En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.141
-0.08 %

Diviseur en chef? Trump à travers ses déclarations abrasives

| AFP | 214 | 5 par 1 internautes
Le président américain Donald Trump est régulièrement accusé, depuis la campagne présidentielle de 2016, de tenir des propos attisant la haine et les divisions.
Le président américain Donald Trump est régulièrement accusé, depuis la campagne présidentielle de 2016, de tenir des propos attisant la haine et les divisions. ( Nicholas Kamm / AFP )

Alors que les appels à apaiser les tensions politiques se multiplient aux Etats-Unis après la pire attaque antisémite de l'histoire du pays, Donald Trump est régulièrement accusé de tenir des propos attisant la haine et les divisions.

Retour sur ses déclarations les plus controversées depuis la campagne présidentielle de 2016.

- Campagne contre Barack Obama -

Bien avant de se lancer dans la course à la présidence, le magnat de l'immobilier avait pris la tête d'une campagne aux relents racistes contestant la nationalité américaine de Barack Obama, en mettant en doute la validité de son certificat de naissance, et donc sa légitimité à la tête des Etats-Unis.

Il avait finalement, et tardivement pendant sa campagne en 2016, reconnu Barack Obama comme un concitoyen.

- Les "violeurs" mexicains -

Dans son discours annonçant son entrée en campagne, le 16 juin 2015, le futur président avait qualifié les migrants mexicains de "violeurs", délinquants et trafiquants de drogues.

Il avait plus tard accusé, en 2016, un juge d'être partial contre lui parce qu'il était d'origine mexicaine. Un "cas d'école de commentaire raciste", avait réagi Paul Ryan, le plus haut républicain du Congrès, qui s'est depuis rallié au président.

- "Enfermez-là!" -

La campagne électorale de Donald Trump a été marquée par ce cri de ralliement, scandé en direction de sa rivale démocrate Hillary Clinton, par ses supporteurs mais aussi les responsables de son équipe. Depuis qu'il est arrivé à la Maison Blanche, ces mots résonnent encore souvent lorsqu'il est en meeting.

Proclamant fièrement vouloir rompre avec le "politiquement correct", l'homme d'affaires a aussi l'habitude d'affubler de surnoms moqueurs ses opposants politiques: depuis "Hillary la crapule" à "Ted le menteur" pour son ex-opposant à la primaire républicaine Ted Cruz, ou encore "Pocahontas" en direction d'une rivale démocrate potentielle en 2020, Elizabeth Warren, et "petit Q.I" pour l'élue de la Chambre des représentants Maxine Waters.

Cette dernière, comme Mme Clinton, ont été visées par des colis piégés la semaine dernière.

- Complaisance à l'égard de l'extrême droite ? -

Donald Trump a été accusé de cultiver l'ambiguïté avec certains dirigeants d'extrême droite. Il avait notamment pris son temps en 2016 pour désavouer le soutien que lui avait apporté publiquement David Duke, un ancien leader du Ku Klux Klan.

Après des violences qui ont secoué la ville de Charlottesville le 12 août 2017, M. Trump est apparu réticent à condamner clairement un rassemblement antisémite puis l'acte meurtrier d'un néonazi, qui avait volontairement percuté en voiture des militants antiracistes, tuant une femme de 32 ans.

Il y avait des "gens très bien des deux côtés", avait-il déclaré.

- Décrets anti-immigration -

Donald Trump, le candidat, avait à de nombreuses reprises mis en doute la loyauté des musulmans vivant aux Etats-Unis puis appelé à "la suspension totale et complète" du droit d'entrée des musulmans étrangers dans le pays, après un attentat en 2015.

A son arrivée à la Maison Blanche, en janvier 2016, le président américain s'était lancé dans une âpre bataille judiciaire pour restreindre l'entrée aux frontières des Etats-Unis.

Après plusieurs décrets, rejetés par des juges qui leurs reprochaient de cibler de façon discriminatoire les musulmans, une version amendée a finalement été validée en juin 2018 par la Cour suprême.

- Sportifs noirs et hymne: des "fils de p..." -

Le président américain est depuis longtemps engagé dans un bras de fer avec des joueurs de football américain de la NFL, majoritairement noirs, qui posent genou à terre pendant l'hymne national pour dénoncer les violences policières et les tensions raciales aux Etats-Unis.

Il est monté d'un cran à l'automne 2017, en les traitant publiquement de "fils de pute".

- "Invasion" de demandeurs d'asile -

En pleine campagne pour les importantes élections parlementaires du 6 novembre, Washington a annoncé cette semaine l'envoi de plus de 5.000 militaires à la frontière avec le Mexique pour faire face à l'approche d'un cortège de plusieurs milliers de migrants venus d'Amérique centrale.

Ils mènent un "assaut contre notre pays", a dénoncé le président américain. "C'est une invasion".

Des mots qui rappellent ceux écrits, selon des médias américains, par le tireur de la synagogue de Pittsburgh, Robert Bowers, peu avant la tuerie: "J'ai remarqué que les gens disent maintenant +envahisseurs+ au lieu d'+illégaux+. Ca me plaît".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

L'opération SQLI s'effectue au prix de 18 euros par action...

Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de presse d'Aedifica (une société immobilière réglementée publique de droit belge, cotée sur Euronext Brussels), relatif à un rachat…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…