En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 782.39 PTS
+0.84 %
4 769.5
+0.74 %
SBF 120 PTS
3 796.87
+0.72 %
DAX PTS
10 711.92
+0.85 %
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+0.00 %
1.138
+0.26 %

Des employés de Google ont voulu contrer le décret migratoire de Trump, selon le Wall Street Journal

| AFP | 497 | Aucun vote sur cette news
Des employés de Google ont voulu contrer le décret migratoire de Trump, selon le Wall Street Journal
Des employés de Google ont voulu contrer le décret migratoire de Trump, selon le Wall Street Journal ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Des employés de Google ont discuté de stratégies pour contrer le décret migratoire de Donald Trump empêchant l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de pays à majorité musulmane, en favorisant des contenus proposant de l'aide à ces personnes, révèle vendredi le Wall Street Journal.

Les discussions, qui n'ont jamais abouti, suggéraient par exemple de rediriger les internautes vers des groupes de défense des migrants. Elles ont débuté par e-mail deux jours après que le président américain ait signé en janvier 2017 la première version de son décret très controversé visant initialement sept pays, selon le journal.

Cette mesure a été attaquée sur de multiples fronts judiciaires avant d'être finalement validée en juin 2018, dans une version amendée, par la Cour suprême.

Les employés ont également réfléchi à la manière d'ajuster les fonctions de recherche en travaillant à contrecarrer "les résultats islamophobes, biaisés par l'algorithme, issus de la recherche des termes +Islam+, +musulman+, +Iran+, etc.", ou encore "Mexique", "hispanique" et "latino", rapporte le quotidien.

Un e-mail d'un salarié de la division marketing fait référence à un brainstorming au sein du groupe sur la façon de répondre à ce décret.

Cette nouvelle devrait conforter le président Trump dans ses critiques du moteur de recherche, qu'il accuse de bloquer les points de vue conservateurs de ses résultats.

Google a déclaré qu'aucune des idées discutées n'avait été mise en oeuvre.

"Google n'a jamais manipulé les résultats de ses recherches ou modifié aucun de ses produits pour promouvoir une idéologie politique en particulier - ni durant la période de campagne politique actuelle, ni durant les élections de 2016, ni après le décret présidentiel de M. Trump sur l'immigration", a assuré le groupe.

"Nos procédures et notre politique n'auraient pas permis la manipulation des résultats de recherche en vue de promouvoir des idéologies politiques", a-t-il ajouté.

Google faisait partie de la centaine d'entreprises high-tech ayant déposé une requête en justice en février 2017 pour dénoncer les "dommages importants au commerce américain, à l'innovation et à la croissance" causés selon eux par ce décret.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Avianca revoit ses ambitions à la baisse...

Publié le 11/12/2018

Novacyt, spécialiste du diagnostic clinique, a annoncé certaines décisions consécutives à la revue stratégique de la division opérationnelle NOVAprep...

Publié le 11/12/2018

A la suite de la déclaration du Président de la République, Arthur Sadoun, président du directoire de Publicis a décidé l'attribution d'une prime de 1 000 euros à tous les collaborateurs du…

Publié le 11/12/2018

Cellectis a nommé William (Bill) Monteith en qualité de Vice-président senior U.S. manufacturing. Cette nomination s’inscrit dans le projet de Cellectis d’établir des capacités de production…

Publié le 11/12/2018

Getlink (ex-Eurotunnel) vient de faire état de son trafic Navettes pour le mois de novembre 2018. Le concessionnaire du tunnel sous la Manche explique que plus de 151 000 camions ont été…