En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 351.49 PTS
-
4 311.50
-
SBF 120 PTS
3 414.93
-
DAX PTS
9 632.52
-3.68 %
Dow Jones PTS
21 636.78
-4.06 %
7 588.37
-3.91 %

Décès de Michel Charasse, socialiste atypique et pilier du mitterrandisme

| AFP | 672 | Aucun vote sur cette news
Michel Charasse, l'homme à l'éternel cigare, en 1997 dans les couloirs du Sénat
Michel Charasse, l'homme à l'éternel cigare, en 1997 dans les couloirs du Sénat ( JOEL ROBINE / AFP/Archives )

Havane au bec, truculent et provocateur, l'ancien ministre Michel Charasse, décédé à 78 ans, était un socialiste atypique avec de solides amitiés à droite, et le gardien sans faille de la mémoire mitterrandienne.

C'est la mairie de Puy-Guillaume (Puy-de-Dôme), qu'il a dirigée de 1977 à 2010, qui a annoncé son décès des suites d'une longue maladie, dans la nuit de jeudi à vendredi à l'hôpital de Clermont-Ferrand. La classe politique a aussitôt rendu hommage à cet "esprit brillant", "un homme entier et fidèle".

"La République pleure ce jour un de ses serviteurs les plus passionnés", a réagi Emmanuel Macron, qui le consultait de temps à autre et lui avait rendu visite en octobre 2019 à l'hôpital où il était soigné.

"L'esprit de ses combats, la force de son engagement ne nous quitteront pas", a encore écrit sur Twitter le chef de l’État qui, en janvier, avait remis les insignes d'officier de la Légion d'honneur à l'ancien ministre du Budget (1988-1992).

Le chef de l'État assistera aux obsèques du défunt, mercredi à Puy-Guillaume, selon des sources concordantes.

Le nom de Michel Charasse, longtemps sénateur et qui a siégé de 2010 à 2019 au Conseil constitutionnel, reste attaché à la présidence de François Mitterrand, dont il a été le conseiller et l'un des fidèles bien après la disparition de l'ex-chef de l’État.

Vieux routier du socialisme, cet amateur de cigares avait adhéré à la SFIO en 1962 et avait été exclu du PS en 2008, quelques mois après avoir reçu, entre les deux tours de la présidentielle de 2007, le candidat de la droite Nicolas Sarkozy dans sa mairie de Puy-Guillaume.

Michel Charasse, membre du Conseil Constitutionnel, en 2018 à Paris
Michel Charasse, membre du Conseil Constitutionnel, en 2018 à Paris ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Né le 8 juillet 1941 à Chamalières (Puy-de-Dôme), licencié en droit et diplômé de Sciences Po, il obtient son premier mandat électif en 1977 comme maire de Puy-Guillaume.

Il siège ensuite au Sénat, de 1981 à son entrée dans le gouvernement Rocard comme ministre du Budget. Bretelles et lunettes rondes, il doit alors une partie de sa popularité à son soutien, en 1988, à l'"amendement Coluche" qui permettait d'assurer un meilleur financement des "Restos du cœur".

En 1992, il retrouve le Palais du Luxembourg et cumule les mandats de sénateur, maire et conseiller général du Puy-de-Dôme.

Une "fidélité éternelle" à Mitterrand

Auvergnat tout en rondeur, il a longtemps été le conseiller ès-Constitution de François Mitterrand à l’Élysée et s'enorgueillissait de n'avoir "pendant quatorze ans, fait faire aucune erreur constitutionnelle au président".

Michel Charasse, fidèle de François Mitterrand, avec sa fille Mazarine, en 2004 au cimetière de Jarnac (Charentes maritimes)
Michel Charasse, fidèle de François Mitterrand, avec sa fille Mazarine, en 2004 au cimetière de Jarnac (Charentes maritimes) ( Patrick BERNARD / AFP/Archives )

Parfois controversé, soupçonné dans de proximité avec la droite dans son camp, notamment avec Brice Hortefeux, Auvergnat comme lui, sa popularité à gauche avait pris un sérieux coup après sa rencontre de 2007 avec Nicolas Sarkozy. "J'ai beaucoup d'amitié pour Michel Charasse depuis longtemps", affirmait alors le futur président.

Mais l'ex-ministre réservait sa "fidélité éternelle" à François Mitterrand, qui appréciait son humour et son franc-parler.

Éminence grise et confident du président défunt, il l'a sans relâche défendu contre toute attaque posthume. Michel Rocard, qui avait osé en 1998 mettre en doute l'honnêteté de l'ancien président, s'était vu qualifier de "petit gris, fripé, triste et raté !"

Vice-président de l'institut François Mitterrand, il confiait penser très souvent à l'ancien chef de l’État : "Je rêve qu'il me parle".

Le Premier ministre Édouard Philippe a salué vendredi un "esprit brillant, juriste inventif" et son "sens de la formule rare".

Michel Charasse avec le président François Hollande en 2015 à la mairie de Puy-Guillaume (Puy-de-Dome)
Michel Charasse avec le président François Hollande en 2015 à la mairie de Puy-Guillaume (Puy-de-Dome) ( PATRICK KOVARIK / POOL/AFP/Archives )

Nous perdons "une personnalité et un ami d'une énergie et d'une science de l'amitié sans pareille", a réagi le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius.

Réaction beaucoup plus retenue du Premier secrétaire du PS, Olivier Faure : "Michel Charasse a marqué de sa personnalité la présidence de François Mitterrand dont il fut un témoin, un acteur et la mémoire jusque dans ses dernières heures".

cca-dch/ppy/cbn

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/03/2020

"Nous nous préparons à devoir faire face à un climat économique entièrement nouveau du fait de la crise du COVID-19"...

Publié le 27/03/2020

Le secteur du tourisme à Paris a été affecté par un ralentissement sur le 1er trimestre 2019 dû au mouvement des gilets jaune et par un second ralentissement en décembre 2019 relatif aux…

Publié le 27/03/2020

Thierry Lescasse reprend les fonctions de Benoît Jacheet, dont la mission prend fin avec l'aboutissement du plan de restructuration financière...

Publié le 27/03/2020

Le Groupe CAFOM, acteur majeur de l'équipement de la maison en Europe et en Outre-Mer, fait un point sur l'impact à ce jour de l'épidémie de Covid-19...

Publié le 27/03/2020

ALD dit surveiller étroitement l'évolution du Covid-19 (Coronavirus) et a mis en place les mesures nécessaires pour maintenir la continuité de ses...