En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 783.46 PTS
+0.62 %
4 781.5
+0.59 %
SBF 120 PTS
3 796.13
+0.52 %
DAX PTS
10 813.71
+0.68 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.00 %
1.140
+0.25 %

Dupont-Aignan ne sait pas si Macron tiendra jusqu'aux européennes

| AFP | 416 | Aucun vote sur cette news
Nicolas Dupont-Aignan lors de son arrivée à Martignon le 3 décembre 2018
Nicolas Dupont-Aignan lors de son arrivée à Martignon le 3 décembre 2018 ( JACQUES DEMARTHON / AFP )

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a affirmé lundi qu'il ne savait "même pas" si Emmanuel Macron resterait président jusqu'aux élections européennes, et a prévenu qu'on ne pouvait pas "jouer avec un pays inflammable".

"J'ai conscience de la gravité de la situation et je ne sais même pas si le président de la République va aller jusqu'aux européennes", a-t-il déclaré dans l'émission Audition publique sur Public Sénat et LCP, en partenariat avec l'AFP et Le Figaro, après une troisième mobilisation samedi des "gilets jaunes" marquée par de graves violences.

"Compte tenu de leur inconscience, de ce qu'ils ont fait pendant trois semaines, de cette incapacité à réagir, je m'inquiète. Et je ne souhaite qu'une seule chose pour mon pays, c'est qu'il (Emmanuel Macron) prenne conscience de ce qui se passe et qu'il agisse", a ajouté l'ancien allié de Marine Le Pen à la présidentielle.

"On ne peut pas jouer avec un pays inflammable. Les banlieues sont au bord de l'insurrection, les classes moyennes n'en peuvent plus, les casseurs sont à l’œuvre. Et notre pays, quand il est méprisé, ça peut partir mal", a prévenu le député de l'Essonne.

Il a accusé l'exécutif d'avoir favorisé les violences, dans un "mélange d'incompétence et de cynisme", invitant le chef de l’État à changer "vite" de politique "avant que les Français changent de président par la violence", évoquant un "phénomène prérévolutionnaire".

M. Dupont-Aignan a justifié le fait d'avoir écourté sa rencontre le même jour avec le Premier ministre Édouard Philippe au motif qu'il ne pouvait pas filmer celle-ci: "tout ce qui sera fait pour désamorcer une colère qui tourne à la crise de régime sera positif".

Il a détaillé une proposition de loi en faveur des "gilets jaunes" qui prévoit une annulation des taxes sur les carburants, le gaz et l'électricité, une annulation de la hausse de la CSG, ainsi que la désindexation des pensions de retraites, et la révision du statut des travailleurs détachés.

Le député propose aussi de rétablir l'ISF (impôt de solidarité sur la fortune) mais en "l'exonérant à 100% pour les capitaux réinvestis sur le sol français".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

Les marchés européens rebondissent modestement avant la Fed. Si une hausse de 25 points de base de ses taux d’intérêt est considérée comme acquise, les investisseurs attendent surtout des…

Publié le 19/12/2018

Plus forte baisse du SBF 120, Natixis perd 6,87% à 4,147 euros au lendemain d’un profit warning, dont l’impact a été amorti par la confirmation du versement d’un dividende exceptionnel de 1,5…

Publié le 19/12/2018

Alors que le constructeur français a dernièrement demandé à son partenaire la tenue d'une assemblée générale extraordinaire des actionnaires afin de discuter de la gouvernance et d'autres…

Publié le 19/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est orienté à la hausse, soutenu par une oblique haussière depuis la mi-octobre. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50…

Publié le 19/12/2018

Evolution possible du capital...