5 372.38 PTS
+0.08 %
5 371.00
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 288.39
+0.13 %
DAX PTS
12 991.28
+0.01 %
Dowjones PTS
23 328.63
+0.71 %
6 108.82
+0.27 %
Nikkei PTS
21 457.64
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Dans les cortèges, les fonctionnaires témoignent de leur "ras-le-bol"

| AFP | 351 | Aucun vote sur cette news
Manifestation de fonctionnaires contre les
Manifestation de fonctionnaires contre les "attaques" du gouvernement à leur égard à Paris, le 10 octobre 2017 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

Dans tous les métiers, des fonctionnaires en grève, rencontrés mardi par des journalistes de l'AFP dans les cortèges, disent leur "ras-le-bol". Ils réclament d'être mieux payés et témoignent, dans les hôpitaux notamment, d'un "quotidien extrêmement difficile".

Des instits, "pas des planqués"

"Il y a des fonctionnaires qui sont au front tous les jours, les agents des hôpitaux, les policiers, les pompiers. On n'a pas non plus l'impression d'être des planqués", estime François Schill, 51 ans, directeur d'une école maternelle de Strasbourg.

Le même directeur déplore la faiblesse des rémunérations: "Un instit commence aujourd'hui à 1.500 euros. En 42 ans de carrière, il peut espérer gagner seulement 1.000 euros de plus. Quel salarié pourrait supporter un truc pareil?".

Manifestation de fonctionnaires contre les
Manifestation de fonctionnaires contre les "attaques" du gouvernement à leur égard à Paris, le 10 octobre 2017 ( Eric FEFERBERG / AFP )

A Lyon, Rindala Younes, enseignante de français de 44 ans, trouve "déguelasse" la réinstauration d'un jour de carence en cas d'arrêt maladie. "On fait croire qu'il y a une différence entre public et privé mais les conventions collectives dans le privé font que 75% des salariés n'ont pas de jour de carence".

Stéphane, 35 ans, professeur de philosophie croisé à Dijon, dénonce un gouvernement "qui avance ses pions libéraux dans tous les domaines".

Soignants "fatigués"

"Les agents sont fatigués de ne plus être auprès des patients. On ne discute plus, il faut que le travail soit forcément rentable et qu'on rapporte de l'argent", fustige Sandrine Knockaert, ex-agent des hôpitaux et représentante de SUD santé, à Strasbourg.

"Notre quotidien est extrêmement difficile à cause des baisses d'effectifs dans tous les services", explique Christine, infirmière de 57 ans à Lyon, qui en fin de carrière touche "2.600 euros toutes primes confondues en travaillant un dimanche sur deux".

Julie, infirmière à l'hôpital Saint-Louis à Paris, est désabusée: "avant on était mal payées mais on avait, au moins, le sentiment de bien faire notre travail; aujourd'hui c'est plus le cas". "Nos conditions de travail se dégradent de jour en jour. Je me demande parfois ce que je fais là, ce sont les patients qui me font tenir".

Manifestation de fonctionnaires contre les
Manifestation de fonctionnaires contre les "attaques" du gouvernement à leur égard à Paris, le 10 octobre 2017 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

"Le problème c'est que la population oublie que les fonctionnaires sont ceux qui les protègent", estime Christian Senesi (CFDT) cadre hospitalier au CHU l'Archet à Nice, qui veut rappeler à Emmanuel Macron qu'il a "été élu pas pour lui mais contre Marine Le Pen".

Les policiers "roulent dans des poubelles"

A Nice, Karine Jouglas, policière et représentante CFE-CGC manifeste son "désaccord" et sa "colère". "Les fonctionnaires de police roulent dans des poubelles, des voitures réformées, ils sont obligés de patrouiller à pied. Il y a un manque de moyens et d'effectifs. On veut un peu plus de considération et de respect", ajoute-t-elle.

Le "ras-le-bol" d'agents territoriaux

Manifestation de fonctionnaires contre les
Manifestation de fonctionnaires contre les "attaques" du gouvernement à leur égard à Paris, le 10 octobre 2017 ( ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP )

Employée dans une mairie, Corinne, 54 ans, n'avait pas manifesté depuis "les années 80". Venue exprimer son "ras-le-bol général", elle en a "assez qu'on dise tout le temps que nous fonctionnaires, on a la sécurité de l'emploi, qu'on est bien payés, que tout est rose". Gagner "1.600 euros nets au bout de 15 ans, après un bac +5, ça fout un peu les boules".

Pour Marion Gilbert, agent de 38 ans à Rennes métropole, les fonctionnaires sont rassemblés pour dénoncer les "120.000 suppressions de postes (promises par Emmanuel Macron en cinq ans, NDLR) alors que les services sont déjà exsangues". "Le gel du point d'indice et le fonctionnaire bashing restent aussi en travers de la gorge des collègues".

A Lyon, Isabelle Rochat, travailleuse sociale de 57 ans, dit également son sentiment de "ras-le-bol et d'épuisement". "Il y a beaucoup d'arrêts maladie et on ne se pose pas la question de pourquoi", relève-t-elle en pointant un "manque de moyens dramatique".

Une fonctionnaire à la région Ile-de-France, qui n'a souhaité taire son nom, dénonce une "maltraitance des fonctionnaires", "méprisés" et que l'on "fait travailler plus et mal".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/10/2017

Communiqué de Presse    Montrouge, France, le 20 Octobre; 10:35 pm CET DBV Technologies annonce les résultats de l'étude clinique de phase III chez les…

Publié le 20/10/2017

Le gestionnaire d'actifs Amundi, filiale du Crédit Agricole, prévoit de supprimer 134 postes en France, selon des sources citées vendredi par le site de 'L'Agefi'.

Publié le 20/10/2017

Le titre General Electric a connu une journée de montagnes russes vendredi à Wall Street, avec un écart de 7% en cours de séance.

Publié le 20/10/2017

La politique de dividende reste fondée sur l'évolution du Cash-flow net courant par action.

Publié le 20/10/2017

Retour d'Assemblée générale...

CONTENUS SPONSORISÉS