En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 852.62 PTS
-0.33 %
5 851.5
-0.33 %
SBF 120 PTS
4 608.42
-0.32 %
DAX PTS
13 154.20
-0.09 %
Dow Jones PTS
27 993.83
-0.08 %
8 418.69
+0.25 %
1.107
+0.08 %

Edouard Philippe fustige un député LFI qui mettait en cause le préfet de Paris

| AFP | 321 | 5 par 1 internautes
Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée nationale, le 19 novembre 2019 à Paris
Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Assemblée nationale, le 19 novembre 2019 à Paris ( Philippe LOPEZ / AFP )

Le Premier ministre Édouard Philippe a fustigé mardi le député de La France Insoumise Ugo Bernalicis qui avait mis en cause le préfet de police de Paris pour sa gestion de la manifestation des "gilets jaunes", samedi dans la capitale.

"Mettre en cause nommément un fonctionnaire qui exerce sa mission au service de l’État et qui, dans cet hémicycle, ne peut pas répondre puisqu'il ne peut pas parler et qu'il ne peut pas s'y présenter, me semble ne pas exactement correspondre aux exigences que nous avons à poser d'une démocratie mûre", a sèchement répondu le chef du gouvernement au député mélenchoniste, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

"Tel ou tel parlementaire peut parfaitement critiquer l'action du gouvernement, mais si vous avez à mettre en cause l'action d'un fonctionnaire, alors adressez-vous au ministre de l'Intérieur ou au Premier ministre", a encore lancé M. Philippe.

M. Bernalicis avait affirmé que le préfet de police de Paris, Didier Lallement, portait les surnoms de "préfet qui fait flipper les flics" ou de "fou furieux".

"C'est donc à dessein que vous l'avez nommé car il y a une adéquation entre votre doctrine de maintien de l'ordre et la réputation de ce préfet, entre +l'éborgneur+ et le fou furieux", avait poursuivi le député LFI, en estimant que le préfet "Lallement (avait) quitté le camp de la République" et demandant à ce qu'il soit "(démis) de ses fonctions".

Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, lui avait d'abord répondu en défendant une "doctrine définie au niveau du gouvernement" et qu'il ne s'agissait pas "d'empêcher le libre exercice du droit de manifester".

Ces échanges ont provoqué une poussée de tension avec l'ensemble des députés LFI. "Arrêtez immédiatement vos hurlements, asseyez-vous s'il vous plaît", leur a intimé le président de l'Assemblée Richard Ferrand (LREM), en s'adressant notamment à leur président Jean-Luc Mélenchon.

"On ne peut passer son temps à stigmatiser la violence, et donner ce spectacle de violence verbale", a ajouté M. Ferrand.

Il a sanctionné François Ruffin qui, à plusieurs reprises bruyamment et hors micro, a regretté que M. Nuñez n'ait pas eu un mot pour le "gilet jaune" qui a perdu un oeil samedi. Ce rappel à l'ordre avec inscription au procès-verbal va valoir au député de la Somme d'être privé, pendant un mois, du quart de son indemnité parlementaire, comme le prévoit le règlement de l'Assemblée.

Le préfet Lallement avait déjà été largement mis en cause, notamment par LFI, depuis samedi, après qu'il est apparu sur une vidéo en train de répondre à une sexagénaire se présentant comme une "gilet jaune" non-violente. "Ah, vous êtes +gilet jaune+?. Eh bien nous ne sommes pas dans le même camp", avait-il lancé à la manifestante qui lui avait répondu qu'elle "ne cassait pas". "Vous ne me convainquez pas", lui avait alors rétorqué le préfet.

pab-parl/ib/nm

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/12/2019

Air France KLM se développe en Australie via le renforcement de sa collaboration avec le Groupe Qantas...

Publié le 09/12/2019

Boiron et Rocal ont déposé devant le Conseil d'État le recours complet contre la décision du gouvernement de mettre fin à la prise en charge par...

Publié le 09/12/2019

Tesco PLC s'envole ce mercredi à la bourse de Londres, porté par l'annonce d'une étude sur la possible cession de ses activités en Thaïlande et Malaisie. Le groupe a ainsi confirmé des…

Publié le 09/12/2019

Sanofi rachète la biotech américaine Synthorx pour 2,5 milliards de dollars, soit 68 dollars par action. Ce prix représente une prime de 172 % par rapport au cours de clôture des actions de…

Publié le 09/12/2019

Lundi 9 décembre 2019AIR FRANCE-KLMLe groupe aérien publiera son trafic du mois de novembre 2019.CATANALe spécialiste des navires de plaisance publiera ses résultats 2018-2019.Mardi 10 décembre…