débaucher de nouveaux alliés pour renforcer leur propre groupe.

Les conservateurs du Parti populaire européen (PPE) l'ont compris. Malgré ses multiples provocations, le Premier ministre hongrois Viktor Orban n'a pas été exclu mais suspendu pour éviter qu'il n'aille renforcer un groupe souverainiste.

Psychodrame

Si les lignes risquent de bouger au Parlement européen, le tsunami nationaliste longtemps redouté par nombre d'observateurs ne devrait pas avoir lieu.

Les résultats cumulés des souverainistes devraient représenter un cinquième de l'assemblée, peu ou prou la même proportion qu'actuellement, selon une projection réalisée à partir de sondages nationaux et présentée en février par le Parlement européen.

La tête de liste du Rassemblement national (RN), Jordan Bardella (c), entouré des têtes de liste de La République en Marche (LREM), Nathalie Loiseau (g), et de Debout la France (DLF), Nicolas Dupont-Aignan, en marge d'un débat sur France 2 le 4 avril 2019
La tête de liste du Rassemblement national (RN), Jordan Bardella (c), entouré des têtes de liste de La République en Marche (LREM), Nathalie Loiseau (g), et de Debout la France (DLF), Nicolas Dupont-Aignan, en marge d'un débat sur France 2 le 4 avril 2019 ( Bertrand GUAY / AFP )

Le psychodrame du Brexit offre de surcroît un fâcheux exemple de sortie de l'UE. Echaudés, bien des souverainistes se gardent désormais de s'en réclamer, comme Marine Le Pen qui a renoncé au "Frexit".

Il faut toutefois se garder de conclusions hâtives, prévient Sven Hutten, politologue à l'Université libre de Berlin: les turpitudes du Brexit peuvent aussi être utilisées pour "renforcer le sentiment d'une Union européenne qui ne respecte pas la volonté des Etats ni des électeurs".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…