En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 327.28 PTS
+0.42 %
5 320.50
+0.30 %
SBF 120 PTS
4 269.01
+0.25 %
DAX PTS
12 200.76
+0.31 %
Dowjones PTS
25 162.41
-0.54 %
7 354.66
+0.00 %
1.137
+0.27 %

Edouard Philippe au chevet des agriculteurs en Guadeloupe

| AFP | 1246 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre Edouard Philippe entouré de la ministre des Sports Laura Flessel (g) et de celle des Outre-mer Annick Girardin (d), lors d'une conférence de presse à son arrivée en Guadeloupe le 4 novembre 2017
Le Premier ministre Edouard Philippe entouré de la ministre des Sports Laura Flessel (g) et de celle des Outre-mer Annick Girardin (d), lors d'une conférence de presse à son arrivée en Guadeloupe le 4 novembre 2017 ( Helene Valenzuela / AFP )

Deux mois après les ouragans Irma et Maria, Edouard Philippe poursuit dimanche en Guadeloupe sa tournée aux Antilles, une étape dominée par la question des indemnisations d'agriculteurs, producteurs de bananes en tête.

Au terme de son passage guadeloupéen, le Premier ministre atterrira en fin de journée dimanche à Saint-Martin, la plus touchée début septembre par Irma, avec 95% des bâtiments détruits ou endommagés, et plus d'un cinquième des 35.000 habitants ayant quitté la partie française de cette île partagée avec les Pays-Bas.

Arrivé avec cinq membres du gouvernement à Pointe-à-Pitre samedi soir après une première étape en Martinique, Edouard Philippe doit visiter dimanche matin deux exploitations agricoles dans le sud de la Guadeloupe, une bananeraie et une ferme de légumes, qui ont été ravagées par les vents très violents de Maria, autour du 20 septembre.

Le Premier ministre Edouard Philippe (g) s'entretient avec le président du conseil régional de la Guadeloupe Ary Chalus, à son arrivée à Pointe-à-Pitre le 5 novembre 2017
Le Premier ministre Edouard Philippe (g) s'entretient avec le président du conseil régional de la Guadeloupe Ary Chalus, à son arrivée à Pointe-à-Pitre le 5 novembre 2017 ( Helene Valenzuela / AFP )

La banane, produit phare de l'économie guadeloupéenne avec habituellement plus de 80% des exportations agricoles, est particulièrement fragile face aux ouragans: entre 80 et 100% des fruits ont été détruits par Maria. Les producteurs, déjà éprouvés par l'ouragan Matthew en 2016, affichent des dommages de plusieurs dizaines de millions d'euros, selon les premières estimations.

Le Premier ministre français Edouard Philippe passe des troupes en revue, le 4 novembre 2017 dans la commune du Lamentin en Martinique
Le Premier ministre français Edouard Philippe passe des troupes en revue, le 4 novembre 2017 dans la commune du Lamentin en Martinique ( Lionel CHAMOISEAU / AFP )

Selon Matignon, Edouard Philippe pourrait annoncer dimanche une nouvelle aide publique de l'ordre de 20 à 30 millions pour le secteur agricole. Mais, délai de traitement des dossiers oblige, cette aide pourrait n'être effectivement versée que dans plusieurs mois. Face à des trésoreries exsangues, l'Etat s'efforce, selon des sources gouvernementales, d'accélérer le versement des aides pour l'ouragan Matthew (3,7 millions pour Guadeloupe et Martinique), qui a frappé en octobre 2016.

Après la rencontre avec les agriculteurs en début de matinée, le chef du gouvernement doit prononcer un discours à l'occasion de l'inauguration d'un centre culturel et sportif, avant de rencontrer des pêcheurs sinistrés par la série de violents cyclones de la fin de l'été.

A son arrivée à l'aéroport de Pointe-à-Pitre samedi soir, Edouard Philippe a assuré qu'il comptait régler les dossiers sérieusement, en s'interdisant les "effets d'annonce".

- rentrée scolaire lundi -

A Saint-Martin et Saint-Barthelemy lundi, c'est le dossier de la reconstruction et du difficile retour à la normale qui devrait dominer les échanges, un mois et demi après la venue d'Emmanuel Macron. Comme il s'y était engagé, M. Philippe assistera dans la matinée à la rentrée scolaire dans une école saint-martinaise.

Conformément à l'objectif du gouvernement, tous les élèves vont pouvoir reprendre le chemin des classes, même si quatre établissements restent impraticables et qu'un système de rotations matin/après-midi des élèves a dû être mis en place dans certaines écoles. C'est sur le dossier de la reconstruction immobilière que l'exécutif entend désormais peser, dans une île de Saint-Martin où près d'un quart des constructions l'étaient sans permis, selon les chiffres cités par le gouvernement.

Une photographie prise le 7 septembre 2017, montrant les dégâts causés par Irma sur l'île de Saint-Martin
Une photographie prise le 7 septembre 2017, montrant les dégâts causés par Irma sur l'île de Saint-Martin ( Lionel CHAMOISEAU / AFP/Archives )

Les probables nouveaux puissants cyclones qui frapperont les Antilles "imposent de se poser la question de la façon dont nous devons reconstruire", a souligné Edouard Philippe samedi en Martinique. "Nous ne pouvons pas reconstruire comme si rien ne s'était passé", a plaidé le Premier ministre, assurant que l'État serait "exemplaire" pour ses installations. La question principale concerne le nombre importants d'habitations sans permis, dont la reconstruction au même endroit pourrait être freinée.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2018

JCDecaux accélère son rebond après avoir clôturé avant-hier à son plus bas niveau de l'année. Suite à son modeste gain de 0,15% hier, le titre bondit de 5,99% aujourd'hui, à 27,7 euros. A la…

Publié le 16/08/2018

Le titre a enfoncé la zone d'overlap (ancienne résistance devenue support) des 25.5 euros. L'orientation négative des indicateurs techniques milite pour une poursuite de la phase de repli en…

Publié le 16/08/2018

Le titre sous haute pression après les annonces du gouvernement

Publié le 16/08/2018

La compagnie serait sur le point de se doter d'un patron non français et, de plus, non européen