Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 671.95 PTS
-0.6 %
6 677.0
-0.51 %
SBF 120 PTS
5 126.08
-0.49 %
DAX PTS
14 487.79
-0.37 %
Dow Jones PTS
34 347.03
+0.45 %
11 756.03
-0.7 %
1.042
+0.25 %

Emmanuel Macron rattrapé par le "sparadrap" McKinsey

| AFP | 656 | Aucun vote sur cette news
Le parquet national financier (PNF) a confié à des juges d'instruction deux enquêtes sur l'intervention des cabinets de conseil, dont McKinsey, dans les campagnes électorales de 2017 et 2022
Le parquet national financier (PNF) a confié à des juges d'instruction deux enquêtes sur l'intervention des cabinets de conseil, dont McKinsey, dans les campagnes électorales de 2017 et 2022 ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

"Je ne crains rien", assure Emmanuel Macron. Après avoir parasité sa campagne présidentielle, le nom du célèbre cabinet de conseil McKinsey vient, par la voie judiciaire, rattraper le chef de l'Etat déjà fragilisé par une configuration politique complexe.

Le parquet national financier (PNF) a annoncé jeudi avoir confié à des juges d'instruction, fin octobre, deux enquêtes sur l'intervention des cabinets de conseil dans les campagnes électorales de 2017 et 2022. L'une porte sur des soupçons de "tenue non conforme de comptes de campagne et minoration d'éléments comptables dans un compte de campagne", l'autre vise "des chefs de favoritisme et recel de favoritisme".

En clair, la justice cherche à savoir si des cabinets de conseil n'auraient pas indûment participé au financement des campagnes du candidat Macron, avant de bénéficier en retour de juteux contrats publics.

Le chef de l'Etat est protégé par son immunité pénale, prévue à l'article 67 de la Constitution. Et son nom ne figure pas dans le communiqué très technique du PNF sur ce point.

Mais c'est bien l'affaire du printemps qui ressurgit. D'autant que le Parquet national financier réagissait aux révélations du Parisien, qui venait de faire état de ces investigations pour financement illégal de sa campagne.

"Je ne crains rien et (...) je crois que le cœur de l'enquête n'est pas votre serviteur", a réagi Emmanuel Macron vendredi devant des journalistes, en marge d'un déplacement à Dijon.

"C'est normal que la justice fasse son travail, elle le fait librement, elle va faire justement la lumière sur ce sujet", a-t-il ajouté.

C'est dans la ville de Côte-d'Or, déjà, que le président-candidat avait tenté d'évacuer les premiers soupçons, fin mars, balayant les "bêtises" relayées, selon lui, par ses adversaires.

"Quand on veut aller très vite et très fort sur une politique, il faut parfois avoir recours à des prestataires extérieurs à l'État", avait-il insisté.

Il s'agissait de justifier le recours intensif par l'exécutif à ces cabinets privés, épinglé dans un rapport sénatorial qui avait fait l'effet d'une petite bombe pendant la campagne. L'opposition avait réclamé immédiatement une enquête sur l'éventuel favoritisme dont la puissante société américaine McKinsey aurait bénéficié de la part de la majorité macroniste.

"On a l'impression qu'il y a des combines, c'est faux. S'il y a des preuves de manipulation, que ça aille au pénal", s'était aussi agacé Emmanuel Macron.

Voilà qui est fait. L'Élysée n'a pas manqué de relever que les deux informations judiciaires ont été ouvertes "à la suite notamment de plaintes d'élus et d'associations".

Connivence malsaine

"Cette affaire passe pour l'instant complètement au-dessus des Français, obnubilés par les questions économiques, énergétiques et sociales", a relevé Frédéric Dabi, directeur de l'institut Ifop. "Reste à savoir si elle peut devenir un poison lent pour la Macronie si les rebondissements judiciaires se multiplient".

Le camp présidentiel réagissait peu pour le moment. "Arrêtons de penser, parce qu'il y a une ouverture d'enquête, que c'est infamant", a relevé vendredi sur Europe 1 le président par intérim du groupe Renaissance à l'Assemblée Sylvain Maillard, appelant à laisser la justice "enquêter sereinement".

Le "McKinseyGate" a été érigé par l'opposition pendant la campagne en symbole d'une connivence malsaine avec les milieux d'affaires.

Le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, n'a pas manqué vendredi d'accuser Emmanuel Macron d'avoir "confié la France à des liquidateurs". Les cabinets de conseils mis en cause "ne travaillent pas dans l'intérêt de la nation française et du peuple français", a-t-il lancé, regrettant une politique de "renvoi d'ascenseur".

Pendant la campagne présidentielle, les adversaires du chef de l'État n'avaient déjà eu de cesse de lui demander des comptes, dénonçant une "dérive totale", une bienveillance à l'égard des "lobbies" et de "l'évasion fiscale" supposée de certains cabinets, et même une "République McKinsey".

La Macronie s'était retrouvée sur la défensive. "Les oppositions ont réussi à en faire un sparadrap pour nous", s'alarmait alors un responsable de la majorité, avant que le président ne soit réélu en avril, avant d'être affaibli par des législatives décevantes face à des oppositions regaillardies.

 ■

Copyright © 2022 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Bourse Direct vous souhaite la bienvenue
et vous offre vos frais de courtage*

Découvrir l'offre

Valable jusqu'au 30 novembre
*Voir conditions

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 25/11/2022

La robe Christian Dior, portée par Elizabeth Taylor à la cérémonie des Oscars de 1961, à Londres le 25 novembre 2022 ( Daniel LEAL / AFP )Après avoir passé 50 ans dans une valise, une robe…

Publié le 25/11/2022

La Première ministre française Elisabeth Borne assiste au 104e Congrès des maires organisé par l'Association des maires de France (AMF) à Paris le 24 novembre 2022 ( Alain JOCARD / AFP…

Publié le 24/11/2022

De nombreux actifs en couple sont exclus du marché immobilier parisien par la flambée des prix ( Jacques DEMARTHON / AFP/Archives )Les prix de l'immobilier ancien ont continué d'augmenter au…

Publié le 23/11/2022

Alessandro Michele à Los Angeles, le 5 novembre 2022 ( Michael Tran / AFP/Archives )Alessandro Michele quitte Gucci, après sept ans en tant que directeur de la création durant lesquels il a…

Publié le 23/11/2022

Luc Remont (D) le 4 septembre 2014, alors président de Schneider Electric France, avec la ministre de l'Écologie Ségolène Royal, et le président-directeur général de Schneider Electric…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/11/2022

La situation en Chine inquiète...

Publié le 28/11/2022

Icade tient sa journée investisseurs 2022...

Publié le 28/11/2022

Sofidy, premier gestionnaire indépendant sur le marché de l'épargne immobilière et filiale de Tikehau Capital, continue de se déployer en Europe en...

Publié le 28/11/2022

IT Link, entreprise de conseil et d'ingénierie spécialisée dans les systèmes connectés, entre en négociation exclusive avec la société RADèS, en vue...

Publié le 28/11/2022

Assystem, acteur majeur de la transition énergétique, a acquis auprès de leur management 100% du capital des 3 sociétés soeurs composant le groupe...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne