En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.03 %

Edouard Philippe voit dans le "plan Creuse" un modèle pour sortir du grand débat

| AFP | 520 | 4.67 par 3 internautes
Edouard Philippe le 26 mars 2019 à Matignon
Edouard Philippe le 26 mars 2019 à Matignon ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Le Premier ministre Edouard Philippe a estimé vendredi que la méthode qui a débouché sur la signature d'un "plan particulier" pour le département de la Creuse pourrait servir d'exemple "dans le cadre de la sortie du grand débat" national.

"Il y a quelque chose d'extrêmement prometteur dans la méthode mise en œuvre ici et dans le résultat auquel nous sommes parvenus. Peut-être d'ailleurs faudra-t-il s'inspirer de cette méthode dans le cadre de la sortie du grand débat", a-t-il déclaré, au sujet à la concertation mise en place pour répondre à la crise des "gilets jaunes".

"Car en laissant aux partenaires locaux le soin d'identifier les projets auxquels ils tiennent véritablement et en faisant en sorte d'en accompagner la définition et le développement, l'Etat remplit son rôle, celui d'un partenaire, éventuellement d'un accélérateur de développement, et pas celui (d'une institution) qui dicterait ses priorités depuis Paris."

Le plan particulier pour la Creuse, signé vendredi par M. Philippe à Felletin en présence d'élus locaux, "prévoit 118 projets, définis par les acteurs locaux, et la mise à disposition de 80 millions d'euros de la part de l'Etat pour les accompagner". L'objectif étant d'innover pour redynamiser l'un des départements les plus défavorisés de France.

Il a été mené à bien "pendant plus d'un an" par "17 groupes de travail qui se sont réunis en Creuse, avec des élus, des chefs d'entreprise, des organisations diverses" et démontre "la capacité des territoires, lorsque les acteurs se rassemblent et travaillent en bonne intelligence avec l'Etat, de définir les projets auxquels ils tiennent", a-t-il fait valoir.

Le Premier ministre a également indiqué que l'exemple du plan Creuse, département sinistrée par la désertification rurale, pourrait être reproduit dans d'autres départements en difficulté. "Peut-être pourrons nous dire un jour que tout a commencé dans la Creuse", a-t-il dit.

Le "plan Creuse" a été lancé en octobre 2017 par Emmanuel Macron à la suite du conflit social qui avait émaillé la reprise de l'ex-équipementier creusois GM&S Industry -aujourd'hui La Souterraine Industrie - (156 emplois perdus sur 276).

Peu auparavant, lors d'une visite présidentielle en Corrèze, des élus creusois et des ouvriers de GM&S venus à la rencontre de M. Macron avaient été reçus à coup de gaz lacrymogène.

Le président avait alors "réuni autour de lui à l'Elysée les élus du département et proposé la création d'un contrat qui permettrait d'accompagner les projets choisis par le territoire dans son développement", a rappelé M. Philippe. "Ce faisant, (Emmanuel Macron) a créé une méthode nouvelle et y a affecté des moyens. Il a souhaité construire une relation avec les territoires et les élus locaux d'une nature très différente de celle qui prévalait jusqu'à présent."

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 4.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…