5 548.45 PTS
+0.00 %
5 519.5
+0.09 %
SBF 120 PTS
4 431.96
-
DAX PTS
12 855.09
-
Dowjones PTS
24 811.76
-0.30 %
6 949.70
+0.00 %
Nikkei PTS
22 447.94
+0.05 %

En Corse, Macron adopte un ton ferme et exclut toute amnistie de prisonniers

| AFP | 1054 | 4 par 1 internautes
Le président Emmanuel Macron prononce un discours lors de l'hommage au préfet Claude Erignac le 6 février 2018 à Ajaccio
Le président Emmanuel Macron prononce un discours lors de l'hommage au préfet Claude Erignac le 6 février 2018 à Ajaccio ( LUDOVIC MARIN / POOL/AFP )

Emmanuel Macron a adopté un ton ferme mardi en Corse, excluant --y compris face à la femme d'Yvan Colonna, qui l'a interpellé dans la rue-- toute amnistie de prisonniers, une des revendications des responsables nationalistes qu'il a longuement rencontrés dans la soirée.

Le chef de l'Etat a également affirmé la nécessité de ménager un "avenir" à la Corse dans le "giron républicain", en prononçant un discours en hommage au préfet Claude Erignac sur les lieux où ce dernier a été assassiné il y a 20 ans à Ajaccio, premier temps fort d'une visite de deux jours.

L'autre moment fort a débuté après 19H00, lorsque le président a été accueilli à la Collectivité de Corse pour s'y entretenir avec les deux dirigeants nationalistes, l'autonomiste Gilles Simeoni et l'indépendantiste Jean-Guy Talamoni, aux commandes de l'île depuis leur large victoire aux élections territoriales de décembre. La rencontre, très attendue, a duré plus de 2 heures mais ni le président, ni les responsables nationalistes n'ont fait de commentaire quand elle s'est achevée.

Quelques instants avant le début de cette rencontre, M. Talamoni avait jugé qu'il serait "consternant" qu'Emmanuel Macron "ferme les portes" au dialogue. "Nous sommes persuadés que M. Macron est un homme assez intelligent pour comprendre la situation" et "que ce que nous voulons faire va dans le sens des intérêts de la Corse et également de Paris", a-t-il ajouté.

"Il y a une fenêtre historique pour sortir de la logique de conflit", avait estimé de con côté Gilles Simeoni, qui s'était toutefois inquiété dans Corse-Matin de la présence "autour du président de la République de faucons qui campent sur un refus total de toute avancée et jouent la politique du pire".

- 'Faites quelque chose' -

Dans la matinée, devant la veuve de Claude Erignac et ses enfants, de retour pour la première fois sur l'île, le chef de l'Etat avait dénoncé avec force la "lâcheté" des assassins du préfet, coupables d'"un de ces actes de terrorisme dont notre nation eut encore récemment à subir la barbarie", en faisant référence aux attentats jihadistes.

En inaugurant une place Claude Erignac sur les lieux de l'assassinat, "nous scellons notre union indéfectible dans la République", qui doit "ménager à la Corse un avenir à la hauteur de ses espérances, sans transiger avec les requêtes qui la feraient sortir du giron républicain", a-t-il insisté. Ce qui sera mené "sans faux semblants", "sans non-dits" et "sans détour", selon lui.

L'assassinat du préfet par un commando nationaliste "ne se justifie pas, ne se plaide pas, ne s'explique pas", a aussi affirmé Emmanuel Macron, qui s'exprimait devant 300 personnes, se félicitant que "la justice de la République" ait "pu être rendue" et avertissant qu'elle serait "suivie sans complaisance, sans oubli, sans amnistie".

Il a ainsi fermé la porte à l'une des principales revendications défendues par les nationalistes. Mais pour Jean-Guy Talamoni, cette prise de position du président n'était "pas quelque chose de bien nouveau": l'amnistie des prisonniers dits "politiques" "continuera à faire partie" des demandes des nationalistes, a assuré le leader indépendantiste.

Parmi ces prisonniers, figure Yvan Colonna, qui purge une peine à perpétuité pour l'assassinat du préfet. En fin d'après-midi, son épouse Stéphanie a interpellé le président dans une rue d'Ajaccio. "Mon fils de six ans n'a pas vu son père depuis un an et demi. S'il vous plait, faites quelque chose (...) Ce n'est pas un animal, c'est un être humain", lui a-t-elle dit.

"Que votre enfant puisse voir son père, que les personnes qui sont détenues dans notre pays puissent voir leur famille, ça fait partie des choses que nous allons assurer", lui a répondu Emmanuel Macron, rappelant également qu'il avait exclu toute amnistie dans son discours de la matinée.

Au deuxième jour de sa visite en Corse, le président de la République prononcera mercredi à Bastia un discours sur sa vision de l'avenir de l’Ile de Beauté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

ÉVÈNEMENT

IMMERSION EXCLUSIVE AU COEUR DE LA BOURSE
DU 28 MAI AU 1erJUIN 2018

EN PARTENARIAT AVEC

INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT ! Cliquez ici

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/05/2018

L'étude sera conduite en double-aveugle contrôlée par placebo. Elle inclura environ 334 patients dans 22 centres cliniques en Europe et aux Etats-Unis...

Publié le 25/05/2018

Retour d'Assemblée générale Rexel...

Publié le 25/05/2018

Copyright GlobeNewswire Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien : http://hugin.info/134311/R/2195114/850440.pdf Information réglementaire Ce…

Publié le 25/05/2018

Attribution sous conditions...

Publié le 25/05/2018

Le prix d'émission des actions nouvelles Atos qui seront remises en paiement du dividende est de 105,07 euros...