En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.51 PTS
+0.67 %
5 282.0
+1.00 %
SBF 120 PTS
4 196.33
+0.66 %
DAX PTS
12 011.04
+0.49 %
Dowjones PTS
25 585.69
+0.37 %
7 300.96
-0.10 %
1.120
+0.00 %

Des pistes pour aider les Nigérianes forcées à se prostituer

| AFP | 297 | Aucun vote sur cette news
Une prostituée au Bois de Boulogne, le 6 juin 2011 à Paris
Une prostituée au Bois de Boulogne, le 6 juin 2011 à Paris ( BERTRAND LANGLOIS / AFP/Archives )

Autorisation provisoire de séjour, aide aux réfugiées, voire retour aidé au pays: plusieurs pistes existent pour aider les Nigérianes à sortir du cycle infernal de la prostitution, encore trop peu développées selon les associations.

+Sortie de la prostitution

La loi du 13 avril 2016 a créé un "parcours de sortie de la prostitution", soumis à l'aval du préfet, prévoyant la possibilité d'un logement social, un accompagnement médical, des actions d'insertion, et pour les étrangères la délivrance d'une autorisation provisoire de séjour de six mois.

Un dispositif encore peu développé: selon un rapport parlementaire, 29 parcours ont été validés fin 2017, et 64 au 31 mai 2018.

Pour obtenir le feu vert, "on nous demande des certificats d'excision par exemple", pour prouver que ces femmes ont été victimes de violences, soupire Lionel Arsiquaud, éducateur spécialisé de l'Amicale du Nid à Marseille, évoquant des dossiers contenant "des détails d'une réalité indiscutable qui pourtant ne passent pas".

Malgré tout, le dispositif "a facilité la prise en charge", assure Elisabeth Moiron-Braud de la mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la traite (MIPROF)

+Statut de réfugiées

"Beaucoup de Nigérianes demandent l'asile" car "elles viennent de l'Etat d'Edo où elles sont persécutées", ajoute Mme Moiron-Braud.

Mais l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides), constate aussi une "instrumentalisation de la procédure d'asile par les réseaux de trafiquants", sous la menace de représailles ou l'usage de violences.

L'an dernier, 1.995 Nigérianes ont demandé l'asile mais 354 seulement l'ont obtenu.

Ces demandeuses ou réfugiées peuvent toutefois solliciter un programme "d'accompagnement très spécialisé" lancé par la Direction générale des étrangers en France (DGEF) pour des femmes "victimes de violences ou de traite des êtres humains".

Le dispositif, qui vise 300 places fin 2019, permet "une sécurisation des lieux, une prise en charge psy renforcée..." et "un travail du parcours de demande d'asile et de sortie de la prostitution", explique-t-on à la DGEF, qui consacre 13 euros par jour et par personne au programme (en plus du coût de l'hébergement).

+Aide au retour

"Certaines femmes ont envie de rentrer car elles ont laissé une famille" au Nigeria, explique aussi Mme Moiron-Braud.

"On essaie de monter des programmes d’aide au retour", ajoute Didier Leshi, le directeur général de l'Ofii -- ce qui n’est "pas simple" car il faut trouver sur place des structures d’accompagnement.

Au-delà, la France veut travailler avec le Nigeria à démanteler les réseaux. Une tâche difficile: "en général on n'a pas de réponse" aux demandes de coopération, souligne Mme Moiron-Braud, car "le Nigeria est un immense pays, avec plusieurs Etats" très indépendants, et "la compétence n'est pas forcément au niveau national".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/05/2019

Liée essentiellement à la présence de Valérian et la Cité des mille planètes dans le line-up de l'exercice précédent...

Publié le 24/05/2019

Rallye annonce qu’il a été mis fin avec date d’effet au 24 mai 2019 au contrat de liquidité conclu avec Rothschild Martin Maurel. Au jour de cette résiliation, les moyens suivants figuraient…

Publié le 24/05/2019

Europacorp a dévoilé un chiffre d’affaires 2018/2019 (exercice clos le 31 mars) de 148,7 millions d'euros (hors activités cédées), soit une baisse de 33% par rapport à l’exercice 2017/2018,…

Publié le 24/05/2019

Les principales causes sont la baisse des cours du zinc et du plomb

Publié le 24/05/2019

NEOPOSTLe spécialiste de l'affranchissage du courrier publiera après Bourse son chiffre d'affaires du premier trimestre.source : AOF