En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Destitution: une témoin dénonce des "mensonges", en référence à la défense de Trump

| AFP | 279 | Aucun vote sur cette news
Fiona Hill, ancienne conseillère à la Maison Blanche, témoigne au Congrès à Washington jeudi 21 novembre 2019
Fiona Hill, ancienne conseillère à la Maison Blanche, témoigne au Congrès à Washington jeudi 21 novembre 2019 ( Brendan Smialowski / AFP )

Une ex-conseillère à la Maison Blanche, auditionnée jeudi au Congrès américain, a imploré les élus de ne pas propager "de mensonges" qui "servent" la Russie, en allusion à une théorie avancée par Donald Trump et ses défenseurs républicains.

"S'il vous plaît, ne propagez pas pour des raisons politiques des mensonges qui servent clairement les intérêts russes", a lancé aux parlementaires Fiona Hill, ancienne responsable du Conseil de sécurité nationale, entendue dans le cadre de l'enquête en destitution qui menace le président américain.

"Certains d'entre vous semblent croire que la Russie et ses services de sécurité pourraient ne pas avoir mené de campagne contre notre pays, et que peut-être, pour d'autres raisons, l'Ukraine l'a fait. C'est une fiction qui a été créée et propagée par les services de sécurité russes eux-mêmes", a-t-elle encore dit.

Dans des déclarations préparées à l'avance, Mme Hill a rappelé que les services de renseignement américains avaient conclu que Moscou s'était ingéré dans les élections américaines de 2016.

Selon elle, "l'impact" de cette campagne "reste évident: notre Nation est divisée. La vérité est mise en doute. Nos diplomates de carrière, des experts très professionnels, sont attaqués".

Donald Trump risque d'être mis en accusation ("impeachment") à la Chambre des représentants à cause d'un appel téléphonique du 25 juillet, dans lequel il a demandé à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky d'enquêter sur son rival, le démocrate Joe Biden, mais aussi sur un mystérieux "serveur".

Cette seconde requête est une référence à une théorie, très en vue dans les milieux conspirationnistes, selon laquelle l'Ukraine aurait piraté les e-mails du parti démocrate lors de la présidentielle américaine de 2016, et non la Russie.

La première moitié du mandat de Donald Trump a été empoisonnée par une enquête sur des soupçons de collusion entre Moscou et son équipe de campagne. Les théories sur l'Ukraine ont débuté dans ce cadre dans les cercles des défenseurs du président.

Lors des auditions de témoins au Congrès, les élus républicains ont donné du crédit à ces thèses.

Le n°2 de la commission du Renseignement, Devin Nunes, a encore souligné jeudi que la Russie s'était ingérée dans l'élection mais a ajouté: "il est tout à fait possible que deux pays s'engagent dans des ingérences électorales en même temps."

Pour lui, "le président Trump avait de bonnes raisons d'être inquiet des ingérences ukrainiennes dans sa campagne électorale".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…