En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 425.90 PTS
-
5 397.50
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 298.74
+0.30 %
DAX PTS
11 788.41
+1.13 %
Dowjones PTS
25 887.38
-0.10 %
7 349.28
+0.31 %
1.135
+0.00 %

Elections israéliennes et menace d'inculpation de Netanyahu: des clés pour comprendre

| AFP | 464 | 5 par 1 internautes
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une déclaration télévisée le 28 février 2019 à sa résidence à Jérusalem pour dénoncer comme relevant d'une
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une déclaration télévisée le 28 février 2019 à sa résidence à Jérusalem pour dénoncer comme relevant d'une "chasse aux sorcières" la perspective d'être inculpé pour corruption ( Gali TIBBON / AFP )

Risquant d'être inculpé pour corruption, Benjamin Netanyahu va devoir se battre pour rester Premier ministre israélien après les élections du 9 avril. Peut-il le faire ? Et s'il peut le faire, pourra-t-il gouverner?

LE CONTEXTE

Les Israéliens sont appelés à élire leurs députés le 9 avril. Les élections auraient dû avoir lieu en novembre à la fin prévue de la mandature. C'est M. Netanyahu qui a fait en sorte que le calendrier soit avancé. Il aurait voulu parer l'effet de l'annonce attendue de la part du procureur général quant à son inculpation, ou non, dans les affaires de corruption présumée le concernant.

LE COUP DE TONNERRE

Le procureur général Avichaï Mandelblit a annoncé jeudi son intention d'inculper M. Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires. En cause: des échanges de bons procédés entre gouvernants et hommes d'affaires, des cadeaux acceptés de la part de richissimes personnalités et une tentative de collusion avec la presse.

Le procureur général offre au Premier ministre de s'expliquer devant lui avant de décider définitivement de l'envoyer devant le juge. L'inculpation et le procès sont le scénario le plus communément anticipé. Mais ce n'est pas automatique.

M. Netanyahu, chef du parti de droite Likoud, nie tout en bloc, dénonce un complot de la part de ses adversaires et assure que "ce château de cartes s'écroulera totalement après les élections".

LE CALENDRIER

Une rencontre entre le procureur général, M. Netanyahu et ses avocats n'est pas attendue avant le 9 avril et les législatives. Une éventuelle inculpation devrait prendre des mois, sans parler de la première audience d'un procès.

Compte tenu de la procédure, "il faut compter peut-être un an avant que l'inculpation se produise effectivement, puis plusieurs années de procès et d'appels", dit Gayil Talshir, professeure de sciences politiques.

M. Netanyahu mise précisément sur le temps, dit-elle. Pari risqué si la pression va grandissant et que les prétendants à sa succession sortent de leur silence. "Le jour où cela se produira, ce sera la fin de l'ère Netanyahu”, selon Mme Talshir.

LE CADRE LEGAL

M. Netanyahu, s'il était reconduit à son poste après les élections, puis inculpé, serait le premier chef de gouvernement à connaître pareille avanie dans l'histoire d'Israël. L'absence de précédent rend difficilement prévisible le lendemain des élections, mais aussi les élections elles-mêmes, déjà indécises.

Rien, légalement, ne forcerait M. Netanyahu à démissionner s'il était reconduit et inculpé, jusqu'à épuisement de tous les recours. M. Netanyahu a assuré qu'il comptait gouverner "pendant encore de nombreuses années".

La pression politique est une autre affaire. Le public risque de remettre en question la légitimité d'un Premier ministre inculpé, jugent les experts du think-tank Institut d'Israël pour la démocratie. "Cette question sera très probablement tranchée par la Cour suprême", disent-ils, anticipant des actions engagées contre M. Netanyahu devant cette cour.

L'IMPACT SUR LES ELECTIONS

Les prochains sondages seront minutieusement épluchés. Les enquêtes d'opinion donnent depuis peu la liste centriste de Benny Gantz en tête devant le Likoud de M. Netanyahu. Mais ce dernier semble mieux placé pour former une coalition gouvernementale, avec les partis de droite, que son challenger.

L'annonce du procureur général peut-elle changer la donne ? "C'est l'inconnue", dit Ilan Greilsammer, professeur de sciences politiques. Chacun scrutera les signes d'une migration des électeurs du Likoud. "Les électeurs de base du Likoud lui sont fidèles et ceux qui votent Netanyahu par loyauté ne se laisseront pas influencer par des allégations auxquelles ils ne croient pas".

Au contraire, envisage-t-il, elles pourraient mobiliser en faveur du Likoud, ce qui paradoxalement desservirait M. Netanyahu en affaiblissant les autres partis du bloc de droite.

Gayil Talshir prédit un scrutin serré entre Likoud et liste centriste, auquel cas "tous les partis de droite resteront avec Netanyahu". La plupart d'entre eux ont dit jeudi maintenir leur soutien à M. Netanyahu.

Ilan Greilsammer juge pour l'instant "peu réaliste" une coalition entre le Likoud et la liste centriste "tant que Netanyahu reste à la tête du Likoud".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/03/2019

Medasys et ses filiales communiqueront d'une seule et même voix et sous une seule bannière : 'Dedalus'...

Publié le 19/03/2019

Lecra dédie un nouvel espace à l'idéation et au design de solutions disruptives...

Publié le 19/03/2019

Google proposera cette année un service de jeux vidéos en ligne baptisé Stadia.

Publié le 19/03/2019

La maturité du contrat d'achat est de 15 ans pour l'électricité et 20 ans pour les certificats d'énergie propre à compter de sa date d'activation à la fin du 2e trimestre 2020...

Publié le 19/03/2019

La livraison et la mise en service de la tyrolienne sont prévues pour cet été 2019...