En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 049.38 PTS
+2.49 %
5 030.50
+2.55 %
SBF 120 PTS
3 973.24
+2.42 %
DAX PTS
12 608.46
+2.84 %
Dow Jones PTS
25 991.74
+1. %
10 391.95
+1.1 %
1.123
-0.17 %

Des dirigeants de LFI, dont Mélenchon, visés par une enquête pour "abus de confiance"

| AFP | 309 | 4.33 par 6 internautes
Jean-Luc Mélenchon donne une conférence de presse le 6 juin 2020 à Marseille
Jean-Luc Mélenchon donne une conférence de presse le 6 juin 2020 à Marseille ( Christophe SIMON / AFP/Archives )

Le parquet de Paris a ouvert le 14 mai une enquête pour "abus de confiance" et "recel" visant plusieurs dirigeants de La France insoumise dont Jean-Luc Mélenchon, qui a dénoncé une "nouvelle instrumentalisation de la justice".

L'enquête, confiée à la Brigade financière, a été révélée par Le Canard enchaîné mardi et confirmée à l'AFP par le parquet de Paris.

Selon des sources concordantes, elle vise à vérifier les conditions dans lesquelles les dirigeants de LFI se sont acquittés des dommages et intérêts auxquels ils ont été condamnés en décembre dans l'affaire de la perquisition houleuse au siège de LFI l'année précédente.

Selon le Canard enchaîné, c'est spécifiquement le paiement de "26.500 euros de préjudice moral aux forces de l'ordre" par cinq responsables de LFI, qui fait l'objet de vérifications car ces versements "ont été réglés avec le chéquier de La France insoumise".

La question est donc de savoir si ces dommages et intérêts ont bien été payés par la France insoumise mais aussi de savoir si de l'argent public a été utilisé dans ce règlement, résume l'une des sources contactée par l'AFP.

"Si la partie pénale, les amendes, doivent être réglées personnellement par les justiciables, ce qui a été fait par chacune des personnes concernées, les dommages et intérêts relèvent eux du civil", soutient Jean-Luc Mélenchon dans un communiqué mardi.

"Ils peuvent donc à ce titre être réglés par un tiers. La France insoumise a fait le choix de régler ces dommages et intérêts liés à une perquisition dans ses locaux", assume l'ancien candidat à la présidentielle.

"Nous dénonçons cette nouvelle instrumentalisation de la justice qui semble être motivée pour alimenter des articles visant à nous intimider et à véhiculer des rumeurs infamantes", ajoute-t-il.

Le 16 octobre 2018, policiers et magistrats avaient mené une perquisition au siège de LFI dans le cadre de deux enquêtes préliminaires du parquet de Paris.

Plusieurs membres de la France insoumise s'étaient interposés et M. Mélenchon avait bousculé un représentant du parquet et un policier.

Pour ces faits, le chef des Insoumis avait été condamné le 9 décembre à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Bobigny pour rébellion et provocation. Il n'a pas fait appel.

Lui et quatre de ses proches, dont le député Bastien Lachaud et l'eurodéputé Manuel Bompard, avaient également été condamnés à des amendes allant de 2.000 à 8.000 euros.

gd-edy-grd-bap/jt/cbn

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
6 avis
Note moyenne : 4.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 juillet 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 02/07/2020

Les actionnaires ont notamment voté les résolutions autorisant le Conseil d'administration à octroyer des options de souscription et/ou d'achat d'actions Ubisoft au profit des salariés...

Publié le 02/07/2020

La contrepartie reçue pour la transaction s'est élevée à environ 400 millions US$

Publié le 02/07/2020

Comment gagner en qualité de vie au travail ?

Publié le 02/07/2020

Toutes les résolutions proposées à l'Assemblée générale d'Ubisoft ont été adoptées. Les actionnaires ont notamment voté les résolutions autorisant le Conseil d’administration à octroyer…

Publié le 02/07/2020

Bio-UV Group annonce qu'il vient d'intégrer, depuis le1er juillet 2020, l'indice EnterNext(R) Tech 40...