5 371.97 PTS
+0.17 %
5 367.50
+0.08 %
SBF 120 PTS
4 288.78
+0.10 %
DAX PTS
13 012.90
+0.07 %
Dowjones PTS
22 978.33
+0.09 %
6 112.62
-0.03 %
Nikkei PTS
21 336.12
+0.38 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

En baisse de popularité, Macron maintient le cap

| AFP | 254 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Macron lors des Rencontres d'Arles, à Arlesle 19 juillet 2017
Emmanuel Macron lors des Rencontres d'Arles, à Arlesle 19 juillet 2017 ( JEAN-PAUL PELISSIER / POOL/AFP/Archives )

Le président Emmanuel Macron, en dépit des premières difficultés et d'une popularité en baisse, se montre déterminé à poursuivre sa politique de réduction des dépenses publique et ses réformes au pas de charge.

Dans un sondage IFOP paru dans le Journal du dimanche, sa cote de popularité chute de 10 points par rapport à juin (à 54% de satisfaits) et celle de son Premier ministre Edouard Philippe recule de 8 points à 52%.

Moins de cent jours après le début de son quinquennat, le chef de l'Etat compte ainsi deux points de moins que son prédécesseur François Hollande, à la même période en 2012. Le président décroche aussi bien dans l'électorat socialiste (-12 points) que dans celui de droite (-11 points) et du MoDem (-25 points).

Dix points, "ce n'est pas tant que ça", relativise un proche d'Emmanuel Macron, pour qui l'exécutif a "raison" de "faire les réformes difficiles dès les premiers mois". "Les économies, on est obligés de les trouver tout de suite", plaide-t-il, faisant la comparaison avec "le quinquennat précédent handicapé par l'absence d'arbitrages rapides et clairs".

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner parle de "courage politique".

"On a trouvé 4,5 milliards d'économies. A chaque mesure d'économie, j'ai toujours quelqu'un en face de moi qui dit qu'il fallait la trouver ailleurs. Citez moi une mesure où il était facile de baisser", a-t-il lancé lundi sur RMC.

A l'Elysée on refuse de commenter ce sondage, qui s'ajoute à une série de critiques des arbitrages budgétaires et fiscaux depuis une semaine.

Parmi les mesures les plus contestées, l'annonce d'une baisse de 5 euros par mois des aides au logement, critiquée par l'opposition et des syndicats, indignés par une baisse qui touche selon eux les plus pauvres et les jeunes.

- Aides au logement et ISF -

La Fondation Abbé Pierre, "préoccupée", a également demandé à être reçue par le gouvernement tandis que les syndicats étudiants ont condamné cette baisse, rappelant qu'un quart des étudiants vit sous le seuil de pauvreté.

Cette mesure est d'autant plus critiquée qu'elle intervient peu après l'annonce de la baisse de l'ISF dès 2018. Celui-ci ne frappera plus que l'immobilier et sera ainsi allégé de "2 milliards" pour les plus riches, a dénoncé Olivier Faure .

Plusieurs autres coupes budgétaires passent mal, en particulier l'annonce du rétablissement du jour de carence des fonctionnaire et le gel de leur point d'indice, dénoncés par les syndicats de fonctionnaires, ainsi que la réduction de 25% des crédits du secrétariat d'Etat aux droits des femmes.

L'Elysée affiche pourtant sa détermination. Emmanuel Macron avait déjà annoncé jeudi un maintien du cap en promettant "qu'aucun budget autre que celui des armées ne serait augmenté" en 2018, impliquant l'austérité pour tous les autres. Objectif : des baisses d'impôts de 11 milliards l'an prochain mais aussi un déficit réduit, grâce à 15 à 20 milliards d'euros d'économies.

L'enjeu n'est pas seulement hexagonal: c'est la condition pour que la France retrouve sa crédibilité en Europe et y joue un rôle central, juge l'Elysée.

Toutefois, Emmanuel Macron a su s'adapter plusieurs fois face aux critiques. Ainsi début juillet, devant la colère des milieux d'affaires face au report envisagé de la baisse de l'ISF et de la taxe d'habitation, il a rectifié le tir en quatre jours, les annonçant dès 2018.

Après la démission mercredi du chef d'état-major des armées Pierre de Villiers, en colère contre une coupe de 850 millions d'euros du budget de la Défense, un geste d'apaisement a suivi dimanche quand la ministre des Armées Florence Parly a annoncé un dégel anticipé de 1,2 milliard de crédits.

La détermination du gouvernement, en pleine réforme de la loi travail, ne paraît pas inquiéter outre mesure la plupart des grands syndicats, qui saluent un effort de consultation mais attendent le contenu des ordonnances pour se positionner. La CGT a toutefois appelé à une journée d'action le 12 septembre.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 05/10/2017

Le président Emmanuel Macron, le 4 octobre 2017 à Egletons ( ludovic MARIN / POOL/AFP )La popularité du président de la République et du Premier ministre a connu un léger regain en septembre…

Publié le 04/10/2017

Le président Emmanuel Macron lors d'une visite aux salariés de l'usine Whirlpool, le 3 octobre 2017 à Amiens ( PHILIPPE WOJAZER / POOL/AFP )La cote de popularité d'Emmanuel Macron est de…

Publié le 19/09/2017

Le président français Emmanuel Macron à Toulouse le 11 septembre 2017 ( Guillaume HORCAJUELO / POOL/AFP/Archives )La popularité d'Emmanuel Macron continue de dégringoler, avec une perte de 14…

Publié le 13/09/2017

Le président Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe le 13 juillet 2013 à Paris ( Matthieu Alexandre / POOL/AFP/Archives )Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont perdu…

Publié le 13/09/2017

La popularité d'Emmanuel Macron, ici lors de sa visite dans l'île de Saint-Martin le 12 septembre 2017, est en forte baisse. ( Christophe Ena / POOL/AFP )La cote de popularité d'Emmanuel Macron…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2017

                                                                Information mensuelle relative au nombre total des droits de vote et…

Publié le 17/10/2017

Groupe ADP surperforme nettement le marché ce mardi, en hausse de 2,5% à 141,6 euros à moins d'une heure de la clôture...

Publié le 17/10/2017

Newsflow porteur

Publié le 17/10/2017

Amundi Asset Management, agissant pour le compte du FCPE Cap Orange dont elle assure la gestion, a déclaré avoir franchi en baisse, le 17 octobre...

Publié le 17/10/2017

Air France-KLM rebondit de plus de 3% à euros sur la place parisienne et efface les pertes accumulées au cours des deux dernières séances...

CONTENUS SPONSORISÉS