En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 929.28 PTS
-0.27 %
4 917.00
-0.43 %
SBF 120 PTS
3 912.90
-0.14 %
DAX PTS
12 736.95
-0.92 %
Dow Jones PTS
28 308.79
+0.4 %
11 677.84
+0.37 %
1.182
+0.47 %

Elections néo-zélandaises: Facebook ferme la page d'un parti pour "désinformation"

| AFP | 197 | 5 par 3 internautes
Facebook a fermé la page du parti AdvanceNZ, deux jours avant les élections générales, en accusant cette formation surfant sur les théories du complot de promouvoir la désinformation au sujet de la pandémie
Facebook a fermé la page du parti AdvanceNZ, deux jours avant les élections générales, en accusant cette formation surfant sur les théories du complot de promouvoir la désinformation au sujet de la pandémie ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Facebook a annoncé jeudi avoir fermé la page du parti AdvanceNZ, deux jours avant les élections générales, en accusant cette formation surfant sur les théories du complot de promouvoir la désinformation au sujet de la pandémie.

"Nous n'autorisons personne à partager sur notre plateforme la désinformation au sujet du Covid-19, qui serait de nature à porter de façon imminente un préjudice physique", a expliqué à l'AFP un porte-parole du réseau social.

"Nous avons fermé la page Facebook +Advance New Zealand/New Zealand Public Party+ pour des violations répétées de cette politique."

Une décision qui a été condamnée par le fondateur du parti Billy Te Kahika qui a accusé Facebook d'ingérence dans le processus électoral, lui qui avait en quelques mois vu son audience exploser grâce au réseau social.

"Facebook a désormais officiellement commis une ingérence dans les élections néo-zélandaises de 2020", a-t-il dit dans une vidéo postée sur son compte Facebook personnel.

"Ils l'ont fait au milieu d'une émission et c'est incroyable, les gars. C'est extraordinaire (...) ils ont finalement mis leurs menaces à exécutions."

Ancien guitariste de blues, Billy TK, comme il est aussi connu, brigue un siège de député lors des législatives de samedi.

Il a été une des surprises de la campagne, s'imposant rapidement comme une figure de proue de la mouvance conspirationniste néo-zélandaise.

Le fondateur du parti AdvanceNZ, Billy Te Kahika, le 9 septembre 2020 à Mangawhai, au nord d'Auckland
Le fondateur du parti AdvanceNZ, Billy Te Kahika, le 9 septembre 2020 à Mangawhai, au nord d'Auckland ( Diego OPATOWSKI / AFP/Archives )

Ses publications sur les réseaux sociaux comme ses discours de campagne sont truffés d'emprunts aux théories du complot qui se sont propagées dans le monde aussi vite que le coronavirus.

Pas en "Corée du Nord"

Avec toujours en toile de fond cette obsession d'un "deep state", un "Etat de l'ombre" ou "Etat profond", et l'affirmation que la crise sanitaire aurait été fabriquée par les gouvernements pour prendre le contrôle de leur population.

"Billy TK" défend aussi l'idée d'un "projet" des Nations unies de parquer tous les ruraux dans des "super villes" afin de confisquer leurs terres. Avec en coulisses Bill et Melinda Gates, Hillary Clinton ou la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern qui tireraient les ficelles.

Et jeudi, il a accusé Mme Ardern d'être derrière la décision de Facebook.

La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, le 13 octobre 2020 à Wellington
La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, le 13 octobre 2020 à Wellington ( Marty MELVILLE / AFP )

"Nous ne sommes ni en Corée du Nord, ni en Chine, mais c'est pourtant l'impression que donne l'attitude du gouvernement", a-t-il dit.

Une colère décuplée par ses partisans sur les réseaux sociaux.

"Ils ont fait cela à Trump, vous êtes tous les deux une menace pour l'establishment", commentait un internaute quand un autre ajoutait: "Plus ils vous combattent, plus vous êtes crédibles."

Billy TK avait dit à l'AFP pouvoir rassembler 15% de l'électorat sur son nom le 17 octobre. Les sondages le donnent cependant beaucoup plus bas.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/10/2020

Les résultats de Fountaine Pajot pour l'exercice clos le 31 août 2020 seront mécaniquement impactés par la baisse d'activité brutale de mars à juin...

Publié le 20/10/2020

Vivendi devrait utiliser la trésorerie pour réduire sa dette financière.., et pour financer un programme significatif de rachats d'actions et des acquisitions.

Publié le 20/10/2020

Goldman Sachs aurait conclu un accord avec le Département américain de Justice et aurait accepté de débourser plus de 2 Mds$ supplémentaires pour solder une affaire qui lui aura coûté plus de 5…

Publié le 20/10/2020

Le groupe Total a déclaré mardi que la société Cray Valley, sa filiale française dans les résines, n'était pas à vendre.

Publié le 20/10/2020

Pharmasimple anticipe au dernier trimestre de 2020 une forte augmentation du nombre de commandes internet...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne