En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Elections territoriales: les nationalistes corses unis pour obtenir l'autonomie

| AFP | 373 | Aucun vote sur cette news
Les membres de l'Assemblée de Corse en session, le 28 juillet 2016 à Ajaccio
Les membres de l'Assemblée de Corse en session, le 28 juillet 2016 à Ajaccio ( PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP/Archives )

Les Corses, appelés au urnes pour de nouvelles élections territoriales en décembre, pourraient de nouveau porter au pouvoir les candidats nationalistes qui se présentent unis pour obtenir un statut d'autonomie, alors que le spectre de l'indépendance catalane agite la campagne.

Pour cette élection, le mot d'ordre des autonomistes et indépendantistes unis est simple: "construire un pays". Pas question pour eux de rater le coche du vote des 3 et 10 décembre, qui donnera naissance en 2018 à une Collectivité unique qui remplacera les deux départements et la collectivité territoriale (CTC).

Depuis deux ans, les nationalistes enchaînent les succès: après avoir gagné les élections territoriales des 6 et 13 mars 2015, décroché la direction de la CTC en décembre 2015, ils ont obtenu en juin dernier trois sièges de députés sur les 4 que compte l'île.

"Le nationalisme en Corse a symbolisé ce que le vote Macron a symbolisé sur le continent: le dégagisme", observe Jean-Charles Orsucci, candidat LREM à ces élections.

"Des citadelles sont tombées", affirme Jean-Guy Talamoni, président de l'actuelle Assemblée de Corse, et dirigeant de Corsica Libera, indépendantiste. Le prochain scrutin devrait confirmer, selon lui, le vote de 2015, pour cette "collectivité unie" comme il la surnomme, rappelant: "Nous avons plaidé pendant 40 ans pour la suppression des conseils départementaux qui faisaient le jeu du clientélisme".

Le président de l'Assemblée de Corse et dirigeant du parti Corsica Libera, Jean-Guy Talamoni le 6 août 2017 à Corte
Le président de l'Assemblée de Corse et dirigeant du parti Corsica Libera, Jean-Guy Talamoni le 6 août 2017 à Corte ( PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP/Archives )

Alors que l'Assemblée de Corse a reconnu publiquement la légitimité du gouvernement de la Catalogne, les adversaires des nationalistes font mine de s'inquiéter: "On ne peut pas continuer à laisser penser que seule la voie de l’autodétermination, de l’indépendance soit une voie salutaire", s'est indigné Jean-Martin Mondoloni, tête de liste LR, sur Corse Net Infos.

- l'Ecosse plus que la Catalogne -

Gilles Simeoni, président de l'exécutif corse, lors d'une réunion de l'Assemblée de Corse, le 30 mars 2017 à Ajaccio
Gilles Simeoni, président de l'exécutif corse, lors d'une réunion de l'Assemblée de Corse, le 30 mars 2017 à Ajaccio ( PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP/Archives )

"Nos adversaires politiques essaient de dramatiser les enjeux et de construire artificiellement la campagne comme si l'enjeu était l'indépendance d'un côté et le maintien des liens avec la République de l'autre", déplore Gilles Simeoni, qui dirige l'exécutif corse.

"L'objectif c'est d'obtenir un statut d'autonomie dans les trois ans à venir et de le mettre en oeuvre sur une période de dix ans", martèle le leader autonomiste pour qui l'indépendance de l'île de Beauté "n'est pas souhaitable".

"Je pense rigoureusement le contraire de Simeoni sur ce point", réagit Jean-Guy Talamoni. Mais le leader indépendantiste reconnaît "l'avance qu'a la Catalogne sur le plan institutionnel et économique par rapport à la Corse".

Les deux alliés s'accordent à dire que les Corses décideront "plus tard": "Notre accord stratégique est la demande d'autonomie, et il n'y a aucun caractère mécanique pour aller plus loin", insiste Gilles Simeoni. Dans leur programme en dix points, les nationalistes se prononcent pour "une autonomie de plein droit et de plein exercice, avec pouvoir législatif, réglementaire, et fiscal".

Le chercheur Thierry Dominici, docteur en sciences politiques, ne croit pas en un scénario à la catalane pour la Corse, même si les idées nationalistes progressent dans l'électorat - "la +corsité+ touche tout le monde", dit-il. Il compare plutôt l'île de Beauté à l'Ecosse où, "par crainte économique, 55% ont voté contre l'indépendance en 2014". "Aujourd'hui en Corse, je ne suis pas certain que les insulaires voteraient même pour l'autonomie", assure le politologue.

Selon ce spécialiste de la jeunesse insulaire, "la plupart des jeunes n'adhèrent pas à la démarche hégémonique de Femu a Corsica (de Gilles Simeoni), et le militant de base ne comprend pas la démarche de l'exécutif". "Ils pensaient qu'en mettant des élus nationalistes au pouvoir, ils auraient un gouvernement corse alors que ce ne sont que les gestionnaires d'une région", dit-il.

Les nationalistes "n'ont pas révolutionné le système, d'autant plus qu'ils ne le peuvent pas, ils sont tenus par le droit", poursuit le chercheur. Jean-Guy Talamoni juge que ces deux ans à diriger la CTC ont "rassuré ceux qui n'avaient pas voté pour nous".

Aux élections de décembre, un petit parti indépendantiste fera cavalier seul : le Rinnovu promet aux insulaires un référendum d'autodétermination, en 2032.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…