En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Déterminé à partir, Collomb tient tête à Macron

| AFP | 287 | Aucun vote sur cette news
Gérard Collomb quitte l'Elysée à l'issue du conseil des ministres le 12 juin 2018
Gérard Collomb quitte l'Elysée à l'issue du conseil des ministres le 12 juin 2018 ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )

La sortie de Gérard Collomb du gouvernement semblait actée mardi soir, le ministre de l'Intérieur ayant réaffirmé sa volonté de vouloir démissionner en vue des municipales à Lyon, un nouveau coup dur pour Emmanuel Macron dans la tourmente depuis la rentrée.

Le chef de l’État a déclaré mardi "regrettable que Gérard Collomb se soit mis dans la situation le conduisant à devoir démissionner", a indiqué son entourage.

Le président, qui "conserve toute son amitié" au ministre de l'Intérieur, "recevra rapidement les propositions du Premier ministre" en vue de son possible remplacement, a-t-on précisé de même source.

Après le refus de sa démission par le chef de l’État lundi, Gérard Collomb a récidivé mardi en assurant "maintenir" celle-ci, dans une interview au Figaro, pour se consacrer à sa candidature à la mairie de Lyon, imposant un bras de fer au président.

"Il faut une clarté vis-à-vis de nos concitoyens et une clarté vis-à-vis des Lyonnais, donc je maintiens ma proposition de démission", a déclaré M. Collomb dans cette interview, moins de 24H après qu'Emmanuel Macron eut refusé une première fois sa démission.

Aux côtés du ministre durant cette interview réalisée à Beauvau, le maire de Lyon Georges Képénékian, a confirmé au Figaro qu'il allait rendre les clés de la mairie à Gérard Collomb. "Nous avions un contrat moral, un engagement entre nous pour mener campagne".

"Cirque", "grand-guignol", "mauvais vaudeville": l'opposition ironisait sur la situation. Depuis la rentrée, l'exécutif a déjà été confronté aux démissions soudaines de Nicolas Hulot et Laura Flessel.

- "C'est devenu guignol" -

Les tensions n'ont cessé de s'intensifier entre Emmanuel Macron et son soutien de la première heure depuis l'affaire Benalla en juillet. Gérard Collomb "a peu apprécié d'être mis en première ligne sur une affaire qu'il juge ne pas le concerner", avait expliqué son entourage. Il reproche également au chef de l'Etat de ne "pas être monté au créneau plus tôt", selon des propos rapportés par la presse.

Emmanuel Macron et Gérard Collomb à Rome le 26 juin 2018
Emmanuel Macron et Gérard Collomb à Rome le 26 juin 2018 ( Alberto PIZZOLI / AFP/Archives )

La relation que Gérard Collomb, 71 ans, qualifiait de "filiale" avec Emmanuel Macron s'est dès lors émoussée. Début septembre le ministre a de nouveau surpris en pointant "le manque d'humilité de l'exécutif".

Mais c'est l'annonce à la mi-septembre de son départ du gouvernement programmé au printemps prochain pour être candidat à Lyon en 2020 qui a sonné le glas de sa relation avec le président. "Il a fracassé tout ce qui constituait l'imaginaire sur sa relation avec le président de la République", estimait pourtant un cadre de la Macronie.

"Le président de la République a été fâché. Mais il a serré les boulons et donc ça doit tenir", confiait récemment à l'AFP un familier du chef de l'État.

"Il va finir par ne plus me supporter. Mais si tout le monde se prosterne devant lui, il finira par s'isoler, car par nature l'Élysée isole", lâche pourtant Gérard Collomb, selon des propos tenus lors d'un déjeuner publiés dans la presse.

Depuis l'annonce de sa candidature à Lyon, le départ du ministre de l'Intérieur est demandé tant par l'opposition qu'au sein même de son ministère.

"Aujourd'hui, compte tenu des rumeurs et des pressions qu'il peut y avoir, je ne veux pas que le fait que je sois candidat quelque part demain puisse troubler la marche du ministère de l'Intérieur", dit-il dans son interview mardi.

"On est en plein délire", "tout le monde est abasourdi", ont réagi mardi deux hauts fonctionnaires à Beauvau.

Lundi soir, alors qu'il devait s'envoler pour la Guinée, M. Collomb a annulé à la dernière minute son déplacement et proposé sa démission. Mardi, il n'a pas assisté aux questions au gouvernement à l'Assemblée ni au Sénat, officiellement en visite dans des services. Son entourage déclarant que le ministre "était à sa tâche". Son cabinet n'a pas été informé du contenu de l'interview au Figaro.

"Ce n’est pas l’école du cirque. C’est devenu guignol. Ce ministère demande une attention de tous les instants. S’il veut s’en aller qu’il s’en aille", a déclaré à l'AFP Philippe Capon, secrétaire général de l'Unsa Police.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 15/12/2018

Des participants se détendent le 15 décembre 2018 à Katowice, avant la session finale de la COP24 ( Janek SKARZYNSKI / AFP )Avec un retard de près de 24 heures, la 24e conférence de l'ONU sur…

Publié le 15/12/2018

Les candidates à l'élection de Miss France lors d'un défilé dans les rues de Lille, le 2 décembre 2018 ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP/Archives )Trente candidates âgées de 18 à 24 ans…

Publié le 15/12/2018

Des Yéménites achètent des fruits dans un marché à Hodeida, ville portuaire au bord de la mer Rouge, le 14 décembre 2018 ( ABDO HYDER / AFP )Quasi inespéré, l'accord inter-yéménite…

Publié le 15/12/2018

Des "gilets jaunes" manifestent sur les Champs-Elysées, le 15 décembre 2018 à Paris ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )"Aujourd'hui, ça a l'air d'être plus calme": A Paris, après des…

Publié le 15/12/2018

Un camion surchargé de marchandises à un poste contrôle sur la route reliant Matadi à Kinshasa, le 10 novembre 2018 ( Junior D. KANNAH / AFP )Du port de Matadi à Kinshasa, un axe routier de…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...