5 275.39 PTS
-0.51 %
5 281.0
-0.36 %
SBF 120 PTS
4 230.84
-0.48 %
DAX PTS
12 373.72
-0.78 %
Dowjones PTS
24 797.78
-0.67 %
6 759.26
+0.00 %
Nikkei PTS
21 736.44
-1.07 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Danièle Obono, une députée LFI dans la tourmente

| AFP | 275 | Aucun vote sur cette news
La députée La France insoumise, Danièle Obono, s'exprime le 25 octobre 2017 à l'Assemblée nationale à Paris
La députée La France insoumise, Danièle Obono, s'exprime le 25 octobre 2017 à l'Assemblée nationale à Paris ( Thomas Samson / AFP/Archives )

Déjà au coeur de plusieurs polémiques, la députée LFI Danièle Obono se trouve une fois encore sous le feu des critiques après des propos ambigus au sujet de la porte-parole du Parti des indigènes de la République (PIR), Houria Bouteldja,qui font tiquer jusque dans son camp.

Interviewée dimanche sur Radio J, la députée de Paris a dit "respect(er) la militante antiraciste" Houria Bouteldja, même si elle "n'est pas d'accord" avec tout ce que dit cette "camarade".

Interrogée sur le fait de savoir si les propos de Mme Bouteldja - qui affirmait en mars 2015 que "les juifs sont les boucliers, les tirailleurs de la politique impérialiste française et de sa politique islamophobe" - étaient des propos "racistes" ou "antiracistes", la députée de Paris a répondu: "je ne sais pas".

En juillet déjà, Mme Obono avait expliqué à la revue Ballast qu'elle "connais(sait) Houria Bouteldja" et que toutes deux se "respect(aient) malgré (leurs) divergences". "Ca peut poser problème, autour de moi, mais je ne vais pas me renier", ajoutait-elle.

Ses déclarations à Radio J ont suscité une avalanche de critiques.

Désigné nouveau président de la Licra (Ligue internationale de lutte contre le racisme et l'antisémitisme) lundi, l'avocat Mario Stasi a entamé son mandat en écrivant au chef de file de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon pour lui demander de "clarifier publiquement sa position et celle de son parti" à l'égard du PIR.

Le député LREM Gabriel Attal a aussi demandé à M. Mélenchon de "clarifier" sa position tandis que le premier vice-président du PRG (radicaux de gauche), Guillaume Lacroix, a jugé la position de Mme Obono "inacceptable et dangereuse".

"Pas de +camaraderie+ possible avec racialiste et antisémite", a tweeté le sénateur PS David Assouline.

- 'Position individuelle' -

Au sein de la France insoumise, les déclarations de Mme Obono ont aussi été accueillies fraîchement.

"Je ne soutiens pas Houri (Bouteldja) porte-parole du PIR, parti racialiste, antisémite et communautariste opposé aux valeurs de la République", a tweeté dimanche Djordje Kuzmanovic, porte-parole défense et international de M. Mélenchon.

M. Mélenchon lui-même a partagé sur sa page Facebook un message d'un responsable du Parti de gauche affirmant que la France insoumise n'a "rien à voir avec le PIR".

Interrogé à la mi-journée, le député LFI Alexis Corbière a fait montre d'une certain irritation, même s'il a pris la défense de sa collègue. "C'est une militante laïque qui a été élue sur le programme de la France insoumise (...) On a des histoires différentes, je ne partage pas tout ce que peut dire Danièle", a-t-il grincé.

Le directeur des campagnes de la FI, Manuel Bompard, a évoqué lors d'une conférence de presse une "position individuelle".

Ce n'est pas la première fois que Mme Obono est la cible des critiques: elle s'était notamment attirée les foudres de Manuel Valls, pour avoir estimé qu'un chauffeur de bus refusant de conduire un bus après une femme pouvait le faire par "sexisme" et pas nécessairement parce qu'il était "radicalisé".

L'ancien Premier ministre a aussi fustigé les "opinions violemment antirépublicaines" de Mme Obono, en exhumant un texte de janvier 2015, où cette dernière affirmait qu'elle n'avait "pas pleuré Charlie", tout en regrettant les attaques de l'Etat contre Dieudonné.

Mme Obono s'est depuis justifiée de cette prise de position, en expliquant avoir voulu dénoncer "la faute politique d'une censure étatique", là où il appartient selon elle à la justice d'agir.

Lundi, elle a semblé faire marche arrière sur ses propos concernant Mme Bouteldja. "Mon seul programme est celui de La France Insoumise, l’Avenir en commun (...) Je ne suis pas et n’ai jamais été membre du PIR. Je suis en profond désaccord avec leurs thèses", a-t-elle assuré sur Facebook.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2018

Les marchés européens évoluent dans le rouge à la mi-séance, alors que doit être publié sous peu le compte-rendu du dernier comité de politique monétaire de la BCE. Les investisseurs…

Publié le 22/02/2018

Plus forte hausse du CAC40, TechnipFMC gagne 5% à 25 euros

Publié le 22/02/2018

TechnipFMC bondit de 5,7% à 25,14 euros, soutenu par des résultats 2017 jugés solides et des prévisions plus favorables. L'an dernier, le groupe parapétrolier franco-américain, né de la fusion…

Publié le 22/02/2018

Parmi les nombreuses publications du jour, Arkema se distingue avec une hausse qui approche les 3% à 106,4 euros...

CONTENUS SPONSORISÉS