5 541.18 PTS
-0.01 %
5 536.5
-0.06 %
SBF 120 PTS
4 430.59
-0.04 %
DAX PTS
13 557.57
+0.70 %
Dowjones PTS
26 214.60
+0.00 %
6 906.28
+0.00 %
Nikkei PTS
24 124.15
+1.29 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

De Robien sera rejugé pour un accident mortel sur un chantier en 2002

| AFP | 366 | 4 par 1 internautes
L'ancien maire d'Amiens Gilles de Robien, alors en campagne pour sa réélection, le 13 février 2008 sur le marché d'Etouvie à Amiens
L'ancien maire d'Amiens Gilles de Robien, alors en campagne pour sa réélection, le 13 février 2008 sur le marché d'Etouvie à Amiens ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

L'ancien maire d'Amiens, Gilles de Robien, sera rejugé après la mort d'un jeune sur un chantier d'insertion en 2002 dans la capitale picarde, selon une décision de la Cour de cassation consultée mercredi par l'AFP.

Ce nouveau procès, dont la date n'est pas encore connue, ne portera que sur le volet civil du dossier, la relaxe de M. de Robien étant définitive, car seules les parties civiles ont formé un pourvoi en cassation, ont précisé les avocats des deux parties.

La cour d'appel de Douai, désignée par la Cour de cassation pour statuer à nouveau sur le dossier, devra donc déterminer si une faute peut être reprochée à M. de Robien.

Hector Loubota, 19 ans, employé en contrat emploi solidarité, a été tué le 22 février 2002 sur le chantier de la citadelle, lorsque, sous l'effet du vent et de la pluie, un pan de mur s'est effondré sur lui.

En première instance, en mars 2015, le tribunal correctionnel d'Amiens avait condamné Gilles de Robien à 10.000 euros d'amende, dont la moitié avec sursis.

En appel, le 25 janvier 2016, l'ancien maire d'Amiens, de 1989 à 2002 et de 2007 à 2008, avait été relaxé. La famille de la victime avait formé un pourvoi en cassation.

Dans sa décision, la haute juridiction a estimé que la cour d'appel d'Amiens n'avait pas répondu à toutes les questions qui lui étaient posées.

La cour d'appel n'a pas recherché si l'avis de l'architecte des monuments historiques porté à la connaissance de M. de Robien "n'appelait pas de la part de ce dernier la décision de faire réaliser une étude relative à la sécurité du chantier et d'en assurer le suivi préalablement à l'engagement des travaux", souligne la Cour de cassation.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2018

A l'image du Crédit Suisse, Liberum est très positif sur STMicroelectronics avant la publication, le 25 janvier, des résultats du quatrième trimestre...

Publié le 23/01/2018

PSA marque une nouvelle étape dans son entrée progressive sur le marché nord-américain. Le constructeur automobile a choisi Atlanta (Géorgie) pour établir son siège outre-Atlantique. Le siège…

Publié le 23/01/2018

Les marchés américains se dirigent vers une ouverture indécise, au lendemain d’une séance marquée par les nouveaux records inscrits par le Dow Jones et le S&P 500, mais également par la…

Publié le 23/01/2018

Le constructeur va installer son siège américain dans la capitale géorgienne...

Publié le 23/01/2018

Safran Nacelles a signé avec Egyptair un contrat de services portant sur la maintenance des inverseurs de poussée de la flotte d'Airbus A330,...

CONTENUS SPONSORISÉS