En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

Emmanuel Macron face au soupçon d'un pouvoir trop sûr de lui

| AFP | 653 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Macron le 5 septembre 2018 à l'Elysée
Emmanuel Macron le 5 septembre 2018 à l'Elysée ( Thibault Camus / POOL/AFP )

La Macronie manque-t-elle d'"humilité"? Relancé par Gérard Collomb, l'un des piliers du président, le soupçon d'un pouvoir trop sûr de lui - et trop peu à l'écoute des Français - est avivé par l'été difficile de l'exécutif, mais aussi par l'absence de premiers résultats probants.

"Peut-être, les uns et les autres, nous avons manqué d'humilité": c'est ainsi que le ministre de l'Intérieur a expliqué, jeudi sur RMC/BFMTV, la forte baisse d'Emmanuel Macron et du gouvernement dans les sondages, pointant un risque de "cécité".

Après avoir réussi l'impensable - ravir l'Elysée, à moins de 40 ans, avec un parti à peine créé - le président et ses soutiens auraient-ils rebuté l'opinion en se montrant trop sûrs de leur triomphe, sur les ruines de +l'ancien monde+?

"Quand, à un moment donné, vous devenez trop sûr de vous, vous pensez que vous allez tout emporter", a pointé M. Collomb.

Interrogé sur les propos de son ministre, le chef de l'Etat a dit croire aux vertus du "doute sain". Mais ce dernier ne doit en "rien entraver" son "mandat(...) qui est de transformer la France en profondeur", a-t-il nuancé.

Gérard Collomb le 5 septembre 2018
Gérard Collomb le 5 septembre 2018 ( ludovic MARIN / AFP )

Affrontant désormais l'impopularité, qui pousse à voir en défaut ce qui était il y a peu une qualité, Emmanuel Macron ne bénéficie plus de la même mansuétude pour les sorties provocatrices qui avaient marqué ses débuts, à Bercy, durant la campagne et même à ses débuts à l'Elysée.

"Au début du quinquennat, on aimait chez Emmanuel Macron son audace, sa détermination sans failles, sa capacité à ne pas céder. Au fur et à mesure que les doutes et les déceptions se font jour, il est normal que s'opère un glissement de l'autorité à l'autoritarisme, qu'on voie de l'arrogance là où on voyait de l'audace, ou qu'on lui reproche de ne pas suffisamment écouter et dialoguer là où louait l'homme fort qui ne tergiverse pas", estime la spécialiste de l'opinion Chloé Morin (Ipsos).

Si le ministre puis le candidat avait réussi à éteindre les polémiques sur ses sorties provocatrices, le président fait désormais grincer les dents quand il parle des "fainéants", du "pognon de dingue" des aides sociales, ou des "Gaulois réfractaires".

Fin novembre 2017, le terme "arrogant" figurait déjà avec "riche" et "jeune" dans les mots les plus cités par les Français pour qualifier Emmanuel Macron, selon une enquête d'opinion menée par Harris Interactive. Depuis, le terme a fleuri dans les compte-rendus des sondeurs.

"C'est une critique qui est forte, mais elle n'est pas autonome: les gens ne nous disent pas +il est arrogant, point+. C'est d'abord lié à la manière d'exercer la fonction, le côté un peu monarque, ce que Mitterrand et Sarkozy avaient connu. Et c'est très fortement lié au sentiment qu'il méconnaît les préoccupations des Français", souligne Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop.

François Hollande, s'il avait échappé à cette critique, avait bien mesuré l'immense risque d'être jugé méprisant lorsqu'il avait été accusé par son ex-compagne Valérie Trierweiler d'appeler les pauvres les "sans-dents".

Pancarte comparant Macron à un monarque méprisant lors de la manifestation baptisée la
Pancarte comparant Macron à un monarque méprisant lors de la manifestation baptisée la "Fête à Macron", le 26 mai 2018 à Paris ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

"C'est un trait d'image qui pourra rester très longtemps accroché à Macron, comme le côté +bling bling+ de Nicolas Sarkozy. Mais il s'en sortira s'il obtient des résultats", pense M. Dabi.

Laurent Wauquiez (Les Républicains) estime d'ailleurs que "le problème majeur" de M. Macron, "c'est les résultats", et pas telle ou telle attitude publique.

Raillé en "roi Macron" par les Insoumis, l'actuel chef de l'Etat avait déjà introduit au début de l'été une dose de modestie dans son discours devant le Congrès ("je ne réussis pas tout").

Le contexte de décélération économique, qui ampute les fameuses "marges de manœuvre", et les accidents politiques de l'été (Benalla, Hulot...) ont achevé de ramener la Macronie à la réalité, pensent certains.

"Je crois que la page de l'hypercommunication, des effets d'annonces et d'un exercice assez seul du pouvoir se tourne", a jugé le président LR du Sénat Gérard Larcher jeudi.

Emmanuel Macron n'est d'ailleurs pas le seul dans son camp à pouvoir se sentir visé par l'(auto)critique de M. Collomb.

Au groupe parlementaire LREM à l'Assemblée, "il y a peut-être parfois cette tentation hégémonique et on l'a dit d'ailleurs, on l'a reconnu en disant qu'il fallait peut-être arriver à travailler de manière plus collégiale, plus collective", a reconnu jeudi la députée marcheuse Aurore Bergé.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…