En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 788.41 PTS
-0.51 %
4 777.0
-0.57 %
SBF 120 PTS
3 803.98
-0.73 %
DAX PTS
10 725.38
-0.58 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.142
+0.26 %

Edouard Philippe accuse l'opposition de "vouloir la crise"

| AFP | 284 | Aucun vote sur cette news
Le Premier Ministre français Edouard Philippe répond aux questions des députés à l'Assemblée Nationale le 3 juillet 2018
Le Premier Ministre français Edouard Philippe répond aux questions des députés à l'Assemblée Nationale le 3 juillet 2018 ( Eric FEFERBERG / AFP/Archives )

Edouard Philippe a accusé l'opposition, devant les députés LREM réunis à huis clos mardi matin, "de ne pas vouloir la vérité mais la crise" dans l'affaire Benalla, selon des propos rapportés par des participants.

Les oppositions "veulent nuire, nuire au président de la République, nuire au gouvernement, nuire à la majorité. Et elles vont feuilletonner pour que la polémique dure le plus longtemps possible", a déclaré le Premier ministre selon un participant, en dénonçant "l'obstruction et l'instrumentalisation politique".

"Le gouvernement et la majorité doivent y opposer sang-froid, respect des institutions et rappel des faits", a-t-il ajouté en appelant également les députés à "de la solidarité", "quand ça secoue".

Le Premier ministre, qui a remercié le groupe "de faire bloc", a par ailleurs indiqué que le président de la République "s'exprimera le moment venu" sur ce qu'il a appelé une "crise politique, parlementaire et médiatique".

A ses côtés, le chef de file de la majorité Richard Ferrand a insisté sur "la solidarité du groupe LREM qui a été mis à l'épreuve et a tenu ensemble".

"En aucun cas, il ne s'agit d'une affaire politique, encore moins d'Etat. Il s'agit de dérives personnelles, mais qui ne portent pas atteinte à nos valeurs. Ne vous privez pas de démonter les fake news et de faire prévaloir la vérité", a lancé M. Ferrand à ses pairs.

"C'était une réunion team-building" pour une majorité soumise à l'épreuve, a résumé un député LREM à la sortie.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

BNP Paribas Chine a obtenu une licence pour souscrire aux obligations d'entreprise 'Panda Bonds' pour les émetteurs étrangers...

Publié le 10/12/2018

Le dérapage n'a pas tardé...

Publié le 10/12/2018

    Société Européenne au capital de 151.508.201,70 euros Siège social : 22, avenue Montaigne - 75008 Paris 775 670 417 RCS PARIS   Articles L.233-8 II du Code de…

Publié le 10/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre a stoppé sa correction sur le niveau de support clé des 91.9 euros, niveau qui soutient les cours en clôture depuis avril 2017. Du côté des indicateurs…

Publié le 10/12/2018

  Luxembourg, 10th December 2018   SHARES REPURCHASE PROGRAMME Authorized by the shareholders' meeting held on 28th June 2017 Implemented upon the decision of…