5 410.48 PTS
-0.31 %
5 406.0
-0.40 %
SBF 120 PTS
4 308.58
-0.37 %
DAX PTS
13 152.61
-0.23 %
Dowjones PTS
24 563.01
+0.24 %
6 414.53
+0.48 %
Nikkei PTS
22 758.07
-0.47 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Démission de Villiers: la première crise du quinquennat, estiment les éditorialistes

| AFP | 396 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Macron et le général Pierre de Villiers, alors chef d'état-major, au défilé militare du 14 juillet 2017 à Paris
Emmanuel Macron et le général Pierre de Villiers, alors chef d'état-major, au défilé militare du 14 juillet 2017 à Paris ( Etienne LAURENT / POOL/AFP/Archives )

La démission mercredi du général de Villiers en désaccord budgétaire avec Emmanuel Macron est la première crise du quinquennat, estime jeudi la presse inquiète des suites que pourrait avoir cette affaire.

Pour Le Monde, c'est une "crise historique et inédite". "Une "crise inédite", titre également Le Figaro. "L’une des premières grosses crises du quinquennat", écrit les Echos. "Une crise politico-militaire", titre en pages intérieures Le Parisien.

"Les premières crises sont souvent celles qui marquent le mandat et les esprits", rappelle Johan Hufnagel, dans Libération. Et l'éditorialiste de se demander "si ce +silence dans les rangs+ disproportionné" ne serait pas "le signe d’un président incapable d’accepter la moindre critique".

Pour Arnaud de La Grange, du Figaro : "le président a commis une double faute sur le fond et sur la forme". Et pour lui, le Président a "choqué l'opinion. Les Français savent à qui ils doivent leur liberté et la protection de leurs enfants".

"Les choses sont claires : on n’est pas en face d’un conflit d’ego, mais bien en face d’une crise profonde. La première vraie crise du mandat en cours. La méthode aura des suites politiques", assure Michel Urvoy, dans Ouest-France.

"La crise des armées est majeure et loin d’être terminée! Pis elle affaiblit le début de ce quinquennat", affirme pour sa part Hervé Chabaud, du Journal de la Haute-Marne. "Une crise institutionnelle majeure", renchérit Dominique Garraud, de la Charente Libre pour qui le Chef de l'Etat "aurait pu en faire l’économie".

- 'Le malaise est grand' -

"Le malaise est grand et ne se dissipera pas si facilement. Parce que cette démission est un événement historique et qu’elle touche à un corps d’État redevenu très populaire depuis les attentats", explique Pascal Coquis, des Dernières Nouvelles d'Alsace.

"Sa méthode de résolution des conflits, sans retenue, en imposant le rapport de force, se fait jour" et inquiète Olivier Pirot, de La Nouvelle République du Centre-Ouest. "Ce n’est pas de nature à apporter de la sérénité à nos troupes", déplore Bruno Dive, dans Sud-Ouest.

Le général Pierre de Villiers le 17 janvier 2014 dans son bureau à Paris
Le général Pierre de Villiers le 17 janvier 2014 dans son bureau à Paris ( Joël SAGET / AFP/Archives )

Emmanuel Macron "a politiquement tort lorsqu’il brise le lien de confiance entre lui et +ses+ soldats en humiliant leur chef", estime Hervé Favre, de La Voix du Nord.

Pour Hubert Coudurier, du Télégramme : "C’est le premier gros bug du quinquennat parce qu’il met en scène un chef de l’État face au chef d’une institution, aujourd’hui, très populaire". "Une erreur de débutant", juge-t-il.

"C’est bien d’avoir un statut aux yeux des dirigeants de la planète, mais c’est mieux un matériel en état. Et ce n'est pas le cas", s'emporte Yann Marec, du Midi Libre.

"Le président Macron a commis un important faux pas. L’armée française est bien au bord de la rupture", insiste Laurent Bodin, dans l'Alsace, avant de mettre en garde le chef de l'Etat : "en cas de nouvelle attaque, le président Macron aura du mal à justifier sa décision de ne pas avoir épargné le budget des armées."

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2017

Modèle toujours valable

Publié le 13/12/2017

Le lanceur Ariane 5 vient de réussir son 82ème lancement consécutif, mettant en orbite quatre nouveaux satellites européens de navigation Galileo...

Publié le 13/12/2017

Le bâtiment rend visible l'acier. Le démarrage des travaux devrait avoir lieu au cours de l'été 2019...

Publié le 13/12/2017

La prise de participation du Groupe Renault se fera en partie via une augmentation de capital...

Publié le 13/12/2017

Orange a été désigné "opérateur du service universel des communications électroniques" pour une période de trois ans, a annoncé le ministère de l'Economie et des finances. Le service…

CONTENUS SPONSORISÉS