En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 898.93 PTS
-0.21 %
4 899.5
-0.04 %
SBF 120 PTS
3 899.85
-0.05 %
DAX PTS
10 923.42
-0.05 %
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.00 %
1.138
+0.09 %

Cyberattaque mondiale Wannacry: Washington accuse la Corée du Nord

| AFP | 502 | Aucun vote sur cette news
Les Etats-Unis ont officiellement accusé lundi la Corée du Nord  d'être à l'origine de la cyberattaque mondiale
Les Etats-Unis ont officiellement accusé lundi la Corée du Nord  d'être à l'origine de la cyberattaque mondiale "Wannacry", qui avait affecté quelque 300.000 ordinateurs dans 150 pays ( Rob Engelaar / ANP/AFP/Archives )

Les Etats-Unis ont officiellement accusé lundi la Corée du Nord d'être à l'origine de la cyberattaque mondiale "Wannacry", qui avait affecté quelque 300.000 ordinateurs dans 150 pays.

La Corée du Nord est soupçonnée d'être à l'origine de ce virus informatique et des rançons exigées afin de pouvoir en recouvrer l'usage.

"Cette vaste attaque a coûté des milliards et la Corée du Nord en est directement responsable", a écrit le conseiller à la sécurité intérieure de Donald Trump, Tom Bossert, dans le Wall Street Journal.

Il doit fournir de plus amples détails mardi matin lors d'un point presse.

"Nous ne portons pas ces accusations à la légère. Elles reposent sur des preuves", affirme-t-il.

En octobre, le gouvernement britannique avait accusé la Corée du Nord d'être à l'origine de cette cyberattaque, qui avait notamment mis à mal le service public de santé britannique (NHS).

Le 12 mai, une attaque informatique lancée via le logiciel malveillant surnommé "Wannacry" avait affecté des centaines de milliers d'ordinateurs dans le monde, paralysant outre les services de santé britanniques, des usines du constructeur automobile français Renault, la compagnie téléphonique espagnole Telefonica ainsi que la compagnie américaine de distribution des colis FedEx.

Ses auteurs réclamaient une rançon pour débloquer les appareils.

"Depuis plus d'une décennie, la Corée du Nord agit mal, de manière quasi incontrôlée, et ce comportement malveillant devient de plus en plus flagrant. WannaCry a été irresponsable", a souligné le conseiller à la sécurité.

Le président Donald Trump "a déjà fait pression sur la Corée du Nord pour s'attaquer aux développements inacceptables de sa politique en matière nucléaire et de missiles. Nous continuerons à exercer un maximum de pression sur Pyongyang pour afin de limiter sa capacité à mener des attaques, informatiques ou autres", a-t-il poursuivi.

Pyongyang a été largement montré du doigt dans les cercles de sécurité informatique. L'éditeur américain d'antivirus Symantec avait notamment mis en cause le groupe de pirates informatiques Lazarus, soupçonné d'avoir partie liée avec la Corée du Nord.

Selon le Washington Post, un responsable américain a déclaré que l'administration de Trump inciterait les alliés à contrer les cyberattaques de la Corée du Nord et à mettre en œuvre toutes les sanctions "appropriées" du Conseil de sécurité des Nations Unies.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Le double test du support clé des 107.15 euros a permis de stopper la correction du titre qui a entrepris depuis un mouvement de rebond. Du côté des indicateurs techniques, le RSI retrouve un…

Publié le 13/12/2018

Par courrier reçu le 10 décembre 2018 par l'AMF, complété par un courrier reçu le 13 décembre, la société LUX Investment Fund S...

Publié le 13/12/2018

Offre de mobilité verte qui vise à simplifier l'accès aux véhicules électriques...

Publié le 13/12/2018

  Le programme européen MALE RPAS passe avec succès sa revue de conception préliminaire, dernière étape de l'étude de définition   La revue de conception…

Publié le 13/12/2018

Total a signé un accord portant sur la cession d'une participation de 4% dans le projet de gaz naturel liquéfié (GNL) Ichthys en Australie au partenaire opérateur INPEX pour un montant global de…