En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 256.97 PTS
-0.25 %
5 247.00
-0.24 %
SBF 120 PTS
4 157.11
-0.36 %
DAX PTS
11 344.47
-0.17 %
Dowjones PTS
25 579.53
+0.30 %
7 331.45
+0.07 %
1.133
+0.23 %

Crise franco-italienne : l'ambassadeur de France est rentré à Rome

| AFP | 721 | 1 par 1 internautes
La façade du palais Farnèse à Rome, qui abrite l'ambassade de France, le 7 février 2019
La façade du palais Farnèse à Rome, qui abrite l'ambassade de France, le 7 février 2019 ( Tiziana FABI / AFP )

La France a renvoyé vendredi à Rome son ambassadeur, qu'elle avait rappelé après une série d'attaques de deux dirigeants populistes italiens contre le président Emmanuel Macron, mettant en exergue leurs "regrets" et la volonté d'apaisement entre deux pays fondateurs de l'Union européenne.

Après ce retour, la présidence française a annoncé qu'Emmanuel Macron avait invité son homologue italien Sergio Mattarella à effectuer une visite d'Etat en France "dans les prochains mois".

Cette invitation a été transmise par l'ambassadeur de France en Italie Christian Masset, qui a été reçu vendredi par M. Mattarella après son retour, une semaine après son rappel pour consultations, sans précédent de la part de la France à l'encontre d'un pays de l'UE depuis 1945.

"La France est prête à travailler sur tous les sujets", avec l'Italie mais à condition que cela se fasse "dans le respect mutuel et dans une volonté de coopération", a déclaré M. Masset à la presse, quelques heures après son retour dans la capitale italienne.

"Je suis très content que l'ambassadeur rentre en Italie. Je le rencontrerai, je veux lui demander qu'on se rencontre. En attendant, je lui souhaite bon retour", avait déclaré vendredi après-midi l'un des deux responsables italiens visés, Luigi Di Maio.

L'exécutif français était sorti de ses gonds après avoir essuyé une série d'affronts de la part des deux vice-Premiers ministres italiens, Luigi Di Maio et Matteo Salvini, qui étaient allés jusqu'à appeler à la démission du président Macron.

Le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio à Rome, le 22 janvier 2019
Le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio à Rome, le 22 janvier 2019 ( Vincenzo PINTO / AFP/Archives )

"Plus vite il rentrera chez lui, mieux ça vaudra !", avait clamé en janvier Matteo Salvini, le chef de la Ligue (extrême droite) et également ministre de l'Intérieur.

La rencontre inopinée de M. Di Maio le 5 février en France avec des "gilets jaunes", un mouvement social qui secoue l'exécutif français depuis novembre 2018, a été "l'épisode de trop", avait tempêté le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.

M. Di Maio a pris quelque peu ses distances avec l'une des figures des "gilets jaunes" rencontrées en France, Christophe Chalençon, lors de la présentation vendredi à Rome de ses alliés en vue des élections européennes en mai prochain. "De notre part, il n'y aura pas de dialogue avec qui parle de guerre civile", a indiqué M. Di Maio à cette occasion.

Des propos évoquant des paramilitaires prêts à renverser le pouvoir dans une France au bord de la guerre civile auraient été tenus par M. Chalençon en marge d'une interview qu'il a donnée à une télévision italienne, selon des médias italiens.

Risques de rechute ?

Aux yeux de Paris, les deux dirigeants italiens, rivaux sur la scène intérieure et tous deux en campagne en vue des européennes de mai, ont adopté depuis le rappel une attitude plus modérée.

"Nous avons entendu des leaders politiques qui s'étaient laissés aller à des paroles ou des comportements franchement inamicaux et inacceptables montrer qu'ils le regrettaient", a estimé vendredi la ministre française des Affaires européennes Nathalie Loiseau.

Christian Masset, le 25 septembre 2014 à l'Elysée, à Paris
Christian Masset, le 25 septembre 2014 à l'Elysée, à Paris ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Matteo Salvini s'est dit disposé à rechercher "de nouveau de bons rapports" avec la France. M. Di Maio a de son côté assuré avoir rencontré des représentants des "gilets jaunes" en sa qualité de chef du Mouvement Cinq Etoiles (M5S, antisystème) et non de vice-Premier ministre.

La France n'exclut pas des "risques de rechute" dans les relations bilatérales, les deux responsables ayant fait d'Emmanuel Macron leur cible privilégiée dans l'affrontement entre "libéraux" ou "progressistes" et "antisystème" pour les européennes.

"Travailler ensemble"

La France est soucieuse de ne pas s'installer durablement dans la crise, l'Italie demeurant un partenaire essentiel au sein de l'UE tout comme au plan économique et culturel. Avec des échanges commerciaux de près de 80 milliards d'euros, la France est le deuxième client et fournisseur de l'Italie.

Les deux pays ont "une responsabilité particulière pour oeuvrer de concert à la défense et à la relance de l'Union européenne", a jugé mardi M. Macron à l'issue d'un entretien téléphonique avec son homologue Sergio Mattarella.

Une réunion de travail s'est déjà déroulée mardi à Paris entre des magistrats des deux pays sur la demande italienne d'extradition d'anciens militants d'extrême gauche condamnés pour terrorisme pendant les "années de plomb" et réfugiés en France.

Le gouvernement français appelle également l'Italie à trancher "rapidement" dans l'épineux dossier de la liaison ferroviaire Lyon-Turin, un projet de neuf milliards d'euros qui divise la coalition au pouvoir à Rome.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/03/2019

Troisième plongeon consécutif pour Cellnovo...

Publié le 25/03/2019

Lundi 25 mars10h00 en AllemagneIndice Ifo du climat des affaires en marsMardi 26 mars8h45 en FranceRésultats détaillés du PIB au quatrième trimestreEnquêtes de conjoncture de mars13h30 aux…

Publié le 25/03/2019

Florent Menegaux, qui prendra ses fonctions de président de Michelin à l'issue de l'Assemblée Générale du 17 mai prochain, a souhaité mettre en place un comité exécutif groupe (CEG) resserré.…

Publié le 25/03/2019

Lundi 25 mars 2019TRIGANOLe spécialiste des camping-cars publiera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre.Mardi 26 mars 2019NEOPOSTLe spécialiste du traitement du courrier et des consignes…

Publié le 25/03/2019

Cure d'austérité