En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
-
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

De l'UMP à LR, quinze ans d'histoire mouvementée

| AFP | 568 | Aucun vote sur cette news
Les deux anciens présidents Jacques Chirac (D) et Nicolas Sarkozy lors de leur cérémonie de passation de pouvoir à l'Elysée, le 16 mai 2007
Les deux anciens présidents Jacques Chirac (D) et Nicolas Sarkozy lors de leur cérémonie de passation de pouvoir à l'Elysée, le 16 mai 2007 ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Le parti Les Républicains, qui doit élire dimanche son président (avec éventuel second tour le 17 décembre), est l'héritier direct de l'UMP, créée en 2002 par les chiraquiens avant de devenir la machine de guerre de Nicolas Sarkozy dans sa conquête de l'Elysée.

- 2002-2007: de Chirac à Sarkozy -

Le 23 avril 2002, après le "coup de tonnerre" du premier tour de la présidentielle qui aboutit au duel Jean-Marie Le Pen/Jacques Chirac, les chiraquiens lancent "un grand parti de droite et de centre-droit", l'UMP (l'Union pour une majorité présidentielle).

L'ex-président Jacques Chirac (D) prend un bain de foule en compagnie du député-maire de Troyes François Baroin (C), le 14 octobre 2002 à Troyes
L'ex-président Jacques Chirac (D) prend un bain de foule en compagnie du député-maire de Troyes François Baroin (C), le 14 octobre 2002 à Troyes ( PATRICK KOVARIK / AFP/Archives )

Après la victoire de M. Chirac, l'UMP devient l'Union pour un mouvement populaire au congrès fondateur du Bourget le 17 novembre. Alain Juppé est élu président. Condamné deux ans plus tard dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, il démissionne en juillet 2004.

En novembre, Nicolas Sarkozy s'empare du parti et le dirige jusqu'à son entrée à l'Elysée en mai 2007. L'UMP revendique alors 370.000 adhérents. Ils ne sont plus que 230.000 quand Jean-François Copé en devient secrétaire général en 2010.

- 2012: défaites et déchirements -

Le 6 mai 2012, Nicolas Sarkozy est battu par François Hollande à la présidentielle et l'UMP se retrouve pour la première fois dans l'opposition.

Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy quittent l'Élysée sous les yeux de François Hollande et Valérie Trierweiler, le 15 mai 2012
Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy quittent l'Élysée sous les yeux de François Hollande et Valérie Trierweiler, le 15 mai 2012 ( PHILIPPE WOJAZER / POOL/AFP/Archives )

Le 18 novembre, 300.000 adhérents votent pour départager François Fillon et Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP. Ils revendiquent tous deux la victoire sur fond d'irrégularités. M. Copé est proclamé deux fois vainqueur mais M. Fillon conteste. Au terme d'une bataille homérique de plus d'un mois, les deux hommes s'accordent pour un nouveau vote en 2013, Copé restant président dans l'intervalle.

En 2013, les adhérents se prononcent pour le maintien de Copé jusqu'en 2015 et l'organisation d'une primaire en 2016 en vue de la présidentielle de 2017.

François Fillon (G) et Jean-François Copé lors d'une visite du musée de la Grande Guerre à Meaux, près de Paris, le 27 février 2017
François Fillon (G) et Jean-François Copé lors d'une visite du musée de la Grande Guerre à Meaux, près de Paris, le 27 février 2017 ( CHARLES PLATIAU / POOL/AFP/Archives )

Le Conseil constitutionnel rejette les comptes de campagne de M. Sarkozy et une gigantesque collecte pour renflouer les caisses de l'UMP permet d'engranger 11 millions d'euros.

- 2015: naissance de LR -

Des journalistes attendent devant Le siège de l'UMP à Paris après une perquisition menée par la police, le 29 octobre 2014
Des journalistes attendent devant Le siège de l'UMP à Paris après une perquisition menée par la police, le 29 octobre 2014 ( THOMAS SAMSON / AFP/Archives )

En février 2014, c'est l'affaire Bygmalion qui démarre, une suspicion de surfacturations au détriment de l'UMP et au profit de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

En mars, la victoire aux municipales permet encore à M. Copé de souligner que "le premier parti de France, c'est l'UMP".

Nicolas Sarkozy devenu président des Républicains, lors d'une meeting à Asnières-sur-Seine, le 3 juin 2015
Nicolas Sarkozy devenu président des Républicains, lors d'une meeting à Asnières-sur-Seine, le 3 juin 2015 ( LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives )

En mai, Jérôme Lavrilleux, directeur de cabinet de M. Copé et ex-directeur adjoint de la campagne de M. Sarkozy, reconnaît que des prestations de Bygmalion ont été indûment facturées à l'UMP, mais sans que M. Copé en soit informé. Ebranlé par l'affaire et sonné par les européennes où le FN a devancé l'UMP, M. Copé est contraint à la démission en juin. L'UMP a alors une dette de 74,5 millions.

Fin novembre 2014, M. Sarkozy est réélu président du parti et fait renaître, le 29 mai 2015, l'UMP, qui compte 212.000 adhérents à jour de cotisation, sous le nom "Les Républicains".

- 2016-2017: Fillon s'écrase en vol -

Malgré une mise en examen en février 2016, M; Sarkozy annonce sa candidature à la primaire de la droite pour la présidentielle et Laurent Wauquiez assure la présidence intérimaire.

François Fillon s'apprêtant à prononcer un discours depuis le siège de LR à Paris, après le premier tour de l'élection présidentielle, le 23 avril 2017
François Fillon s'apprêtant à prononcer un discours depuis le siège de LR à Paris, après le premier tour de l'élection présidentielle, le 23 avril 2017 ( CHRISTIAN HARTMANN / POOL/AFP/Archives )

Fin novembre, à la surprise générale, François Fillon remporte haut la main (66,5%) la primaire face à Alain Juppé.

Mais, en avril 2017, il est mis en examen pour des soupçons d'emplois fictifs de son épouse Penelope et termine troisième (20,01%) au premier tour de la présidentielle, derrière Emmanuel Macron, premier, et Marine Le Pen, autre finaliste, un séisme pour la droite.

- Tentative de refondation -

LR obtient 22,23% des voix et 112 sièges au législatives de juin 2017. Certains députés LR choisissent le groupe parlementaire dissident formé par les "Constructifs" proches de M. Macron et l'UDI.

Édouard Philippe, alors maire du Havre, et Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, se serrent la main lors d'une cérémonie sur les chantiers STX de Saint-Nazaire, le 1er février 2016
Édouard Philippe, alors maire du Havre, et Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, se serrent la main lors d'une cérémonie sur les chantiers STX de Saint-Nazaire, le 1er février 2016 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Le 26 octobre, trois candidats, Laurent Wauquiez, Maël de Calan et Florence Portelli, sont retenus pour concourir à la présidence de LR le 10 décembre (et 17 décembre en cas de second tour).

Le parti revendique alors 234.908 adhérents, dont la moitié seulement serait toutefois à jour de cotisation.

Le 31, le parti exclut les quatre ministres et responsables "constructifs" Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu, Franck Riester et Thierry Solère, et "acte le départ" d'Édouard Philippe vers le parti d'Emmanuel Macron.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…